Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études/Inuit/Studies

Volume 28, numéro 1, 2004, p. 69-82

Art et représentation / Art and representation

Direction : Murielle Nagy (directeur)

Rédaction : Murielle Nagy (rédacteur en chef)

Éditeur : Association Inuksiutiit Katimajiit Inc.

ISSN : 0701-1008 (imprimé)  1708-5268 (numérique)

DOI : 10.7202/012640ar

etudinuit
< PrécédentSuivant >
Article

Inuksuk: Icon of the Inuit of Nunavut

Nelson Graburn

Department of Anthropology,

University of California,

Berkeley,

CA 94720-3710, USA.

graburn@calmail.berkeley.edu

Abstract

The Inuit of the Canadian Arctic have long been known to the outside world through the accounts of explorers, whalers, traders, and missionaries. Famous for their igloos, dog sleds, kayaks and skin clothing, they became the quintessential hardy people of the American Arctic as portrayed in the film “Nanook of the North.” Now that they have emerged with their own agency in the world, their iconic distinctiveness is threatened by their near disuse of these traditional markers. In the past few years, the Inuit have combined their visibility to outsiders with their pride in heritage to select and foreground a few items, such as the inuksuk, the qulliq and the amautik, which have gone from the ordinary to the extraordinary. This paper explores the emergence of the inuksuk as an icon both for and of the Inuit in Canada, and considers its development, reintegration, commercialization and diaspora.

Résumé

L’inuksuk: icône des Inuit du Nunavut

Les Inuit de l’Arctique canadien ont longtemps été connus par le biais des rapports écrits par les explorateurs, les baleiniers, les commerçants, ainsi que les missionnaires. Célèbres pour leurs igloos, traîneaux à chiens, kayaks et vêtements de peau, ils sont devenus les principaux «durs» de l’Arctique américain comme l’a montré le film «Nanook of the North». Maintenant qu’ils apparaissent sur la scène mondiale dotés de leurs moyens propres, leur singularité allégorique est aujourd’hui menacée. Ces dernières années, parés de leur fier héritage, les Inuit se représentent aux étrangers en mettant en exergue quelques items, tels que l’inuksuk, la qulliq et l’amautik qui sont ainsi passés de l’ordinaire à l’extraordinaire. Cet article explore l’apparition de l’inuksuk comme icône des Inuit au Canada et considère son développement, sa réintégration, sa commercialisation et sa diaspora.

Auteur : Nelson Graburn
Titre : Inuksuk: Icon of the Inuit of Nunavut
Revue : Études/Inuit/Studies, Volume 28, numéro 1, 2004, p. 69-82
URI : http://id.erudit.org/iderudit/012640ar
DOI : 10.7202/012640ar

Tous droits réservés © La revue Études/Inuit/Studies, 2004

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014