Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Lien social et Politiques

Numéro 69, printemps 2013, p. 107-124

Les politiques de genre : quel genre de politiques ?

Sous la direction de Isabelle Mallon et Anne Quéniart

Direction : Johanne Charbonneau (directrice) et Claude Martin (codirecteur)

Éditeur : Lien social et Politiques

ISSN : 1204-3206 (imprimé)  1703-9665 (numérique)

DOI : 10.7202/1016487ar

lsp
< PrécédentSuivant >
Article

Les « femmes de l’immigration » et le récit républicain

Gilles Frigoli

Maître de conférences en sociologie, Université de Nice Sophia-Antipolis, Unité de recherche Migrations et société (URMIS, UMR 205/IRD)

Marion Manier

Postdoctorante en sociologie, Université de Nice Sophia-Antipolis, Unité de recherche Migrations et société (URMIS, UMR 205/IRD)

Résumé

L’article traite de la manière dont se combinent le genre et l’origine dans les politiques sociales locales destinées aux « femmes de l’immigration » en France. À partir d’observations et d’entretiens, l’analyse montre comment se constitue et se déploie chez les intervenantes et intervenants sociaux un récit républicain sur le port du voile qui tend à faire de l’abandon de la culture d’origine qu’on attribue aux usagères la condition de leur émancipation. Par-delà la diversité des logiques qu’elles mobilisent pour y faire face (l’adhésion nuancée, la différenciation, le retournement du stigmate), celles-ci se rejoignent pour donner la priorité à l’antiracisme plutôt qu’à l’antisexisme dans la constitution d’un « nous » qui favorise en retour l’affirmation d’un récit républicain qui se dit aveugle aux différences ethnicoreligieuses.

Abstract

This paper explores the way in which gender and origin combine in local social policies targeting “immigrant women” in France. The analysis, based on observations and conversations, reveals that social workers construct and use a republican narrative on the veil that tends to regard veil wearers’ abandonment of their culture of origin as a condition of their emancipation. Beyond the diverse range of arguments that wearers bring to bear on this narrative (qualified support, differentiation, reversal of stigma), all of them give priority to antiracism rather than antisexism in constituting a “we” that, in return, focuses on asserting a republican narrative that claims to be blind to ethnic and religious differences.

Auteurs : Gilles Frigoli et Marion Manier
Titre : Les « femmes de l’immigration » et le récit républicain
Revue : Lien social et Politiques, Numéro 69, printemps 2013, p. 107-124
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1016487ar
DOI : 10.7202/1016487ar

Tous droits réservés © Lien social et Politiques, 2013

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016