Due to the exceptional circumstances concerning COVID-19, Érudit wishes to reassure its users and partners that all of its services remain operational. The Érudit team is now working remotely until further notice, and some operational activities may be slower than usual. Thank you for your understanding. More information

Comptes rendus bibliographiques

 

TALANDIER, Magali et PECQUEUR, Bernard (dir.) (2018) Renouveler la géographie économique. Paris, Economica-Anthropos, 304 p. (ISBN 978-2-71787-014-5)[Record]

  • André Joyal

…more information

  • André Joyal
    Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT), Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières (Canada)

Préfacé brièvement par Antoine Bailly, détenteur du prix Vautrin-Lud, et postfacé abondamment par Jacques Lévy, cet ouvrage a fait appel à la participation de 28 collaborateurs dont les contributions sont partagées, comme c’est le cas très souvent pour les ouvrages collectifs, en trois parties dont le lecteur pourra juger de la pertinence des intitulés. D’entrée de jeu, Bailly, géographe retraité de l’Université de Genève, converti en oenologue-voyageur, fait allusion à la nouvelle géographie telle que mise de l’avant par Paul Krugman. Ceci, sans signifier s’il s’agit de cette dernière qu’on trouvera ici renouvelée par la mise en évidence de 13 thèmes bien distincts. Avec ces thèmes, les auteurs favorisent le passage de la pluridisciplinarité à la transdisciplinarité afin de répondre aux exigences de la complexité des problèmes contemporains. Le lecteur, cependant, ne doit pas s’attendre à des surprises quant aux spécialités des différents auteurs, dont les champs d’intérêt – mis à part un spécialiste en management de Montréal – tournent autour des questions urbaines et de l’aménagement du territoire. Oui, tout géographe se retrouvera en terrain familier en abordant cet ouvrage appuyé sur l’hypothèse que « les conditions de structuration des transitions à l’oeuvre actuellement impliquent l’émergence de la question territoriale », vue ici comme le fondement entre la géographie et l’économie. Aux yeux de Pecqueur et Talandier, le territoire apparaît comme un espace physique borné se voulant la résultante d’un processus de construction sociale complexe et inscrit dans la longue période (p. 15-16). La première partie, Nouvelle organisation spatiale du développement économique, offre à Pecqueur l’occasion de reprendre le concept de la différentiation mis en évidence dans ses ouvrages précédents. Avec l’exemple de la coutellerie de Laguiole, le professeur de géographie de Grenoble souligne le fait que les produits ne sont pas spécifiques, mais différenciés. Ce qui conduit à en faire un avantage territorial. Sa collègue Talandier, dans le chapitre suivant, ne va pas, bien sûr, le contredire tout en observant que le développement territorial n’est pas seulement une question de ressources, de distance et d’accès au marché. Car il prend son appui sur la compréhension et la mise en capacité de systèmes territoriaux en continuelles mutations. Sous le couvert des capacités territoriales, la coauteure aborde celle de l’intermédiation se rapportant, entre autres, aux divers services destinés aux entreprises disponibles dans leur environnement immédiat. C’est dans la deuxième partie, Réorganisation spatiale de la société : innovation et créativité, que le lecteur québécois s’étonnera de se voir offrir l’exemple de la production de jeu vidéo de Montréal sous la plume du coéditeur de la revue Management International, Patrick Cohendet. Ce dernier reprend une figure publiée antérieurement dans la langue de Shakespeare et intitulée Underground, middleground, upperground, qui représente l’anatomie d’une ville créative. Avec ses 3 000 salariés, le studio d’Ubisoft, il va sans dire, occupe ici une place primordiale, compte tenu de son rôle dans le fait que la métropole du Québec soit devenue un des principaux pôles dans la production de jeu vidéo, en bonne compagnie avec Los Angeles, San Francisco et Londres. Un chapitre subséquent de Raphaël Besson, un collègue des responsables de l’ouvrage, m’a initié à un concept qui m’était totalement inconnu en relation avec les territoires ruraux : les tiers lieux. On en doit l’origine au sociologue Oldenberg, qui en a développé la notion dans une publication de 1989 (introuvable en bibliographie comme, hélas, plusieurs autres références). Il s’agirait de lieux hybrides qui ne relèvent ni du domicile ni du travail, se situant entre l’espace public et l’espace privé. On se rapporte à des lieux de rencontre tels des cafés, des librairies …

Appendices