Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Revue internationale P.M.E. : économie et gestion de la petite et moyenne entreprise

Volume 16, numéro 3-4, 2003, p. 53-73

Les stratégies de croissance des jeunes entreprises de haute technologie

Direction : Pierre-André Julien (directeur)

Rédaction : Louis Raymond (rédacteur en chef)

Éditeur : Presses de l’Université du Québec

ISSN : 0776-5436 (imprimé)  1918-9699 (numérique)

DOI : 10.7202/1008445ar

ipme
< PrécédentSuivant >
Article

Le capital à risque et les jeunes entreprises innovantes : problématique et enjeux

Bernard Guilhon

CEFI UMR-CNRS 6126, Université de la Méditerranée

Sandra Montchaud

CEFI UMR-CNRS 6126, Université de la Méditerranée

Résumé

Le but de cet article est d’analyser la contribution du capital à risque à l’éclosion d’entreprises innovantes. Comme structure complexe d’intermédiation, il a pour effet de déplacer la frontière de l’innovation. Pour cela, il requiert une implication accrue de la part des investisseurs dans les étapes du choix, de la conception des contrats, et du contrôle et du suivi des participations. Au total, le capital à risque accroît l’efficience allocative dans le processus de R-D et d’innovation.

Mots clés : Capital à risque, Innovation, Asymétries d’information, Compétences, Actifs incorporels, Efficience allocative

Abstract

The aim of this paper is to analyze the venture capital contribution to the start-ups creation. As a complex structure of intermediation, venture capital brings about the shifting of the innovation frontier. For this, it is required from venture capitalists to be highly involved in the screening, the design of contracts and the monitoring/ advising fonctions. All in all, venture capital upgrades allocative efficiency within the R-D and innovation process.

Resumen

El objetivo de este papel es analizar la contribución del capital a riesgo a la eclosión de empresas innovadoras. Como estructura compleja de la mediación, causa el cambio de la frontera de la innovación. Por tanto, se requiere una implicación incrementada de parte de estos inversionistas en la selección, la elaboración de contratos, y las funciónes de control/consejo. Total, el capital a riesgo aumenta la eficiencia allocative dentro del proceso de la R-D y de la innovación.

Zusammenfassung

Das Ziel dieses Artikels ist, den Beitrag des Risikokapitals zur Entfaltung von innovativen Unternehmungen zu analysieren. Als komplexe Vermittlerstruktur bewirkt das Risikokapital, die Innovationsgrenzen zu verschieben. Dies erfordert einen verstärkten Einfluss der Investoren in den Etappen der Wahl, der Konzeption der Verträge, der Kontrolle und der Beobachtung der Unternehmen. Insgesamt steigert das Risikokapital die effiziente Zuteilung der Ressourcen innerhalb des Forschungs- und Entwicklungsprozesse und der Innovation.

Auteurs : Bernard Guilhon et Sandra Montchaud
Titre : Le capital à risque et les jeunes entreprises innovantes : problématique et enjeux
Revue : Revue internationale P.M.E. : économie et gestion de la petite et moyenne entreprise, Volume 16, numéro 3-4, 2003, p. 53-73
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1008445ar
DOI : 10.7202/1008445ar

Tous droits réservés © Presses de l’Université du Québec, 2003

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016