Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Philosophiques

Volume 30, numéro 1, printemps 2003, p. 105-125

Bernard Bolzano. Philosophie de la logique et théorie de la connaissance

Sous la direction de Sandra Lapointe

Direction : Daniel Laurier (directeur)

Éditeur : Société de philosophie du Québec

ISSN : 0316-2923 (imprimé)  1492-1391 (numérique)

DOI : 10.7202/007734ar

philoso
< PrécédentSuivant >
Article

Bolzano sur le temps et la persistance

Mark Textor

King’s College London

mark.textor@kcl.ac.uk

Résumé

Comment une proposition qui affirme que a est fatigué le matin et n’est pas fatigué le midi peut-elle être vraie ? Bolzano soutient que toute proposition portant sur une chose contingente contient, dans la composante-sujet, la représentation d’un temps. Dans cet article, je reconstruis et évalue les arguments de Bolzano en les comparant à ceux de son adversaire principal, le tenant de la position selon laquelle toute proposition portant sur une chose contingente contient une copule renfermant la représentation du temps auquel l’objet représenté par la composante-sujet a la propriété représentée par la composante-prédicat (la conception de la modification de la copule). La conception bolzanienne de la modification du sujet ne peut résoudre le problème logique de la persistance qu’en assumant que des représentations-sujets qui contiennent différentes représentations de temps représentent différents individus dotés de déterminations temporelles. Mais ceci engendre une nouvelle question : comment un objet peut-il avoir différentes déterminations temporelles sans pour autant changer ?

Abstract

How can we can truly say that a is tired in the morning, and not tired at noon ? Bolzano holds that every proposition about a contingent thing contains an idea representing a time in its subject-part. In this paper I reconstruct and assess Bolzano’s arguments for his view of propositions about contingent things, comparing them to those of his main opponent, the view according to which every proposition about a contingent thing contains a copula combined with an idea that represents a time at which the object represented by the subject-part of the proposition has the property represented by the predicate-part (copula-modification view). Bolzano’s subject-modification view could only solve the logical problem of persistence by assuming that subject-ideas containing different ideas of times represent different particulars bearing temporal determinations. But this creates a new question : how can an object have different temporal determinations and yet not change ?

Auteur : Mark Textor
Titre : Bolzano sur le temps et la persistance
Revue : Philosophiques, Volume 30, numéro 1, printemps 2003, p. 105-125
URI : http://id.erudit.org/iderudit/007734ar
DOI : 10.7202/007734ar

Tous droits réservés © Société de philosophie du Québec, 2003

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014