Restricted access to the most recent articles in subscription journals was reinstated on January 12, 2021. These articles can be consulted through the digital resources portal of one of Érudit's 1,200 partner institutions or subscribers. More informations

Comptes rendus bibliographiques

FUENTES-CARRERA, Julieta (2018) Israël, l’obsession du territoire. Paris, Armand Colin, 224 p. (ISBN 978-2-20062-124-7)

  • Nicolas Paquet

…more information

  • Nicolas Paquet
    École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ESAD), Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD), Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), Université Laval, Québec (Canada)

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Le droit à la ville : les personnes immigrantes dans l’espace urbain, Volume 62, Number 177, December 2018, pp. 369-481, Cahiers de géographie du Québec

Le conflit israélo-palestinien est ancien et médiatisé. Il est l’un des conflits les plus proprement géopolitiques. Les professeurs l’utilisent pour exemplifier l’utilité du raisonnement en échelles. Dans presque toutes les universités, ils le présentent comme un cas d’intérêt dans les classes de géopolitique. Un territoire, une ville, deux peuples, deux projets territoriaux, des représentations divergentes, un rapport entre forces contradictoires, une impasse conflictuelle ; comment ne pas y voir, dès lors qu’on s’intéresse à la géopolitique, un exemple passionnant ? De prime abord, le conflit est militaire et religieux ; mais, lorsqu’on y regarde de plus près, il est aussi, et très largement, un conflit d’aménagement et de développement. Derrière les violences quotidiennes et l’intolérance des différents croyants, se cache en effet le rôle joué par les politiques mises en oeuvre. Il est alors normal que cette complexité inhérente stimule l’enseignement et la recherche ; sans parler du fait qu’elle mobilise la créativité, l’énergie et les réflexions des diplomates et autres acteurs internationaux. Formée à l’Institut français de géopolitique et s’inscrivant dans les thèses pragmatiques et compréhensives de l’école géographique de la revue Hérodote et d’Yves Lacoste, Julietta Fuentes-Carrera propose, dans le livre Israël, l’obsession du territoire, une lecture novatrice du conflit israélo-palestinien. Cette lecture emprunte ses outils et ses postulats à la géopolitique locale, mais elle relève aussi d’une lecture aménagiste et développementale dépassant l’apparente neutralité des actions techniques réalisées sur le territoire. Dans son ouvrage, qui est aussi un dérivé de sa thèse de doctorat, l’auteure avance, de manière documentée et cartes à l’appui, que les politiques d’aménagement et de développement jouent un rôle stratégique dans la prise de contrôle progressive du territoire de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est par le mouvement sioniste. Son constat est clair : en 20 ans, les changements induits par les politiques d’aménagement et de développement ont eu pour effet de changer le rapport de force entre Palestiniens et Juifs : ponts, routes, tunnels, murs, les infrastructures ont indéniablement joué un rôle politique en donnant prise à la domination territoriale israélienne. Pour l’auteure, qui contrôle les politiques d’aménagement et de développement contrôle l’organisation de l’espace. En effet, les actions d’aménagement supposent la domination militaire d’Israël, alors qu’en retour ces mêmes actions créent une dynamique de faits accomplis sur lesquels il devient difficile de revenir. Au plan matériel, tout se passe comme si ces actions transformaient la conquête militaire en conquête démographique durable. Autrement dit, l’unité des réseaux d’infrastructures crée une unité géopolitique de fait, observe Fuentes-Carrera. Trois objectifs israéliens sont décelés par l’auteure. Tout d’abord, dans une optique de continuité territoriale, alors que le territoire était déjà peuplé et marqué : la judaïsation du pays sur le plan démographique. Ensuite, afin d’éviter les tensions entre les diverses composantes de la population juive – Juifs d’Éthiopie, du Maghreb, du Moyen-Orient, de Russie, laïcs, religieux : la création de conditions matérielles, infrastructurelles et économiques favorisant l’accueil des millions de Juifs en provenance des quatre coins du monde. Enfin, le contrôle des espaces et des lieux qui comptent afin de marginaliser la population arabe. Ce qui ressort de cette grande fresque du paysage géopolitique brossée par l’auteure est l’intelligence de la stratégie israélienne mise en oeuvre, initialement fondée sur la vision sioniste puis sur la représentation géopolitique de la nation israélienne. Cette stratégie s’articule à de multiples échelles, du plan national jusqu’aux quartiers, et présente un degré de sophistication étonnant et d’une troublante efficacité. En effet, Israël érige des murs, construit un nouveau réseau routier, redécoupe les limites administratives, encourage la colonisation, soutient les avant-postes permettant d’étendre la conquête régionale selon le modèle de la …