Restricted access to the most recent articles in subscription journals was reinstated on January 12, 2021. These articles can be consulted through the digital resources portal of one of Érudit's 1,200 partner institutions or subscribers. More informations

Introduction[Record]

  • Stéphane Leman-Langlois and
  • Marc Ouimet

…more information

  • Stéphane Leman-Langlois
    Professeur à l’École de criminologie
    Chercheur au Centre international de criminologie comparée (CICC)
    Université de Montréal
    s.langlois@umontreal.ca

  • Marc Ouimet
    Professeur, Département de criminologie
    Chercheur, Centre international de criminologie comparée (CICC)
    Université de Montréal
    marc.ouimet@umontreal.ca

Plusieurs journalistes, politiciens, policiers et experts en sécurité font aujourd’hui grand cas de cette nouvelle réalité nommée cybercrime. Les criminologues, pour leur part, ont jusqu’à maintenant été relativement discrets sur ce phénomène pourtant particulièrement révélateur aussi bien pour les études des politiques pénales, du passage à l’acte, de l’incrimination, de la réaction sociale que de la construction du crime. Force est de constater qu’en importance absolue, l’influence du cybercrime, même dans sa définition la plus large, reste limitée sur le citoyen moyen (du moins pour l’instant). En soi, cette constatation pourrait s’appliquer à bien d’autres sphères marginales du phénomène criminel, qui, elles, sont pourtant couvertes d’une fébrilité sans cesse renouvelée par les chercheurs. L’autre facteur, sans doute plus déterminant, qui explique l’indifférence à l’égard du cybercrime, est qu’il fait appel à des connaissances extrêmement éloignées de la criminologie. Tout simplement, il se trouve que peu de chercheurs sont intéressés à la fois au crime et à la compréhension d’une attaque DDOS (Distributed Denial of Service). Les textes de ce numéro thématique se situent à des niveaux de réflexion et de recherche variés. Certains décrivent l’utilisation de technologies à des fins criminelles ; d’autres montrent l’apparition de crimes qui seraient impossibles sans ces technologies ; d’autres enfin décrivent l’effet de l’utilisation d’outils nouveaux sur les comportements et sur les individus. Cela est loin d’épuiser les sujets, ou même les angles d’approche de la question, mais constitue tout de même un échantillon intéressant des possibilités qu’offre l’étude du cybercrime. Ce recueil comprend deux essais sur l’incidence des nouvelles technologies de l’information et d’Internet sur la criminalité traditionnelle. Marc Ouimet se questionne sur l’influence de l’arrivée de ces moyens de communication sur le volume de vols et de violences et en conclut que la révolution informatique devrait être liée à une baisse de la criminalité générale. Il base son argumentation sur trois phénomènes : le changement des habitudes de vie, la traçabilité et l’information. Benoît Gagnon nous montre à quel point les possibilités de communication offertes par les technologies de l’information affectent la structure des groupes terroristes. Ces technologies, on le verra, ne sont pas de simples outils permettant de communiquer mieux, plus rapidement ou à moindre coût, ou d’augmenter l’efficacité des cellules terroristes. L’adoption de ces outils, inévitable dans un monde branché, affecte profondément les relations existant entre les membres des groupes et transforme leur mode d’action, sinon de pensée. Gary Marx se penche sur les possibilités de surveillance qu’offrent ces nouvelles technologies, dans le contexte plus large d’une sociologie des surveillants et des surveillés. Ici aussi, la technologie adoptée et son fonctionnement font davantage que multiplier les instances, les cibles et le contenu des informations obtenues. Faire une sociologie de la surveillance, c’est découvrir combien et comment les technologies de collecte, d’analyse et de stockage de l’information viennent modifier les comportements des surveillants, des surveillés et de ceux pour qui la surveillance est effectuée. Dans son texte, Stéphane Leman-Langlois tente de clarifier la notion de cyberobjet, surtout en ce qui a trait au cybercrime, au cyberterrorisme et à la cybersurveillance. Au-delà des mots clés, nous devons nous demander si ces définitions procèdent de l’activation de certains intérêts et surtout d’une vision précise de ce que doit être le cyberespace en tant que lieu d’échanges commerciaux. Les cyberobjets sont intéressants parce que nous pouvons être les témoins directs de la construction de leur signification sociale et criminologique. Encore ici, le cyberespace n’est pas simplement un nouveau contexte technologique, politique et sociologique dans lequel il faut débusquer des conduites criminelles dont il faudrait faire la répression. Le cyberespace …