Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Urban History Review / Revue d'histoire urbaine

Volume 39, numéro 1, automne 2010, p. 5-19

Encounters, Contests, and Communities: New Histories of Race and Ethnicity in the Canadian City, Part 2

Sous la direction de Franca Iacovetta et Jordan Stanger-Ross

Direction : Alan Gordon (codirecteur) et Claire Poitras (codirectrice)

Éditeur : Urban History Review / Revue d'histoire urbaine

ISSN : 0703-0428 (imprimé)  1918-5138 (numérique)

DOI : 10.7202/045104ar

uhr
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Accommodating Resistance: Unionization, Gender, and Ethnicity in Winnipeg’s Garment Industry, 1929–1945

Jodi Giesbrecht

Abstract

This article examines the culturally particular and gendered ways in which Jewish immigrant women in the garment industry negotiated their new Canadian urban environments by participating in labour protest, indicating how the site of the strike was one structured by gender and ethnicity as well as by class. Canada’s urban space both facilitated immigrant women’s integration into society by enabling their interaction with Canadian political and economic structures and encouraged their retention of culturally particular ways of life by providing sites and spaces for politically charged gatherings that not only reinforced these workers’ ethnic traditions but also put their status as militant women on public display. These women strikers’ accommodation and resistance to Canadian society was also affected by Anglo Canadians’ representations of them, by shifting unionization tactics—from radical to conservative—and by social constructions of gender, ethnicity, and class.

Résumé

Cet article examine les moyens culturellement particuliers et genrés par lesquels les femmes immigrantes juives dans l’industrie du vêtement au Canada ont négocié leur nouvel environnement urbain à travers diverses formes de manifestations ouvrières, en démontrant comment le lieu de la manifestation a été structuré par le genre, l’ethnicité et la classe. L’espace urbain canadien a servi à la fois à faciliter l’intégration sociale des femmes immigrées en permettant leur interaction avec les structures politiques et économiques canadiennes et à favoriser leur rétention de modes de vie culturellement particuliers en leur offrant un espace et des sites pour des rassemblements à caractère politique qui non seulement ont renforcé les traditions ethniques de ces ouvrières mais ont aussi mis leur statut de femmes militantes au grand jour. La façon dont ces femmes grévistes se sont accommodées et ont résisté à la société canadienne a également été affectée par leurs représentations anglo-canadiennes, l’évolution des tactiques syndicales—de radicales à conservatrices—et par des constructions sociales de genre, d’ethnicité et de classe.

 Remerciements

I wish to thank the editors and reviewers of the Urban History Review, the archival staff of the Jewish Heritage Centre of Western Canada, and especially Franca Iacovetta for invaluable feedback on and assistance with this article.

Auteur : Jodi Giesbrecht
Titre : Accommodating Resistance: Unionization, Gender, and Ethnicity in Winnipeg’s Garment Industry, 1929–1945
Revue : Urban History Review / Revue d'histoire urbaine, Volume 39, numéro 1, automne 2010, p. 5-19
URI : http://id.erudit.org/iderudit/045104ar
DOI : 10.7202/045104ar

Tous droits réservés © Urban History Review / Revue d'histoire urbaine, 2010

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014