Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Lien social et Politiques

Numéro 54, automne 2005, p. 153-162

Temporalités. Le temps : un enjeu social et politique

Sous la direction de Blanche Le Bihan, Claude Martin et Johanne Charbonneau

Direction : Jane Jenson (directrice) et Claude Martin (codirecteur)

Éditeur : Lien social et Politiques

ISSN : 1204-3206 (imprimé)  1703-9665 (numérique)

DOI : 10.7202/012867ar

lsp
< PrécédentSuivant >
Article

Le temps des familles populaires à l’épreuve de la précarité

Mathias Millet

GRS (UMR 5040, CNRS-Lyon2-ENS LSH)

Daniel Thin

GRS (UMR 5040, CNRS-Lyon2-ENS LSH)

Résumé

Appuyé sur l’étude de familles populaires, cet article montre les liens qui existent entre structures temporelles des familles et conditions d’existence précaires. Il met en évidence les effets d’enfermement temporel dans l’urgence que provoque l’absence durable de ressources économiques. Établissant une relation entre travail salarié et temps des familles, l’article décrit la temporalité arythmique qui résulte des situations de désaffiliation salariale, ou encore la temporalité désynchronisée engendrée par l’occupation d’emplois précaires flexibles et à contretemps. Il montre ainsi les écarts de ces temporalités sociales vis-à-vis des formes temporelles institutionnelles, et expose les conséquences temporelles de la précarité pour les pratiques des familles et la socialisation des enfants, du point de vue des apprentissages scolaires et des pratiques de prévention en matière de santé.

Abstract

Time and low-income families challenged by vulnerability

Based on a study of low-income families, this article documents the connections between the structuring of the families’ time and the vulnerability of their circumstances. The on-going lack of economic resources traps them in a state of urgency. Examining the relationship between paid work and family time, the article describes the a-rhythmic time horizon resulting from being out of the labour market and the unsynchronised one generated by flexible and precarious jobs with unsocial hours. These are at variance with the schedules of institutions, and they have consequences for family life and socialisation of children, with respect to schooling and preventive health practices.

Auteurs : Mathias Millet et Daniel Thin
Titre : Le temps des familles populaires à l’épreuve de la précarité
Revue : Lien social et Politiques, Numéro 54, automne 2005, p. 153-162
URI : http://id.erudit.org/iderudit/012867ar
DOI : 10.7202/012867ar

Tous droits réservés © Lien social et Politiques, 2005

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016