Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Voix et Images

Volume 17, numéro 2 (50), hiver 1992, p. 203-218

L’âge de la critique, 1920-1940

Sous la direction de Pierre Hébert

Direction : Lucie Robert (directrice)

Éditeur : Université du Québec à Montréal

ISSN : 0318-9201 (imprimé)  1705-933X (numérique)

DOI : 10.7202/200957ar

vi
< PrécédentSuivant >
Article

La critique historique d’Albert Dandurand

Manon Brunet

Résumé

Résumé

L'oeuvre critique (1933-1938) de l'abbé Albert Dandurand est peu connu. Première synthèse approfondie de l'histoire des genres littéraires au Québec (après Edmond Lareau et avant Séraphin Marion), elle est aussi la première histoire littéraire positiviste du Québec. Dandurand se donne comme tâche de parler de la littérature en elle-même, s'écartant ainsi du discours historique critique dominant de Camille Roy. Cet article veut montrer sur quoi repose l'originalité de l'approche critique de Dandurand quand il analyse les oeuvres romantiques québécoises du XIX' siècle: la visée esthétique de son discours plutôt que la visée politique; des catégories analytiques (notions d Influence et de couleur.) qui servent l'explication plutôt que les jugements de valeur; bref, une distance critique qui permet à l'historien de parler de la littérature du XIX' siècle en elle-même.

Auteur : Manon Brunet
Titre : La critique historique d’Albert Dandurand
Revue : Voix et Images, Volume 17, numéro 2 (50), hiver 1992, p. 203-218
URI : http://id.erudit.org/iderudit/200957ar
DOI : 10.7202/200957ar

Tous droits réservés © Université du Québec à Montréal, 1992

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014