"Manifeste"[Record]

  • Jean-Marie Fecteau

…more information

  • Jean-Marie Fecteau
    Département d'histoire, UQAM

Automne 1992 synthèse d'histoire politique est déplorée de même que celle d'études nouvelles antérieures à l'époque de l'Union nationale, on note avec pertinence la production récente d'excellents et nombreux ouvrages de références statistiques et bibliographiques publiés, en majorité, par l'Assemblée nationale et la Bibliothèque nationale. Conclusion Rien encore n'est comparable à L'histoire des élections en France de Frédéric Bon (1978), à l'exemplaire Citoyens et la démocratie (1985) publié sous la direction de Yves Lequin. La grande synthèse québécoise des campagnes électorales, souhaitée par plusieurs chercheurs dès 1960 n'existe pas encore. La moisson est grande cependant pour l'époque contemporaine -fin des années 1950 à nos jours•. On la doit surtout aux politologues comme Gérard Bergeron, Vincent Lemieux, André Bernard, Daniel Latouche, Réjean Pelletier, Robert Boily , Guy Bourassa, etc. La période antérieure est moins fertile de ce point de vue mais la qualité de certains travaux est souvent remarquable. La formation des institutions parlementaires québécoises, 1791-1838 de Henri Brun est de ceux-là. Il en va de même pour The Revoit of French Canada 1800-1836 de H.Taft Manning (1962). L'essai de Maurice Giroux sur la période de l'Union (1967) dégage également des perspectives intéressantes comme d'ailleurs le trop court article de Marcel Caya sur les élections provinciales du Québec de 1867 à 1886 (1975). Ajoutons à cela les différents instruments de recherches et de références produits par les Drouilly, Lévesque, Corneau, Hudon, Latouche, etc. et le Dictionnaire biographique du Canada. L'inventaire des travaux, thèses et mémoires est plus important qu'on pourrait d'abord le penser. Un survol rapide nous amène déjà à une cinquantaine de titres. Toute cette documentation nous permettrait dès à présent de jeter les bases d'un dossier préliminaire et cumulatif sur l'état exact de nos connaissances en histoire politique au Québec. Ce serait un premier pas vers la synthèse que tous attendent. Bulletin, volume 1, no 1 "MANIFESTE" par Jean-Marie Fecteau Département d'histoire UQAM Le texte qui suit a été rédigé comme "manifeste" lors de la création de l'Association québécoise d'histoire politique. Il a été revu par Dany Fougères et commenté par Je comité qui a convoqué l'assemblée de fondation. Il est offert ici comme élément de réflexion visant à contribuer à la tâche de penser une histoire politique élargie, ouverte aux questions du présent comme aux enjeux du futur. Écroulement des empires, remises en question de la démocratie, résurgence, souvent violente, des nationalismes, dépolitisation des jeunes, redondance ou insipidité du discours politique. Longtemps repoussé aux marges d'une histoire dite "scientifique", le politique retrouve, au rude contact de la réalité, son caractère central. Car c'est par lui que les collectivités se définissent, s'organisent et cherchent leur destin. C'est par lui que l'individu assume sa qualité de citoyen, et façonne la communauté qui l'entoure. Le politique, c'est bien sûr le mouvement des volontés qui, par l'expression du vote, anim_e la vie parlementaire et remplit les cadres d� l'Etat. Le politique tient aussi à l'emprise de l'Etat sur les sociétés, comme aux tractations interétatiques et onusiennes qui expriment la vie internationale des formations sociales. Mais, plus fondamentalement peut•être, le politique apparaît comme une dimension de l'existence des hommes et des femmes qui exprime leur accès collectif à l'universel, et au changement du monde. Dans nos sociétés porteuses d'un idéal démocratique, le politique est devenu l'enjeu mouvant des ambitions ou des aspirations de tous. Il exprime de mille façons sa présence dans nos sociétés ...