Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études/Inuit/Studies

Volume 29, numéro 1-2, 2005, p. 187-205

Préserver la langue et les savoirs / Preserving language and knowledge

Sous la direction de Louis-Jacques Dorais et Igor Krupnik

Direction : Murielle Nagy (directeur)

Rédaction : Murielle Nagy (rédacteur en chef)

Éditeurs : Association Inuksiutiit Katimajiit Inc. et Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones (CIÉRA)

ISSN : 0701-1008 (imprimé)  1708-5268 (numérique)

DOI : 10.7202/013939ar

etudinuit
< PrécédentSuivant >
Article

Labrador Inuttitut: Speaking into the future

Catharyn Andersen

Torngasok Cultural Centre,

P.O. Box 430,

Nain,

Newfoundland A0P 1L0,

Canada.

catharyn@nunatsiavut.com

Alana Johns

Department of Linguistics,

University of Toronto,

130 St. George,

Robarts Library,

Toronto,

Ontario M5S 3H1,

Canada.

ajohns@chass.utoronto.ca

Abstract

This paper discusses the issue of language loss in northern Labrador Inuttitut. Like many communities across northern Canada, Labrador is facing the possible complete loss of Inuktitut, demonstrated by the fact that almost no children speak it as a first language any longer. In this paper we outline a number of linguistic properties which make Labrador Inuttitut and a related dialect spoken in Rigolet distinct from neighbouring dialects of Inuktitut. We also report on a number of initiatives taken up by community organizations, school and individuals in their growing efforts to reverse language shift. These include a language survey, dictionaries, youth camps, a language nest, etc.

Résumé

Le futur de l’inuttitut du Labrador

Cet article examine la question de la perte de la langue dans l’inuttitut du nord du Labrador. Comme de nombreuses communautés à travers le Nord canadien, le Labrador est menacé par la perspective d’une perte totale de l’inuktitut, ce que démontre l’absence ou presque d’enfants qui le parlent encore comme première langue. Dans cet article nous exposons brièvement plusieurs propriétés linguistiques qui rendent l’inuttitut du Labrador et un dialecte apparenté que l’on parle à Rigolet, distincts des dialectes inuktitut voisins. Nous rendons compte aussi de plusieurs initiatives prises par les organisations communautaires, les écoles et des individus qui s’activent de plus en plus pour inverser le changement langagier. Ces initiatives incluent un sondage sur l’usage de la langue, des dictionnaires, des camps de jeunes, un programme de renaissance de la langue, etc.

 Acknowledgements

We wish to express our thanks to two anonymous reviewers whose comments helped us improve the paper. Financial support for the research of this paper is thanks to SSHRC grant #410030887 to Alana Johns and from the Torngâsok Cultural Centre in Nain.

Auteurs : Catharyn Andersen et Alana Johns
Titre : Labrador Inuttitut: Speaking into the future
Revue : Études/Inuit/Studies, Volume 29, numéro 1-2, 2005, p. 187-205
URI : http://id.erudit.org/iderudit/013939ar
DOI : 10.7202/013939ar

Tous droits réservés © La revue Études/Inuit/Studies, 2005

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014