Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Mens : revue d'histoire intellectuelle et culturelle

Volume 12, numéro 1, automne 2011, p. 91-135

Direction : Harold Bérubé (directeur)

Éditeur : Centre de recherche en civilisation canadienne-française

ISSN : 1927-9280 (imprimé)  1927-9299 (numérique)

DOI : 10.7202/1010567ar

mens
< PrécédentSuivant >
Article

The Surrender of Montreal to General Amherst de Francis Hayman et l’identité impériale britannique

Laurent Turcot

Département d’histoire, Université du Québec à Trois-Rivières

Résumé

Dans le présent article, j’analyserai le tableau The Surrender of Montreal to General Amherst de Francis Hayman, qui représente une victoire de l’Empire britannique sur la France en terre américaine en 1760. Mon objectif est de comprendre les origines de l’oeuvre commandée par Jonathan Tyers, propriétaire du Vauxhall à Londres, où est présenté le tableau, et de saisir ce qu’on a voulu transmettre par cette oeuvre exposée dans un contexte bien particulier, soit un espace de loisir. J’examinerai aussi de quelle façon elle a permis de raconter à un public donné les événements entourant la prise du Canada dans les années 1760. La manière de raconter et de représenter la conquête du Canada se rattache, certes, à l’idée de grandeur de l’Empire, mais aussi, et surtout, à celle qui consiste à montrer que l’Angleterre devient la seule grande puissance européenne (supériorité) à pouvoir soutenir des populations coloniales par des valeurs typiquement britanniques d’humanité, de clémence et de charité, mais qui ont également une portée universelle. Ces valeurs permettent d’imposer et de légitimer la Pax Britannica en Amérique.

Abstract

In this article, I examine a painting representing the 1760 victory of the British Empire over France in North America, namely The Surrender of Montreal to General Amherst by Francis Hayman. I seek to understand the origins of this piece ordered by Jonathan Tyers, owner of London’s Vauxhall, the recreational space where The Surrender of Montreal was exhibited, and to understand the meaning that it sought to convey to the public regarding the events surrounding the fall of New France. The piece sought to convey a strong message regarding the apparent greatness of the British Empire, but it also sought to show that Britain had emerged as Europe’s only truly great power; the only power able to govern colonial populations through the universal – and typically British – values of humanity, clemency, and charity. These values allowed Britain to impose and legitimise the “Pax Britannica” in North America.

Auteur : Laurent Turcot
Titre : The Surrender of Montreal to General Amherst de Francis Hayman et l’identité impériale britannique
Revue : Mens : revue d'histoire intellectuelle et culturelle, Volume 12, numéro 1, automne 2011, p. 91-135
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1010567ar
DOI : 10.7202/1010567ar

Tous droits réservés © Mens, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014