Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the Arts, Literature and Technologies

Numéro 12, automne 2008, p. 67-93

Mettre en scène / Directing

Sous la direction de George Brown, Gerd Hauck et Jean-Marc Larrue

Direction : Johanne Lamoureux (directrice)

Éditeur : Centre de recherche sur l'intermédialité

ISSN : 1705-8546 (imprimé)  1920-3136 (numérique)

DOI : 10.7202/039232ar

im
< PrécédentSuivant >
Article

Interartialité et remédiation scénique de la peinture

Tatiana Burtin

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Université de Montréal

Résumé

Le propos de cet article est d’approfondir la notion d’interartialité, dont l’archéologie a été élaborée par Walter Moser, et d’étendre son application à des cas peu fréquents afin de la mettre à l’épreuve. La théâtralisation de la peinture sur la scène, examinée dans deux spectacles contemporains, « Art » de Yasmina Reza et Seuls de Wajdi Mouawad, offre un bon exemple de résistance d’un art à un autre. La mise en scène d’un tableau interroge le statut et le sens de l’oeuvre d’art hors du musée, mais aussi la spécificité de l’esthétique théâtrale, et sa capacité à jouer avec la transparence et l’opacité des arts et des médias qu’elle accueille dans son espace. Par la présence du tableau (« réelle » ou reproduite par image vidéo) sur la scène, et par la place des autres corps, notamment celui de l’acteur, face à elle, l’art de la peinture permet au spectateur d’appréhender une nouvelle profondeur de la scène, quelque peu oubliée de nos jours par la perception bidimensionnelle des arts de l’image, appréhension qui remet en cause l’esthétique théâtrale de la distance et de l’illusion.

Abstract

This article aims to go deeper into the notion of “interartiality”—the archeology elaborated by Walter Moser—and to extend its applications to rare examples, in order to put it to the test. The theatricalization of painting on stage, as seen in two contemporary shows, Yasmina Reza’s “Art” and Wajdi Mouawad’s Seuls, is a good example of resistance from an art to another. The mise en scène of a picture questions the status and the signification of works of art outside the museum, but it also questions the very specificity of theatrical aesthetic, with its capacity to play with the opacity and transparency of the arts and media that are engaged in its space. Facing the presence of a painting on stage, whether real or video reproduced, and that of the actor, the spectator experiences a new depth of the stage, one that has been slightly forgotten nowadays, with the bidimensional perception of the arts of the image. This experience questions in turn a theatrical aesthetic based on distance and illusion.

Auteur : Tatiana Burtin
Titre : Interartialité et remédiation scénique de la peinture
Revue : Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, Numéro 12, automne 2008, p. 67-93
URI : http://id.erudit.org/iderudit/039232ar
DOI : 10.7202/039232ar

Tous droits réservés © Revue Intermédialités, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014