Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études littéraires africaines

Numéro 41, 2016, p. 39-50

Le théâtre de Sony Labou Tansi

Sous la direction de Julie Peghini et Xavier Garnier

Direction : Pierre Halen (directeur)

Rédaction : Nathalie Carré (rédactrice en chef)

Éditeur : Association pour l'Étude des Littératures africaines (APELA)

ISSN : 0769-4563 (imprimé)  2270-0374 (numérique)

DOI : 10.7202/1037789ar

ela
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi

Pierre Leroux

Résumé

L’intérêt de Sony Labou Tansi pour le kinguinzila, théâtre traditionnel de « guérison », trouve des échos dans sa production dramatique, notamment au travers de la mise en place d’un espace que l’on peut qualifier de mystique. Dans La Parenthèse de sang, en particulier, les personnages se trouvent coincés dans un entre-deux qui les force à faire évoluer leurs positions. En effet, des soldats font irruption dans un village à la recherche d’un rebelle – Libertashio – qui, selon l’opinion générale, est pourtant déjà enterré. Dès lors qu’ils contredisent les soldats, les villageois sont condamnés à mort au premier acte et tout le reste de la pièce correspond à l’attente de leur exécution. Cet article tente de montrer que Sony Labou Tansi se sert du genre théâtral pour faire jouer la tension entre individuel et collectif, la pièce mettant en avant expérience mystique des condamnés et dynamique messianique de la figure du héros absent. Le fou empli de voix et le tombeau vide qu’il protège reprennent ainsi des motifs connus de la mystique tout en les replaçant dans le contexte bien particulier des dictatures militaires.

Abstract

Sony Labou Tansi has shown an interest for kinguinzila, a traditional form of « healing » theatre. This kind of ritual finds an echo in his own theatrical plays, as they display on the stage a space that borders on the mystical. It is especially visible in La Parenthèse de sang, where the characters get stuck in a twilight zone which, in turn, forces them to shift their positions. A group of soldiers barges in a village looking for a rebel – Libertashio – who according to popular knowledge is already dead and buried. From then on,anyone contradicting the soldiers’ assertion is sentenced to death and the whole length of the play corresponds to the gap in time between sentence and execution. In this perspective, as the mystical experience of the condemned persons takes its course, a messianic dynamics unfolds around the absent hero. This article therefore explores Sony Labou Tansi’s use of the dramatic genre in order to reveal the tension between individual and collective forces. The madman filled with voices and the empty tomb he is protecting thus draw on well-known features of mysticism while replacing them in the specific context of military dictatorship.

Auteur : Pierre Leroux
Titre : Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi
Revue : Études littéraires africaines, Numéro 41, 2016, p. 39-50
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1037789ar
DOI : 10.7202/1037789ar

Tous droits réservés © Association pour l'Étude des Littératures africaines (APELA), 2016

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016