Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études littéraires

Volume 30, numéro 3, été 1998, p. 47-59

La critique littéraire

Sous la direction de Frances Fortier

Direction : Roger Chamberland (directeur)

Rédaction : Claude Bherer (adjoint à la rédaction)

Éditeur : Département des littératures de l'Université Laval

ISSN : 0014-214X (imprimé)  1708-9069 (numérique)

DOI : 10.7202/501213ar

etudlitt
< PrécédentSuivant >
Article

Critique littéraire et post-théorie

Patrick Imbert

Résumé

À partir de la mimésis d'appropriation ouvrant sur la remise en question de l'orthodoxie canonique liée à la séparation dualiste extérieur / intérieur et métalangage / langage objet, on aboutit à une critique postmoderne métissée ouverte aux expériences discursives. Celles-ci ouvrent la critique littéraire 1) à la présence biographique qui n'est plus pulsion subjective dans le contexte savant pseudo-objectif propre à la modernité, mais métissage en prise sur l'impossibilité d'échapper à la lutte entre croyances et herméneutiques butant sur le processus victimaire et le génocide ; 2) à la post-théorie comme travail entre discours spécialisés et discours public, ce qui mène au déplacement des paradigmes en un dynamisme fondé sur la présence de la différence des tiers et sur une sémiosis ouverte ; 3) au franchissement des limites et à une interpénétration théorie / pratique, critique / création aboutissant à des textes où le plaisir se joint à la scientificité et à la possibilité de donner place à d'autres voix.

Abstract

Starting from the apropriation mimesis questioning the canon linked to the dualistic paradigms within / without, metalanguage / object language, one is lead to a postmodern critic opening on discursive meticity. Literary criticism is now open to 1) biography which is no longer seen as an intrusion in the pseudo-objectivity of a learned discourse as it is defined by modernity, but as a metissage which dares to confront the manifold conflicts between beliefs and hermeneutics which are generating exclusion and genocide, 2) post-theory seen as an interpenetration of specialized and public discourses leading to the displacement of dualistic paradigms and to a dynamism based on the production of third elements contextualized in an open semiosis, 3) the crossing of limits and to an interpenetration between theory and practice, and also between critic and creation, which leads to the production of texts generating pleasure, and open to new voices.

Auteur : Patrick Imbert
Titre : Critique littéraire et post-théorie
Revue : Études littéraires, Volume 30, numéro 3, été 1998, p. 47-59
URI : http://id.erudit.org/iderudit/501213ar
DOI : 10.7202/501213ar

Tous droits réservés © Département des littératures de l'Université Laval, 1998

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014