You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Comptes rendus bibliographiques

VANDERMOTTEN, Christian, dir. (2002) Le déve-loppement durable des territoires. Bruxelles, Les Editions de l’Université de Bruxelles (Coll. « Aménagement du territoire et environnement »), 232 p. (ISBN 2-8004-1300-X)

  • Nicolas Joly

…more information

  • Nicolas Joly
    Université de Lille I

Article body

Fort de dix-huit articles, cet ouvrage est la publication d’un colloque portant sur « le développement durable des territoires » qui s’est tenu à Bruxelles en décembre 2001. Il s’inscrit dans la droite ligne de nombreuses études sur ce thème. Dès l’introduction, Ghislain Géron et Christian Vandermotten présentent ainsi, dans un schéma classique, le développement durable des territoires en rupture avec les démarches et les pratiques de développement adoptées jusqu’à récemment et qui reléguaient les préoccupations environnementales à la sphère revendicative et à la position défensive. Au stade actuel de la réflexion, les auteurs insistent fortement sur l’intégration systémique des domaines économiques, sociaux et culturels, dans des objectifs de durabilité qui placent le territoire, mais aussi la question de la coopération, de la transparence et du consensus au coeur même de la problématique du développement.

Les premiers articles constituent certainement l’intérêt majeur de l’ouvrage. Les auteurs y tentent de dénouer comme il se doit l’écheveau des notions de développement durable, de développement global, local et endogène ou encore de développement territorial, mais ils traitent également de l’articulation complexe des différents niveaux de compréhension des systèmes territoriaux. Georges Prévélakis pose à cet effet la question centrale des échelles territoriales à privilégier et débouche sur la notion intéressante de « territoires à réinventer » (p. 34). Dès lors, les éléments de valorisation et de développement territorial, nombreux et souvent indissociables car systémiques, sont passés au crible de la critique. Capacité d’innovation, mobilisation des ressources humaines, infrastructures et aides publiques constituent autant d’interfaces dont l’approche en terme d’« effet de levier » est judicieusement remise en question (ainsi les grandes infrastructures de transport, qualifiées de « mythe du développement économique », p. 85). Les aspects politiques et plus spécifiquement juridiques font enfin l’objet des derniers développements, au sein d’une réflexion associant les différentes échelles territoriales, que les auteurs ont choisi d’enrichir par des études concrètes sur un terrain qui leur est familier : la Belgique principalement, le Nord de la France secondairement, sans négliger pour autant d’autres parties du monde pionnières en matière de développement durable (Amérique du Nord par exemple).

Le double intérêt de cet ouvrage collectif réside donc à la fois dans l’approche de conserve des notions et problématiques relatives au développement durable dans sa dimension territoriale, mais aussi dans l’apport des différentes disciplines sollicitées : géographie, économie, sciences politiques et droit. Indispensable pour quiconque désire aborder le champ de l’environnement et du développement durable dans une approche systémique, cette démarche pluridisciplinaire enrichit indéniablement la réflexion sur un thème complexe et très actuel, mais toujours autour d’un même objet, érigé en paradigme : le territoire.