Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Voix et Images

Volume 31, numéro 3 (93), printemps 2006, p. 87-104

Élise Turcotte

Sous la direction de Denise Brassard

Direction : Daniel Chartier (directeur)

Éditeur : Université du Québec à Montréal

ISSN : 0318-9201 (imprimé)  1705-933X (numérique)

DOI : 10.7202/013241ar

vi
< PrécédentSuivant >
Article

La disparition élocutoire du romancierDu « roman de la lecture » au « roman fictif » au Québec

Marilyn Randall

Université de Western Ontario

Résumé

Nous définissons le roman de la lecture à partir d’un nombre représentatif de textes qui partagent la structure du « roman dans le roman », créant une problématique de la lecture qui ébranle à la fois la logique du monde fictif et celle mobilisée par le lecteur. Une variante importante sera qualifiée de roman fictif, soit un récit qui confond de façon irrémédiable les niveaux « fictif » et « réel » à l’intérieur de la fiction par un retournement de la fin qui détruit la logique des deux ontologies établies, déstabilisant ainsi la lecture. Dans ces fictions « fictives » (Le double suspect de Madeleine Monette, Le sexe des étoiles de Monique Proulx, La vie en prose de Yollande Villemaire, de même que Prochain épisode et Trou de mémoire d’Hubert Aquin), c’est le rôle de l’écrivain qui se trouve miné, de façon à effectuer une « mort de l’auteur » à l’intérieur de la fiction pour que puisse naître le lecteur.

Abstract

The Elocutionary Disappearance of the Novelist

From the “Novel of Reading” to the “Fictitious Novel” in Quebec

We define the novel of reading on the basis of a representative number of texts that share the structure of the “novel within a novel”, creating a problematic of reading that challenges both the logic of the fictitious world and the logic mobilized by the reader. A key variant is described as the fictitious novel: a narrative that creates an irreversible confusion between “fictitious” and “real” levels within a fiction by a reversal at the end that destroys the logic of the two established ontologies, thus destabilizing the reading process. In these “fictitious” fictions (Le double suspect by Madeleine Monette, Le sexe des étoiles by Monique Proulx, La vie en prose by Yollande Villemaire, as well as Prochain épisode and Trou de mémoire by Hubert Aquin), the role of the writer is undermined in order to bring about the “death of the author” within the fiction, and thus allow the reader to be born.

Auteur : Marilyn Randall
Titre : La disparition élocutoire du romancier : du « roman de la lecture » au « roman fictif » au Québec
Revue : Voix et Images, Volume 31, numéro 3 (93), printemps 2006, p. 87-104
URI : http://id.erudit.org/iderudit/013241ar
DOI : 10.7202/013241ar

Tous droits réservés © Université du Québec à Montréal, 2006

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014