Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Géographie physique et Quaternaire

Volume 58, numéro 2-3, 2004, p. 281-295

Glacial History, Paleogeography and Paleoenvironments in Glaciated North America

Sous la direction de Stephen A. Wolfe et Alain Plouffe

Direction : André G. Roy (directeur)

Rédaction : Pierre J.H. Richard (rédacteur en chef)

Éditeur : Les Presses de l'Université de Montréal

ISSN : 0705-7199 (imprimé)  1492-143X (numérique)

DOI : 10.7202/013143ar

gpq
< PrécédentSuivant >
Article

La terrasse Mitis à la pointe de Mille-Vaches (péninsule de Portneuf), rive nord de l’estuaire maritime du Saint-Laurent : nature des dépôts et évolution du niveau marin relatif à l’holocène

Jean-Claude Dionne

Département de géographie et Centre d’études nordiques, Université Laval, Québec, Québec G1K 7P4

dionne.morissette@globetrotter.net

Jean-Marie M. Dubois

Département de géographie et de télédétection, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec J1K 2R1

Pascal Bernatchez

Département de géographie et Laboratoire de géomorphologie, Université du Québec à Rimouski, 300 Allée des Ursulines, Rimouski, Québec G5L 3A1

Résumé

La basse terrasse à l’extrémité sud-ouest de la péninsule de Portneuf, sur la Haute Côte-Nord du Saint-Laurent, correspond à la terrasse Mitis présente dans quelques autres localités de la rive nord de l’estuaire. Entièrement composée de matériaux meubles détritiques, elle comprend plusieurs unités, la plupart sableuses, d’une épaisseur supérieure à 3 m. Mises en place en milieu littoral et intertidal, ces unités reposent sur un dépôt de sable fin gris, infratidal, lui-même susjacent au substrat limono-argileux déposé dans la Mer de Goldthwait, il y a >9,5 ka. Un dépôt de limon sableux, gris, laminé, contenant des débris de plantes en place correspondant à un faciès de schorre inférieur, coiffe la séquence sableuse. Par endroits, ce dépôt est lui-même recouvert d’une couche de tourbe de 25‑30 cm d’épaisseur. L’unité à la base de la falaise active a été mise en place entre 1990 ± 60 et 2740 ± 70 BP. Les unités sableuses au-dessus datent de 1570 ± 60 à 1880 ± 90 BP, alors que l’unité limoneuse à faciès de schorre inférieur a donné un âge au 14C allant de 1570 ± 50 à 1970 ± 70 BP. L’âge médian de la terrasse Mitis est de 1880 ± 90 BP, alors que si on prend en compte uniquement les dates pour l’unité limoneuse à faciès de schorre inférieur, il est de 1830 ± 60 BP. L’édification de la terrasse Mitis à la pointe de Mille-Vaches est donc contemporaine de la plupart des sites des deux rives de l’estuaire. Le substrat argileux de la vaste batture en face de la terrasse, qui se prolonge sous celle-ci, a été érodé lors d’un bas niveau marin pendant l’Holocène moyen qui fut suivi d’une remontée du niveau de quelques mètres. Un glissement de terrain historique, survenu vraisemblablement lors du séisme de 1663, caractérise la partie supérieure de l’estran en face de la falaise active.

Abstract

The Mitis Terrace at pointe de Mille-Vaches (Portneuf Peninsula), North Shore of the Lower St. Lawrence Estuary: Nature of Deposits and Evolution of the Relative Sea Level During the Holocene

The low terrace at the SW extremity of the Portneuf Peninsula, on the north shore of the Lower St. Lawrence estuary, is an equivalent of the Mitis terrace occurring at a few other localities. The terrace is entirely made of detritic sediments. The various units, mostly fine to coarse sand deposited in the shore zone, are over 3 m in thickness. These sediments appear to unconformably overlie a subtidal dark grey fine sand resting on a surface eroded into a Goldthwait Sea clay deposit older than 9.5 ka. At the surface of the terrace, there is a grey, laminated sandy silt deposit with plant remains in situ (a lower marsh facies), locally covered by a thin (25‑30 cm) layer of peat. The sand unit at the base of the studied exposure has been dated 1990 ± 60 to 2740 ± 70 BP. The overlying sandy units are dated 1570 ± 60 to 1880 ± 90 BP, whereas the silt unit at the surface is dated 1570 ± 50 to 1970 ± 70 BP. The median age of the terrace is 1880 ± 90 BP, whereas if we use only the 14C dates for the silt unit, it is 1830 ± 60 BP. At Pointe de Mille-Vaches, the Mitis terrace is thus contemporaneous with most localities on both shores of the estuary. The substrate of the wide tidal flat in front of the Mitis terrace (an erosion surface underlying the terrace) was cut into the marine clay during a mid-Holocene lowstand, which was followed by a rising sea level of a few meters. An historical landslide, which possibly occurred during the 1663 seismic event, characterizes the upper part of the tidal zone in front of the active cliff.

 Remerciements

La présente contribution fait partie d’un projet de recherche à long terme sur l’évolution des rives du Saint-Laurent estuarien, financé partiellement par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG). Les dates au 14C ont été faites au Laboratoire du Centre d’études nordiques de l’Université Laval. Les figures ont été préparées par Karine Tessier, au Laboratoire de cartographie du Département de géographie, alors que le texte a été saisi par Pierrette Morissette. Sont également remerciés Michelle Garneau pour l’identification de macro-restes végétaux et Serge Occhietti pour deux dates au 14C inédites pour la région des Escoumins. Les remarques et suggestions faites par la rédaction ainsi que par les deux lecteurs critiques, Yves Michaud et Denis Saint-Onge de la Commission géologique du Canada, respectivement à Québec et Ottawa, ont été utiles et appréciées.

Manuscrit reçu le 11 avril 2005 ; manuscrit revisé accepté le 1 novembre 2005 (publié le 2e trimestre 2006)

Auteurs : Jean-Claude Dionne, Jean-Marie M. Dubois et Pascal Bernatchez
Titre : La terrasse Mitis à la pointe de Mille-Vaches (péninsule de Portneuf), rive nord de l’estuaire maritime du Saint-Laurent : nature des dépôts et évolution du niveau marin relatif à l’holocène
Revue : Géographie physique et Quaternaire, Volume 58, numéro 2-3, 2004, p. 281-295
URI : http://id.erudit.org/iderudit/013143ar
DOI : 10.7202/013143ar

Tous droits réservés © Les Presses de l'Université de Montréal, 2006

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014