Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Philosophiques

Volume 26, numéro 2, automne 1999, p. 349-371

La critique de la raison en Europe centrale

Sous la direction de Jean-Pierre Cometti et Kevin Mulligan

Direction : Daniel Laurier (directeur)

Éditeur : Société de philosophie du Québec

ISSN : 0316-2923 (imprimé)  1492-1391 (numérique)

DOI : 10.7202/004986ar

philoso
< PrécédentSuivant >
Article

Kafka et Brentano

Barry Smith

RÉSUMÉ

Un mince fil dans la vaste littérature sur Kafka concerne la connaissance qu’avait Kafka de la philosophie, et plus précisément l’utilisation, dans les récits de Kafka, de quelques-unes des idées principales de Franz Brentano. Kafka a suivi des cours de philosophie à l’Université Charles, cours donnés par des étudiants de Brentano, Anton Marty et Christian von Ehrenfels. Il fut aussi, pendant plusieurs années, membre d’un groupe de discussion organisé par des partisans orthodoxes de la philosophie brentanienne à Prague. Le présent essai résume ce que l’on sait des relations entretenues par Kafka avec le mouvement brentanien. Il porte sur les idées brentaniennes qui concernent l’évidence de la perception intérieure, la conscience oblique, l’introspection active, le jugement correct et incorrect et la conscience en tant qu’espèce de tribunal intérieur, dans le but d’éclairer certains aspects centraux de l’œuvre de Kafka, incluant son style. Nous porterons une attention particulière sur Die Verwandlung et Der Prozess , et nous offrirons une interprétation de ce dernier texte selon laquelle le procès de Joseph K. se passe entièrement dans l’esprit de K. lui-même.

ABSTRACT

There is a narrow thread in the vast literature on Kafka which pertains to Kafka's knowledge of philosophy, and more precisely to Kafka's use in his fictional writings of some of the main ideas of Franz Brentano. Kafka attended courses in philosophy at the Charles University given by Brentano's students Anton Marty and Christian von Ehrenfels, and was for several years a member of a discussion-group organized by orthodox adherents of the Brentanian philosophy in Prague. The present essay summarizes what is known about Kafka's relations to the Brentanist movement. It draws on Brentanian ideas on the evidence of inner perception, on oblique consciousness, on active introspection, on correct and incorrect judgment, and on consciousness as a species of inner tribunal, in order to throw light on central features of Kafka's writings, including stylistic features. Special attention is directed towards Die Verwandlung and Der Prozess , and a reading of the latter is offered according to which the trial of Joseph K. occurs entirely within the mind of K. himself.

Auteur : Barry Smith
Titre : Kafka et Brentano
Revue : Philosophiques, Volume 26, numéro 2, automne 1999, p. 349-371
URI : http://id.erudit.org/iderudit/004986ar
DOI : 10.7202/004986ar

Tous droits réservés © Société de philosophie du Québec , 2000

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016