Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Sibona Bruno (dir.), 2017, Rituels en action. Louvain-la-Neuve, EME Éditions, coll. « Esthétique Spiritualité », 350 p.

  • Willem Roux-Cuvelier

…more information

  • Willem Roux-Cuvelier
    Département d’anthropologie, Université de Montréal, Montréal (Québec), Canada

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Habiter le monde : matérialités, art et sensorialités, Volume 44, Number 1, 2020, pp. 13-297, Anthropologie et Sociétés

L’ouvrage est divisé en deux parties : « TRANSGRESSER (initiatique) » et « RELIER (anxiolytique) ». Chacune comprend neuf études en lien avec ces deux fonctions du rituel. La première section porte sur l’aspect initiatique du rituel. Elle commence par un texte de Claire Lozier sur la relation entre rites et littérature dans la pensée de Georges Bataille. S’ensuit le chapitre d’Anaïs Bonnier sur les contre-rituels scatologiques présents dans quatre oeuvres littéraires ainsi qu’un troisième chapitre, de Bénédicte Maselli, sur le Théâtre des orgies et des mystères d’Hermann Nitsch. Cette partie se poursuit par une quatrième analyse (Alain Romestaing) portant sur les rituels de mise à mort dans l’oeuvre de Jean Giono. Vient ensuite un chapitre d’Agnès Rogliano Desideri sur la relation entre morts et vivants en Corse. Le sixième chapitre de cette partie est une étude de Claire Ghëerardyn sur un rituel en lien avec le pont Charles à Prague dans l’oeuvre d’Angelo Ripellino. Le chapitre suivant (Aline Wiame) s’intéresse aux pratiques de la « psychiatrie institutionnelle » à la Clinique de la Borde. « TRANSGRESSER (initiatique) » se termine par une analyse des séquences rituelles dans l’oeuvre de Samuel Beckett (Florence Godeau) ainsi que par une étude sur la question du genre en tant que rituel dans le milieu de la danse contemporaine (Hélène Marquié). La seconde partie, « RELIER (anxiolytique) », concerne l’aspect anxiolytique du rituel. Le premier chapitre (Federica Maltese) est une analyse du film Medea (1969) de Pier Paolo Pasolini qui se concentre davantage sur la relation entre rituel et utopie. Une grande partie des chapitres suivants replace l’ouvrage dans un contexte anthropologique, tout d’abord avec un texte sur la création audiovisuelle autochtone au Brésil (Charles Bicalho), puis par un texte sur les rituels chamaniques liés à l’ayahuasca (Silvia Mesturini Cappo). La quatrième analyse porte sur la ritualité dans la littérature poétique et les arts martiaux contemporains (Matthieu Dubois). Cette seconde partie de Rituels en action se poursuit avec le chapitre de Nour Farra-Haddad sur les rituels divins dans une maison de visionnaires à Beyrouth ainsi que par deux études littéraires : la première porte sur les rituels dans l’oeuvre « Sylvie » (1853) de Gérard de Nerval (Catherine Talley), la seconde s’intéresse aux rites amoureux dans Belle du Seigneur (1968) d’Albert Cohen (Alain Schaffner). Le huitième chapitre concerne la question des rituels de mémoire dans les musées d’histoire (Nathanaël Wadbled). Enfin, le chapitre de Myriam Watthee-Delmotte est une étude sur la place des rituels dans la relation entre deuil et littérature. Pour conclure, il s’agit d’un ouvrage qui, au travers des nombreuses études qu’il présente, permet une meilleure compréhension de la notion de « rituel », que ce soit en anthropologie comme en littérature ou en théâtre. Toutefois, son approche multidisciplinaire limite le potentiel de ses objectifs aux yeux de certains lecteurs spécialisés dans l’une de ces trois disciplines.