Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Recherches sociographiques

Volume 12, numéro 3, 1971, p. 271-318

Minorités francophones

Direction : Fernand Dumont (directeur) et Jean-Charles Falardeau (directeur)

Éditeur : Département de sociologie, Faculté des sciences sociales, Université Laval

ISSN : 0034-1282 (imprimé)  1705-6225 (numérique)

DOI : 10.7202/055538ar

rs
< PrécédentSuivant >
Article

Domination et développement au Nouveau-Brunswick

Alain Even

Résumé

Le « Territoire pilote » du Nouveau-Brunswick est cette région du Nord-Est de la province qui comprend les comtés de Restigouche et Gloucester, à majorité francophone, et qui fut choisie comme terrain d'expérience en aménagement dans le cadre de la mise en application de la loi ARDA (Aménagement rural et développement agricole). Le choix de cette région pour l'étude des blocages extra-économiques au développement est loin d'être arbitraire, dans la mesure où elle présente en outre l'intérêt d'être une zone de pauvreté au sein d'un pays dont le niveau de vie est l'un des plus hauts dans le monde. Enfin, la relative petite taille de la région et l'absence de grands centres lui donnent un caractère homogène qui en facilite l'étude.

L'étude des structures sociales de la société qui occupe le territoire à aménager et l'analyse sommaire de la culture acadienne doivent nous permettre d'estimer dans quelle mesure le développement économique peut être entravé par des blocages de type culturel. Il ne s'agit pas pour nous de faire une analyse sociologique fondamentale de cette société mais de mettre en évidence combien sont imbriqués les facteurs économiques et sociaux.

Pour comprendre les attitudes de la population face au développement, il nous faut savoir qui elle est, quelles sont ses valeurs, comment elle peut réagir dans sa confrontation avec la société industrielle, quelle est sa relation avec les autres groupes sociaux qui l'entourent. Or le fait que la population du Nord du Nouveau-Brunswick soit principalement une minorité linguistique doit nous amener à dégager ce qui la particularise : l'état de domination culturelle du groupe acadien, à notre avis cause explicative fondamentale des difficultés économiques de la région, est ce qui ressort de l'analyse du système d'éducation et des rapports ethniques.

Auteur : Alain Even
Titre : Domination et développement au Nouveau-Brunswick
Revue : Recherches sociographiques, Volume 12, numéro 3, 1971, p. 271-318
URI : http://id.erudit.org/iderudit/055538ar
DOI : 10.7202/055538ar

Tous droits réservés © Recherches sociographiques, Université Laval, 1971

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014