Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Lien social et Politiques

Numéro 57, printemps 2007, p. 35-45

Les compétences civiles, entre État sécuritaire et État social

Sous la direction de Philippe Estèbe et Julie-Anne Boudreau

Direction : Jane Jenson (directrice) et Claude Martin (codirecteur)

Éditeur : Lien social et Politiques

ISSN : 1204-3206 (imprimé)  1703-9665 (numérique)

DOI : 10.7202/016386ar

lsp
< PrécédentSuivant >
Article

Espace public et civilité : réinventer un contrôle social ? Perspectives pour la France

Anne Wyvekens

Centre d’études et de recherches de science administrative

Centre national de la recherche scientifique (CERSA/CNRS)

Résumé

Qu’en est-il, aujourd’hui en France, de la production de sécurité dans l’espace public ? Dans des espaces dits publics, mais largement investis par le privé, et malgré le développement de partenariats divers en matière de sécurité, le modèle français reste à première vue d’inspiration essentiellement étatique. Toutefois, des travaux de recherche réalisés à l’initiative de gestionnaires d’espaces publics préoccupés par la multiplication des incivilités font apparaître un changement de focalisation, dans le diagnostic et dans les réponses, qui n’est pas sans rappeler des travaux américains articulant l’urbain et le « sécuritaire ». La relecture des théories de l’espace défendable et de la « vitre cassée », où la sécurisation de l’espace passe par son appropriation par les usagers, conduit à se demander – d’un point de vue plus prospectif – jusqu’à quel point, en France également, un « autre contrôle social », citoyen, serait susceptible d’émerger, venant interroger le rôle joué par la puissance publique.

Abstract

French perspectives on public space and civility. The reinvention of social control?

What is the current situation in France with respect to security in public places ? In what are called public spaces, but are largely privatised, and despite the development of partnerships, the French model appears essentially statist. Nonetheless, research studies generated by agencies that manage public places reveal changes in focus, diagnosis, and responses which are not much different from American work on urban crime. Rereading theories of safe neighbourhoods and “broken windows,” in which the safety of a place requires the involvement of those who use it, leads to the question – looking toward the future – of whether in France as well “another form of social control,” one by citizens might emerge to question the role of public authority.

Auteur : Anne Wyvekens
Titre : Espace public et civilité : réinventer un contrôle social ? Perspectives pour la France
Revue : Lien social et Politiques, Numéro 57, printemps 2007, p. 35-45
URI : http://id.erudit.org/iderudit/016386ar
DOI : 10.7202/016386ar

Tous droits réservés © Lien social et Politiques, 2007

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016