You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Comptes rendus bibliographiques

VANIER, Martin (2008) Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité. Paris, Economica, 160 p. (ISBN 978-2-7178-5534-0)

  • Benoît Antheaume

…more information

  • Benoît Antheaume
    Institut de Recherche pour le développement

Article body

Dès la première ligne, Martin Vanier fait savoir au lecteur qu’il appartient à la France qui se lève tôt, celle qui emprunte le premier TGV du matin ; en fait il ne s’agit que d’une illusion qu’il corrige immédiatement en témoignant de rendez-vous nettement plus tardifs, les jours suivants, qu’il rejoindra soit en tramway soit en voiture. Cette situation personnelle serait l’illustration du fait que la société française (car il s’agit souvent d’elle, même si des références internationales ne manquent pas) vit plus désormais selon des rythmes et des métriques variés, entre les territoires et à travers eux, que captive et enracinée. Cette société serait devenue interterritoriale.

L’entre-deux territorial répond à une catégorie statistique : celle des communes périurbaines dites multipolarisées dès lors que plus de 40?% de leurs actifs partent travailler dans deux ou plusieurs aires urbaines, un espace de la mutation mi-urbain, mi-rural qui concernait, dans la France de 1999, 40?% des communes, 33?% du territoire, 20?% de la population… une conséquence de l’individualisation du temps et du travail sur le rapport à l’espace, une individualisation aiguisée par une mobilité qui a explosé en 50 ans, choisie pour les nantis, subie pour les plus fragiles.

« La France urbaine, celle des experts, chercheurs et décideurs, n’aime guère sa société périurbaine, qui le lui rend bien » (p. 38). L’interterritorialité est honnie par les vrais citadins, comme par les vrais ruraux, renforçant de fait la coupure entre la population et les élites dont Vanier nous dit que « la pensée anti-périurbaine procède davantage de la crainte diffuse d’une pseudo-américanisation de la société française que d’une véritable idéologie spatiale » (p. 44). Mais depuis la fin des années 1990, on semble s’acheminer vers une lente compréhension de la réalité périurbaine, sans plus chercher à occulter le phénomène d’un tiers espace – forme d’étape dans un processus de transformation territoriale. Tout comme le tiers état et le tiers monde, le tiers espace doit lutter pour sa reconnaissance.

L’auteur s’en fait le chantre en soulignant avec justesse les « limites des territoires » (chapitre III), une ambivalence sémantique qui signifie que si les territoires disposent effectivement de limites, le mot ne s’applique pas qu’à leur périmètre, mais également à leur pouvoir. Ce dernier est bridé, notamment par l’État qui ne perd jamais la main en faisant mine de la leur tendre en décentralisant, déconcentrant ou dévoluant fonctions et compétences sans y mettre les moyens ; ou par d’autres pièges comme ceux de la subsidiarité, de l’autonomie, de la microsouveraineté ou de la compétitivité exacerbée entre les territoires. D’où le paradoxe du titre de l’ouvrage qui suggérerait que le vrai pouvoir des territoires serait sans doute de mieux le déléguer à travers diverses formes de partage et d’interterritorialité, un concept nouveau pour une réalité ancienne (l’internationalité) et qui représente une source d’innovations pour l’action collective et les politiques publiques, quelles qu’en soient les échelles, en d’autres termes, selon une « diagonale locale-planétaire » (chapitre V).

Souffrant d’imperfections mineures, cet essai, agrémenté d’un index et d’une bibliographie, n’en est pas moins parfaitement maîtrisé et convaincant.