Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études françaises

Volume 38, numéro 1-2, 2002, p. 207-218

Derrida lecteur

Sous la direction de Ginette Michaud et Georges Leroux

Direction : Pierre Nepveu (directeur)

Éditeur : Les Presses de l'Université de Montréal

ISSN : 0014-2085 (imprimé)  1492-1405 (numérique)

DOI : 10.7202/008401ar

etudfr
< PrécédentSuivant >
Article

Autobiographie et judéité chez Jacques Derrida

Régine Robin

Résumé

Passant en revue un ensemble de biographèmes dans l’oeuvre de Derrida, trois dissonances sont repérées quant à l’identité française, la langue française et le judaïsme. Cet essai montre les apories constitutives d’un effort de totalisation autobiographique qui doit à la fois s’accomplir selon ces biographèmes et en même temps les déborder. La notion de « devenir marrane » semble la voie d’issue pour dépasser les apories de la totalisation.

Abstract

This essay goes through a series of life tropes in the work of Jacques Derrida and insists on three main dissonant themes : being French, speaking French, and being a Jew. These biographems point to an aporetic discrepancy in the effort of autobiographical totalization : while they are necessary, it seems impossible to go along with them. The notion of “devenir marrane” seems the way out of this entanglement.

Auteur : Régine Robin
Titre : Autobiographie et judéité chez Jacques Derrida
Revue : Études françaises, Volume 38, numéro 1-2, 2002, p. 207-218
URI : http://id.erudit.org/iderudit/008401ar
DOI : 10.7202/008401ar

Tous droits réservés © Les Presses de l'Université de Montréal, 2002

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016