Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

International Journal of Canadian Studies / Revue internationale d’études canadiennes

Numéro 45-46, 2012, p. 239-259

Francophonies, Interculturality, Cultures and Strategies / Francophonies, interculturalité, cultures et stratégies

Rédaction : Claude Couture (editor-in-chief)

Éditeur : Conseil international d’études canadiennes

ISSN : 1180-3991 (imprimé)  1923-5291 (numérique)

DOI : 10.7202/1009905ar

ijcs
< PrécédentSuivant >
Article

Contribution au développement socioéconomique de la région d’Edmonton par les femmes africaines noires francophones immigrées entre 2000 et 2006

Ismaëlie Hyppolite

Chercheure indépendante, 2495 NW 89th Ave, Margate, Florida, É-U

Résumé

Ce travail concerne les femmes africaines francophones installées à Edmonton depuis au moins cinq ans. En s’installant dans une nouvelle société, les nouveaux arrivants font face à des normes établies et dépendamment de la situation et de l’environnement, les systèmes subissent des modifications. Ces changements ont des conséquences sur la vie des immigrants et également sur celle des membres de la communauté d’accueil. Souvent ces modifications conduisent à la différenciation, la discrimination, l’inégalité et l’exclusion. Ces phénomènes vécus particulièrement par les immigrants, peuvent influencer leur contribution socioéconomique au développement de la région d’établissement. Au cours des entretiens et des focus group réalisés avec les femmes africaines francophones faisant partie de notre étude, nous avons eu l’occasion de mettre en évidence non seulement des éléments favorables à leur intégration mais aussi certains éléments qui sont considérés comme des barrières freinant leur effort pour arriver à une intégration socio-économique réussie. Ainsi, nous avons exploré leur niveau d’éducation, leur formation professionnelle et leurs expériences de travail à Edmonton et également aux pays d’origine. Pour que l’intégration socioéconomique se concrétise, il faut que la personne immigrante ait les mêmes possibilités qu’un membre de la communauté d’accueil d’occuper un emploi et de gagner autant que lui, si les compétences sont comparables (Centre d’études ethniques de l’Université de Montréal, 1994, p. 45). Tel n’est pas le cas pour certaines femmes qui ont participé à notre étude. Elles doivent lutter non seulement pour s’accommoder sur le plan social, mais aussi et surtout, sur le plan économique. À partir des résultats de notre recherche nous pouvons confirmer que l’intégration socioéconomique des femmes immigrantes africaines francophones n’est pas simplement une question de choix personnel, mais ce choix doit s’inscrire dans des conditions favorisant le processus d’intégration en question.

Abstract

This work concerns French-speaking African women who are settled in Edmonton for at least five years. By settling in a new society, they face established norms and depending on the situation and the environment, systems undergo modifications. These changes have consequences on the lives of immigrants and on members of the host community. Often these modifications lead to differentiation, discrimination, inequality, and exclusion. These phenomena, experienced especially by immigrants, can influence their socioeconomic contribution to the development of the region in which they’ve settled. During exchanges and focus groups conducted with the French-speaking African women who participated in our study, we had the opportunity to highlight not only elements which favour their integration, but also certain elements that are considered barriers and which halt their efforts toward successful socioeconomic integration. We have thus explored their level of education, their professional training, and their work experiences in Edmonton and in their country of origin. In order for socioeconomic integration to concretize, the immigrant person must have the same opportunities as a member of the host community for obtaining employment and equal income if their skills are comparable (Centre d’études ethniques de l’Université de Montréal, 1994, p. 45). This was not the case for some women who participated in our study. They must battle to adapt socially but also, and mainly, economically. Based on the results of our research, we can confirm that socioeconomic integration of French-speaking African immigrant women is not simply an issue of personal choice, but this choice must be framed by conditions that favour the process of integration.

Auteur : Ismaëlie Hyppolite
Titre : Contribution au développement socioéconomique de la région d’Edmonton par les femmes africaines noires francophones immigrées entre 2000 et 2006
Revue : International Journal of Canadian Studies / Revue internationale d’études canadiennes, Numéro 45-46, 2012, p. 239-259
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1009905ar
DOI : 10.7202/1009905ar

All Rights Reserved © Conseil international d’études canadiennes, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016