Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Voix et Images

Volume 21, numéro 2 (62), hiver 1996, p. 300-311

Suzanne Jacob

Sous la direction de Lori Saint-Martin et Christl Verduyn

Direction : Louise Dupré (directrice)

Éditeur : Université du Québec à Montréal

ISSN : 0318-9201 (imprimé)  1705-933X (numérique)

DOI : 10.7202/201241ar

vi
< PrécédentSuivant >
Article

Dé-lire les « délires » de À l'inconnue nue de Gilles Hénault

Antoine Spacagna

Résumé

Résumé

Cette étude essaie d'arriver à une définition de la poétique de Gilles Hénault dans À l'inconnue nue, à partir d'une analyse serrée menée sur plusieurs plans : présentation typographique, jeux phonétiques et sémantiques (anagrammes, métagrammes, etc.). Elle examine la place accordée au corps, au monde naturel et à la mer, thèmes majeurs répartis dans les vingt-six poèmes qui constituent ce petit recueil. La conclusion replace Gilles Hénault dans les grands courants du corpus francophone, tout en soulignant sa "difference" québécoise.

Abstract

Abstract

This study attempts to define Gilles Hénault's poetic art in À l'inconnue nue through close analysis carried out at several levels : typographic presentation, phonetic and semantic games (anagrams, metagrams, etc.). The study focuses on the body, the natural world and the sea, which are major themes of the twenty-six poems making up this short collection. The conclusion locates Gilles Hénault within the major currents of the Francophone corpus, while emphasizing his Québécois " difference. "

Auteur : Antoine Spacagna
Titre : Dé-lire les « délires » de À l'inconnue nue de Gilles Hénault
Revue : Voix et Images, Volume 21, numéro 2 (62), hiver 1996, p. 300-311
URI : http://id.erudit.org/iderudit/201241ar
DOI : 10.7202/201241ar

Tous droits réservés © Université du Québec à Montréal, 1996

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014