Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études littéraires

Volume 23, numéro 1-2, été-automne 1990, p. 43-52

Georges Perec : écrire / transformer

Sous la direction de Bernard Magné

Direction : Monique Moser-Verrey (directeur)

Éditeur : Département des littératures de l'Université Laval

ISSN : 0014-214X (imprimé)  1708-9069 (numérique)

DOI : 10.7202/500926ar

etudlitt
< PrécédentSuivant >
Article

Jeux mortels

Warren F. Motte, Jr

Résumé

Le formalisme ludique de la Disparition , de Perec, roman de trois cents pages composé sans la lettre E , cache un jeu mortel. Car le livre encrypte un discours d'urgence, dont les termes principaux sont la privation, le manque et la mort. Au terme d'une telle lecture, le littéraire en vient à figurer iconiquement le littéral : ce que transcrit le roman, finalement, c'est l'itinéraire écrit d'une survie.

Abstract

Behind and beyond the formalist games of Georges Perec's la Disparition, a three hundred-page novel written without the letter E, a far more deadly game becomes apparent. For la Disparition encodes an urgent discourse on privation, loss, and death. In the course of such a reading, the literary comes iconically to subsume the literal: what the novel transcribes, in the final analysis, is a written itinerary of survival.

Auteur : Warren F. Motte, Jr
Titre : Jeux mortels
Revue : Études littéraires, Volume 23, numéro 1-2, été-automne 1990, p. 43-52
URI : http://id.erudit.org/iderudit/500926ar
DOI : 10.7202/500926ar

Tous droits réservés © Département des littératures de l'Université Laval, 1990

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014