Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Lien social et Politiques

Numéro 58, automne 2007, p. 57-71

Les solidarités sans frontières : entre permanence et changements

Sous la direction de Pascale Dufour et Isabelle Giraud

Direction : Jane Jenson (directrice) et Claude Martin (codirecteur)

Éditeur : Lien social et Politiques

ISSN : 1204-3206 (imprimé)  1703-9665 (numérique)

DOI : 10.7202/017551ar

lsp
< PrécédentSuivant >
Article

L’organisation au service des droits des travailleurs migrants : le militantisme transnational à Singapour et en Malaisie

Lenore Lyons

Professeure agrégée, Directrice du Centre for Asia Pacific Social Transformation Studies (CAPSTRANS)

Résumé

La mondialisation marque un point charnière dans l’action des militants féministes et des organisations non gouvernementales. À la faveur d’une participation à des réseaux de lobbying transnationaux et d’alliances avec des organisations non gouvernementales internationales, des organisations féministes et des organisations vouées à la défense des droits des femmes, locales et nationales, se sont converties à de nouvelles formes de militantisme transnational. Cependant, il est une question qui n’a que très peu retenu l’attention des chercheurs dans le domaine de l’organisation féministe transnationale : c’est celle du lien entre le militantisme transnational et les théories qui sous-tendent les féminismes transnationaux. Bien que ceux-ci formulent une critique radicale de la mondialisation, à la fois antiraciste et anticapitaliste, peu de chercheurs se sont penchés sur la façon dont les féminismes transnationaux se transposent en pratiques militantes. En étudiant deux cas d’organisations vouées à la défense des droits des travailleuses migrantes, à Singapour et en Malaisie, le présent article examine les multiples sens du terme « militantisme féministe transnational ». En faisant la distinction entre le concept d’organisation transnationale d’une part, et celui de cadre de référence transnational de l’autre, le présent article vise à clarifier les différents concepts associés aux féminismes transnationaux.

Abstract

Organizing for Migrant Worker Rights : Understanding Transnational Activism in Singapore and Malaysia

Globalization provides a key reference point in the work of feminist activists and non-government organizations. Through their involvement in transnational advocacy networks and alliances with international non-governmental organizations, locally and nationally-based women’s rights and feminist organizations are engaged in new forms of transnational activism. One issue that has received relatively little attention, however, is the link between cross-border activism and theories of transnational feminisms. Although the latter utilizes a radical anti-racist, anti-capitalist critique of globalization, there is little discussion about how transnational feminisms are translated into activist practices. Using case studies of two organizations working to address the rights of female migrant workers in Singapore and Malaysia, this article examines the multiple meanings attached to the term “transnational feminist activism”. By making a conceptual distinction between cross-border organizing on the one hand and a transnational frame of reference on the other, this article calls for greater conceptual clarity regarding the meanings associated with transnational feminisms.

Auteur : Lenore Lyons
Titre : L’organisation au service des droits des travailleurs migrants : le militantisme transnational à Singapour et en Malaisie
Revue : Lien social et Politiques, Numéro 58, automne 2007, p. 57-71
URI : http://id.erudit.org/iderudit/017551ar
DOI : 10.7202/017551ar

Tous droits réservés © Lien social et Politiques, 2007

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014