Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Journal of the Canadian Historical Association / Revue de la Société historique du Canada

Volume 23, numéro 2, 2012, p. 251-297

Direction : Michel Ducharme (co-editor), James Moran (co-editor) et Rhonda Semple (co-editor)

Rédaction : Beth A. Robertson (editorial assistant)

Éditeur : The Canadian Historical Association / La Société historique du Canada

ISSN : 0847-4478 (imprimé)  1712-6274 (numérique)

DOI : 10.7202/1015795ar

jcha
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

The Unlikely Barrèsian Inheritance of Albert Camus

Christopher Churchill

Abstract

This essay examines the considerable intellectual debt left-wing Albert Camus owed to one of the most unlikely of sources: far-right intellectual Maurice Barrès. Before achieving fame in France as an existential writer, he developed as a settler intellectual in colonial Algeria. The far-right exerted a profound influence on settler intellectual communities in Algeria. Many of Camus’s colleagues and friends were deeply inspired by Barrès. He was as well. Examining Camus’s complex intellectual debts to Barrès requires both a contextualization of his development as an intellectual in both Algeria and France, as well as a textual analysis of what he indeed assimilated from this icon of the far right. Camus’s attempts to wed Barrèssian fantasies of collective solidarization to his liberal political commitments risked leaving him at an impasse; however, wedding these sometimes conflicting approaches also allowed for a much broader engagement with his texts from a variety of political positions. As he confided to his mentor Jean Grenier: “I like my ideas on the left and my men on the right.”

Résumé

Cet article étudie la dette de l’intellectuel de gauche Albert Camus à l’intellectuel de droite Maurice Barrès. Avant de connaître la célébrité en France à titre d’écrivain existentialiste, Camus s’est développé comme intellectuel en Algérie. L’extrême-droite a exercé une profonde influence sur les communautés intellectuelles dans l’Algérie coloniale. Plusieurs amis et collègues de Camus ont été profondément influencés par Barrès, tout comme Camus lui-même d’ailleurs. Étudier la dette intellectuelle de Camus à Barrès demande à la fois de remettre le développement intellectuel de celui-ci dans son contexte historique algérien et français et d’analyser les influences de l’icône de l’extrême-droite sur ses écrits. Les tentatives de Camus de marier les fantaisies de Barrès entourant la solidarisation collective à ses engagements politiques libéraux auraient pu le mener dans une impasse. Néanmoins, aborder simultanément ces approches parfois conflictuelles nous permet d’aborder ses écrits dans un cadre plus large, influencé par une variété de positions politiques. Comme Camus l’a lui-même confié à son mentor Jean Grenier: « J’aime les idées de gauche et les hommes de la droite ».

 Remerciements

My thanks to Athena Elafros and the anonymous reviewers of the JCHA for their excellent suggestions and comments, and thanks to my co-panelists at the Canadian Historical Association Annual Meeting 2012, Bonny Ibhawoh and Amadou Ba. Thanks too to Bill Dibrell and Emrys Westacott, my colleagues at Alfred University, who invited me to present a paper at the Bergren Forum in 2012 which touched on some elements discussed in this paper. I would also like to thank members of my dissertation committee, including William D. Irvine, Adnan Husain, Andrew Jainchill, Chris Bongie, and Harold Mah above all, whose thoughtful input helped me develop portions of this argument into what it has since become. Translations of French texts, except where otherwise noted, are mine.

Auteur : Christopher Churchill
Titre : The Unlikely Barrèsian Inheritance of Albert Camus
Revue : Journal of the Canadian Historical Association / Revue de la Société historique du Canada, Volume 23, numéro 2, 2012, p. 251-297
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1015795ar
DOI : 10.7202/1015795ar

All Rights Reserved © The Canadian Historical Association / La Société historique du Canada, 2013

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014