Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Philosophiques

Volume 26, numéro 2, automne 1999, p. 315-347

La critique de la raison en Europe centrale

Sous la direction de Jean-Pierre Cometti et Kevin Mulligan

Direction : Daniel Laurier (directeur)

Éditeur : Société de philosophie du Québec

ISSN : 0316-2923 (imprimé)  1492-1391 (numérique)

DOI : 10.7202/004987ar

philoso
< PrécédentSuivant >
Article

Les objets sociaux

Barry Smith

RÉSUMÉ

L’une des raisons qui expliquent l’intérêt renouvelé pour la philosophie autrichienne, et spécialement pour l’oeuvre de Brentano et de ses héritiers, est le fait que les philosophes analytiques ont eu un regain d’intérêt pour les problèmes traditionnels de la métaphysique. Il revient à Brentano, Husserl, et aux philosophes et psychologues qu’ils ont influencés, d’avoir attiré l’attention sur l’épineux problème de l’intentionnalité, qui consiste à rendre compte de la relation entre les actions et les objets ou, plus généralement, de la relation entre les environnements psychologiques des sujets cognitifs et les différents types d’environnements externes (physique, géographique, social) qu’ils habitent. Le présent article s’intéresse à cette version environnementale du problème de l’intentionnalité. Nous nous pencherons non seulement sur les travaux de Husserl et de Scheler, mais aussi sur ceux de Kurt Koffka et de Kurt Lewin en psychologie de la Gestalt. Nous tiendrons compte de l’influente théorie idéaliste subjective des environnements animaux mise de l’avant par J. von Uexküll, que nous comparerons avec une théorie réaliste de l’interaction organisme-environnement, théorie basée sur les écrits des psychologues écologistes J. J. Gibson et Roger Barker. Cette théorie réaliste sera alors exploitée en tant que fondement d’une ontologie des objets sociaux de différents types.

ABSTRACT

One reason for the renewed interest in Austrian philosophy, and especially in the work of Brentano and his followers, turns on the fact that analytic philosophers have become once again interested in the traditional problems of metaphysics. It was Brentano, Husserl, and the philosophers and psychologists whom they influenced, who drew attention to the thorny problem of intentionality, the problem of giving an account of the relation between acts and objects or, more generally, between the psychological environments of cognitive subjects and the different sorts of external (physical, geographical, social) environments which they inhabit. The present essay addresses this environmental version of the problem of intentionality. It draws not only on the work of Husserl and Scheler but also on the Gestalt psychological writings of Kurt Koffka and Kurt Lewin. It considers the influential subjective idealist theory of animal environments put forward by J. von Uexküll and contrasts this with a realist theory of organism-environment interaction based on the work of the ecological psychologists J. J. Gibson and Roger Barker. This realist theory is then exploited as a basis for an ontology of social objects of a range of different sorts.

Auteur : Barry Smith
Titre : Les objets sociaux
Revue : Philosophiques, Volume 26, numéro 2, automne 1999, p. 315-347
URI : http://id.erudit.org/iderudit/004987ar
DOI : 10.7202/004987ar

Tous droits réservés © Société de philosophie du Québec , 2000

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016