Présentation du numéro thématique

Changements sociodémographiques et populations vieillissantes[Record]

  • Hervé Gauthier and
  • Yves Carrière

…more information

  • Hervé Gauthier
    Institut de la statistique du Québec

  • Yves Carrière
    Statistique Canada, Division de la démographie

Dans moins de dix ans, les premières générations du baby-boom vont parvenir à l’âge de 65 ans, seuil d’entrée dans ce que l’on appelle habituellement le groupe des personnes âgées. Le vieillissement démographique s’intensifiera dans les années suivantes, pour atteindre des niveaux sans précédent dans nos sociétés. La proportion de personnes de 65 ans et plus pourrait atteindre 29 % en 2041 au Québec, 25 % dans l’ensemble du Canada et 25 % pour le groupe des pays les plus développés . Ce phénomène, largement documenté, est à l’arrière-plan de l’intérêt porté à l’ensemble des changements sociodémographiques dans le numéro thématique des Cahiers québécois de démographie proposé ici. En définissant le thème de ce numéro, nous n’avions pas pour objectif de capter l’intérêt des seuls démographes, mais visions aussi à intéresser les chercheurs d’autres disciplines. En effet, nous voulions amener les chercheurs à se poser des questions sur l’impact des changements démographiques et des changements sociaux et économiques sur la société de demain, une société qui, démographiquement, aura vieilli. Dans certains cas, les changements socioéconomiques pourront accentuer les incidences du vieillissement démographique, dans d’autres cas, ils pourront en atténuer les effets. C’est la raison pour laquelle une certaine concurrence entre disciplines existe actuellement. Pour les uns, il faut d’abord examiner ce qui se passe au niveau démographique, qui est à la base de la société, pour d’autres, il faut adopter une attitude multi-disciplinaire et faire avancer les connaissances sur de nombreux plans avant de conclure quoi que ce soit sur le caractère défavorable ou non de cet important phénomène (Cheal, 2003). Nous ne cherchons pas à mettre un terme à ce débat, mais nous avons ouvert le numéro de la revue à des chercheurs d’autres disciplines de façon à pouvoir bénéficier de plusieurs points de vue. Il faut reconnaître de toute façon que les changements socioéconomiques sont considérables et ne pourront pas ne pas interagir avec les effets de l’évolution démographique. Les changements démographiques qui ont marqué nos sociétés au cours des dernières décennies auront eu comme effet de mener au vieillissement des populations. Au niveau même des variables démographiques, on connaît le rôle majeur joué par la baisse de la fécondité sur le vieillissement démographique, auquel s’est ajouté avec le temps l’effet de la baisse de la mortalité aux âges avancés. Pour chaque pays, outre les facteurs socioéconomiques, il faut prendre en considération les politiques de population, qui peuvent avoir une influence spécifique dans l’évolution des variables démographiques et par conséquent sur le vieillissement démographique. Ainsi, la politique énergique de planning familial en Chine et la politique très favorable à l’immigration au Canada ont contribué et contribuent encore à façonner la structure par âge de ces deux pays; non seulement l’effet des politiques sur le vieillissement de ces pays a une ampleur très différente, mais il s’exerce dans un sens opposé (voir Mo et Légaré, dans ce numéro). Au-delà d’une croissance du nombre et de la proportion des personnes âgées, les changements démographiques auront contribué à façonner une nouvelle image de la vieillesse. Cette image n’est d’ailleurs pas encore bien appréhendée par les mots qui s’appliquent à la dernière phase de la vie. Personnes âgées, très âgées, « séniors », retraités, aînés, vieux, vieillards : ces mots découpent la réalité mais reflètent une grande part d’imprécision quant aux attributs physiologiques, sociaux et économiques des individus et des groupes d’âge. Il n’est donc nullement étonnant d’entendre beaucoup de critiques sur le seuil de 65 ans ...

Appendices