Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol

M/S : médecine sciences

Biophotonique et imagerie

Volume 22, numéro 10, octobre 2006, p. 794-795

Immunothérapie anti-cancer sans dommages collatéraux

Marie-Christine Meunier, Jean-Sébastien Delisle, Chantal Baron et Claude Perreault

Figure 1

Élimination tumorale par transfert adoptif de lymphocytes T anti-H7a.

Image pleine grandeur

Les lymphocytes T anti-H7a injectés à une souris porteuse de tumeur éliminent la tumeur sans causer de dommages collatéraux. Pour ce faire, ces lymphocytes migrent massivement (de façon Vcam-1-dépendante et H7a-indépendante) au site tumoral où ils sécrètent d’importantes quantités d’IFNγ. Cette sécrétion inhibe ensuite l’angiogenèse tumorale et entraîne l’augmentation de l’expression de l’antigène cible sur les cellules tumorales. Cela cause finalement une dégranulation locale des lymphocytes T anti-H7a. Parallèlement, aucune accumulation significative des lymphocytes T anti-H7a n’est observée dans les tissus et organes normaux. Car, les concentrations d’IFNγ et l’expression de H7a demeurent faibles dans ces organes et aucune dégranulation des lymphocytes n’y survient.

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016