Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Santé mentale au Québec

Volume 37, numéro 2, automne 2012, p. 57-64

Le suicide

Sous la direction de Yves Lecomte

Direction : Yves Lecomte (directeur) et Bernard St-Onge (directeur général adjoint)

Rédaction : Jean-François Saucier (rédacteur en chef)

Éditeur : Revue Santé mentale au Québec

ISSN : 0383-6320 (imprimé)  1708-3923 (numérique)

DOI : 10.7202/1014956ar

smq
< PrécédentSuivant >
Article

Ce que la microscopie peut nous apprendre sur le suicide

Naguib Mechawar

Ph.D., chercheur, Groupe McGill d’Études sur le Suicide, Institut universitaire en santé mentale Douglas

Professeur adjoint, Département de psychiatrie, Université McGill

Résumé

La neuroanatomie fine des troubles de l’humeur et du suicide est une discipline relativement récente. En complément à la neuroimagerie, à la biologie moléculaire et à la biochimie, les analyses histologiques post-mortem des circuiteries cérébrales impliquées dans la régulation de l’humeur permettent de mieux comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires qui sous-tendent la dépression majeure et le suicide. Dans cet article, je discute de travaux récents réalisés au sein de mon laboratoire sur la neuroanatomie fine du cortex cingulaire antérieur (CCA). Plus particulièrement, je présente des résultants qui indiquent que les astrocytes fibreux de la matière blanche du CCA sont hypertrophiés chez des dépressifs qui se sont suicidés. Ces données sont interprétées dans le contexte de l’hypothèse neuro-immunitaire de la dépression et du suicide.

Abstract

What can microscopy teach us about suicide?

The fine neuroanatomy of mood disorders and suicide is a relatively recent field of investigation. Together with neuroimaging, molecular biology and biochemistry, histological analyses of post-mortem brain regions implicated in mood regulation allow gaining a better understanding of the cellular and molecular mechanisms underlying major depression and suicide. In this article, the author discusses recent studies conducted in his laboratory on the fine neuroanatomy of the anterior cingular cortex (ACC). In particular, he presents data showing that ACC white matter fibrous astrocytes are hypertrophic in depressed suicides compared to matched sudden-death controls. These data are interpreted in the context of the neuroimmune hypothesis of major depression and suicide.

Auteur : Naguib Mechawar
Titre : Ce que la microscopie peut nous apprendre sur le suicide
Revue : Santé mentale au Québec, Volume 37, numéro 2, automne 2012, p. 57-64
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1014956ar
DOI : 10.7202/1014956ar

Tous droits réservés © Santé mentale au Québec, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014