Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Nouvelles perspectives en sciences sociales

Volume 5, numéro 2, mai 2010, p. 91-100

Sur le thème de la simulation

Rédaction : Claude Vautier (rédacteur en chef)

Éditeur : Prise de parole

ISSN : 1712-8307 (imprimé)  1918-7475 (numérique)

DOI : 10.7202/044078ar

npss
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

La simulation à base d’agents en sciences sociales : une « béquille pour l’esprit humain »?

Arnaud Banos

Géographie-Cités, CNRS

Résumé

L’un des intérêts de la simulation informatique est de nous permettre d’explorer et d’essayer ainsi de comprendre des phénomènes contre intuitifs. Ce faisant, elle comporte aussi des dangers que le modélisateurs/simulateur doit savoir maîtriser. Le propos de ce court texte est de montrer que danger et enrichissement de la recherche vont de pair dans l’exercice de simulation. Ainsi, l’utilisation d’un appareillage formalisé est tout autant de nature à appauvrir qu’à enrichir notre tentative de compréhension des phénomènes sociaux. Le modèle de simulation joue alors un rôle heuristique très utile pour susciter de la complexité (enrichissement de notre vision) à partir de la simplicité (pauvreté du modèle). La souplesse du modèle et de son utilisation, permettant de refaire plusieurs fois l’expérience, de varier les angles d’approche, d’ajouter ou retrancher des paramètres donne au chercheur une grande capacité à maîtriser la complexité qu’il est alors capable d’instiller dans son investigation.

Mots-clefs : complexité, formalisation, heuristique, modèle à base d’agents, simplicité, simulation

Abstract

Computer-assisted simulation allows us to explore and better understand phenomena which may at first appear counterintuitive. It also, however, entails certain risks which the modelization/simulation specialist must compose with. The object of this paper is to show that when it comes to simulation, dangers and virtues cannot be dissociated. Thus the use of a formalized model is as likely to empoverish as it is to enrich our understanding of social phenomena; the formalized model therefore plays a very important heuristic role in extracting complexity (enriching our vision) from simplicity (poorness of the model). The flexibility of the model as well as that of its use allowing to repeat the experience whilst varying the angles of approach and adding or modifying certain parameters of the experience, the researcher is given great opportunity to master the complexity which she/he may then instill in her/his investigation.

Key-words: complexity, formalization, heuristic, agent-based model, simplicity, simulation

Auteur : Arnaud Banos
Titre : La simulation à base d’agents en sciences sociales : une « béquille pour l’esprit humain »?
Revue : Nouvelles perspectives en sciences sociales, Volume 5, numéro 2, mai 2010, p. 91-100
URI : http://id.erudit.org/iderudit/044078ar
DOI : 10.7202/044078ar

Tous droits réservés © Prise de parole, 2010

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016