You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Fermentation as Agitation: Transforming how we live togetherLa fermentation, incitateur de changement : transformer notre manière de vivre ensemble

  • Maya Hey and
  • Alex Ketchum

Article body

“As you watch your fermenting food bubble away as bacteria and yeast work their transformative magic, envision yourself as an agent for change, creating agitation and unrest, releasing bubbles of transformation in the social order.”

Sandor Katz[1]

Our first special issue of food, feminism, and fermentation highlighted invisible relations to the more-than-human entities that influence some of the productive/reproductive processes in the current food system. The issue also traced how the material consequences of these relations (e.g. blood, milks, starter cultures) circulate in spaces for microbial exchange and encounter.

Our second issue focuses on how an integrative approach to food, feminism, and fermentation can attend to inequalities in the political and social structures of our living, eating worlds. It builds on the idea of reframing our human existence as a web of relations. Echoing the work of Lisa Heldke, food can be thought of as loci of relations, instead of static or singular objects.[2] Thought of this way, fermenting food with microbes and with each other can help us imagine the possibility of a radically allied, nonhierarchical, relational ontology, one that is necessarily interdependent.

Fermentation revisits the theoretical underpinnings of how we operate as humans in a microbial world. As with grapes that ferment into wine and take on new meanings (e.g. hospitality, sociability, religious symbolism), fermentation is a transformational process in both matter and meaning. Fermentation — which relies on invisible and multiple communities that work together — can also provide cues for agitating the social order around us. In a broad sense, the cultural shifts apparent in the #MeToo movement (i.e. making visible the horrors of rampant sexual assault) and the LGBTQIA+ movement (i.e. extending rights and support to vibrant communities) point to a kind of social ferment that elicits public concern and a call to action. As both a metaphor and a material practice, fermentation has the potential for literal and figurative change.

In this issue, fermentation extends the concerns of food and feminist thought into the same realm as social justice and activism, exploring ideas about how we live together, work together, and eat together, continually. Our contributors give us metaphors, stories, and rituals to help us reimagine power, relations, ethics, equality, and continuity. In addition, our authors demonstrate how fermentation helps us re-imagine and expand the meaning of food studies. In a similar way, Canadian food studies scholars have further developed the potential of the field as a lens to examine society. Franca Iacovetta, Marlene Epp, and Nathalie Cooke use food to understand the blurring of boundaries and formation of new national and ethnic identities via immigrant foodways, Valiere J. Korinek applies vegetarian advertising campaigns to the acceptance or rejection of certain sexualities, and Catherine Carstairs discusses granola as a means to discuss social movements. The authors in this second special issue continue Canada’s tradition of innovative and boundary pushing food studies scholarship.

Two research articles examine what it means to embody feminist and queer political action, particularly in the context of resistance in the everyday spaces of making, eating, and living together. Stefanie Fishel outlines a call to action, traversing different scales of life to think through ways of eating, communing, and resisting together: “this expanded and fecund idea of human-microbial relations give feminists clues and ideas toward building political coalitions through unlikely but productive relations across many lines of difference. Alliances with the microbial world, or the micropolitical, can teach us lessons about the human world, or macropolitical.” In the second research article, Stephanie Maroney grounds her understanding of fermentation as a generative prospect for social change through her immersive living with Sandor Katz, fermentation revivalist of our time. She explains that Katz’s “theorization of fermentation queers [our] understandings of the world as either/or, heteronormative, and hierarchical.” Inherent to both articles are the theoretical baseline which views “humans not as individuals engaged in purity projects of control and subordination, but as co-constituted, deeply dependent subjects who are responsible to, and in service of a queer web of relations.”

The creative pieces in this issue also critically attend to power relations and material realities inherent in enactments of gender, service, and ritual. S.E. Nash raises the question of plurality and engages with different strata of lively communities. Elise Boudreau Graham activates humour and frustration through memes to ‘utter’ the unspeakable within the confines of a (rather gendered) service industry. Amanda Couch recounts her performance of divination rites through commensality and interconnectedness. These artist-researchers and artist-activists mobilize praxis as a form of knowing, sharing, and activating. Collectively, their works go beyond the mere ‘doing’ of art to call forth a participative audience through public interventions.

As with other issues of Cuizine, we have included several book reviews around the social politics of food. Pamela Tudge reviews Food, Families and Work, Ginna Solorzano reviews The Changing Politics of Organic Food in North America, and Christopher Laurent reviews The Tastemakers: Why We're Crazy for Cupcakes But Fed Up with Fondue. We hope that our CuiZine readers benefit from these analyses.

How we embody others matters because it points to our ethics. How we navigate difference and stagnation matters because it makes apparent how we view progress and change in a world that desperately needs self-reflexivity, allyship, and solidarity. And, perhaps most importantly, how we ferment and agitate the world around us matters to all inhabitants, visible and invisible, if we are to continue living together and if we are to think ahead to the future. Fermentation, then, can be seen as a valuable tool for both thinking and enacting change.

Figure 1

-> See the list of figures


« Pendant que vous regardez votre nourriture qui fermente bouillonner allègrement alors que les bactéries et la levure opèrent leur transformation magique, imaginez que vous êtes instigateur de changement, fomentateur d’agitation et de trouble, déversant des bulles de transformation au sein de l’ordre social. »

Sandor Katz[3]

Notre premier numéro spécial sur l’alimentation, le féminisme et la fermentation s’est employé à mettre en lumière les relations invisibles entre les éléments plus qu’humains qui influencent quelques-uns des processus de production et de reproduction au sein du système alimentaire actuel. Ce numéro a également retracé de quelle manière le produit des relations entre ces éléments (p. ex. le sang, le lait, les cultures de ferment) circule et engendre des échanges et des croisements entre microbes.

Notre second numéro met l’accent sur la façon dont l’adoption d’une approche intégrative en matière d’alimentation, de féminisme et de fermentation peut mettre en exergue les inégalités des structures politiques et sociales qui prévalent dans nos univers vivant et alimentaire. Cette approche se fonde sur le concept de redéfinition de l’existence humaine en tant que tissu de relations complexes. À l’instar du travail de Lisa Heldke, les aliments peuvent être considérés comme des foyers de relations entre ingrédients, plutôt que des éléments statiques ou distincts.[4] Vu de cette manière, faire fermenter des aliments avec des microbes et les uns avec les autres peut nous aider à imaginer la possibilité de l’avènement d’une ontologie radicalement différente, fondée sur des alliances, à caractère non-hiérarchique; somme toute, une ontologie essentiellement dictée par les interdépendances entre les êtres.

La fermentation nous permet de reconsidérer les fondements théoriques de notre fonctionnement en tant qu’êtres humains dans un monde microbien. Tout comme les raisins qui fermentent pour se transformer en vin, boisson symbolique dont la signification varie selon les domaines (p. ex. domaines hôtelier, social, religieux), la fermentation est un processus de transformation tant d’un point de vue matériel que d’un point de vue symbolique. La fermentation — processus qui dépend du travail collectif et invisible d’une multitude de composantes — peut également fournir des pistes pour nous aider à ‘brasser’ l’ordre social autour de nous. Dans une perspective plus élargie, les transformations culturelles qui s’apparentent au mouvement #MeToo (soit de faire éclater au grand jour les horreurs liées à la violence sexuelle endémique) et au mouvement LGBTQIA+ (soit de rendre les droits de la personne plus accessibles à tous et appuyer l’ensemble des communautés, toutes orientations sexuelles confondues) signalent une sorte de fermentation sociale, susceptible d’attirer l’intérêt public et d’inciter les gens à s’impliquer davantage. Au sens métaphorique comme au sens pratique et matériel, la fermentation a le pouvoir de provoquer le changement, au sens littéral aussi bien qu’au sens figuré.

Dans ce numéro, se nourrissant des concepts liés à la fermentation, les préoccupations relatives aux théories en matière d’alimentation et de féminisme se propagent également dans l’univers de la justice sociale et du militantisme, nous fournissant ainsi l’occasion d’explorer plus avant des concepts novateurs pour nous permettre de vivre ensemble, de travailler ensemble, et de s’alimenter ensemble, en harmonie et ce, de manière ininterrompue. Nos collaborateurs nous offrent des images métaphoriques, nous racontent des récits et nous font découvrir des rituels pour nous aider à réinventer les concepts de pouvoir, de relations, d’éthique, d’égalité et de continuité dans le monde. De plus, ils nous montrent de quelle manière la fermentation nous permet de repenser et d’élargir la signification des études en alimentation. De la même façon, des chercheurs canadiens dans le domaine des études alimentaires se sont employés à accroître la capacité de ce domaine à nous permettre d’examiner la société dans laquelle nous vivons. De leur côté, Franco Iacovetta, Marlene Epp et Nathalie Cooke se servent des aliments pour tenter de comprendre la disparition des frontières et l’émergence de nouvelles identités nationales et ethniques en examinant les modes d’alimentation des immigrants. Valerie J. Korinek applique le concept des campagnes de publicité végétariennes à l’acceptation ou le rejet de certaines sexualités, et Catherine Carstairs examine le muesli comme instigateur de discussions sur les mouvements de société. Les auteurs qui ont contribué à ce numéro spécial poursuivent la tradition canadienne dans le domaine des études alimentaires, basée sur l’innovation et le recul des frontières du savoir.

Deux autres articles de recherche se penchent sur ce que signifie l’engagement politique féministe et des communautés homosexuelles, tout particulièrement dans un contexte de résistance au sein de nos espaces de vie communs, là où nous produisons, partageons nos repas et vivons tous ensemble. De son côté, Stefanie Fishel nous invite à passer à l’action, à travers différents modes de vie, pour nous inciter à réfléchir sur de nouvelles façons de s’alimenter, de collaborer et de résister aux idées reçues ensemble, main dans la main : « ce concept élargi et imaginatif en matière de relations humaines et microbiennes fournit aux féministes des pistes et des idées pour réussir à bâtir des coalitions politiques en nouant des relations inusitées mais productives dans toutes les communautés, peu importe leur orientation. Les alliances créées avec l’univers microbien, ou micropolitique, peuvent approfondir notre conception du monde humain, ou macropolitique. » Dans le deuxième article, Stephanie Maroney approfondit sa conception de la fermentation en tant qu’agent de changement social grâce au séjour qu’elle a passé dans la communauté de Sandor Katz, ce gourou de la fermentation de notre époque, à qui l’on doit la renaissance de cette pratique alimentaire. Elle explique que pour Katz, la théorisation de la fermentation fait chambouler [notre] conception du monde comme étant hétéronormatif ou hiérarchique. » Concept de base des deux articles, l’auteur émet la théorie qui veut que « les humains ne sont pas tant des individus impliqués dans des projets de contrôle et de subordination purificatoires, mais plutôt des êtres qui cohabitent et dépendent fortement les uns des autres, artisans d’un réseau de relations remarquable, auxquels ils apportent également leur contribution. »

Les articles inédits publiés dans ce numéro se livrent également à une réflexion critique concernant les relations de pouvoir et les réalités matérielles inhérentes à la mise en scène de réalités propres aux questions liées au genre, à l’industrie des services, et aux rituels. S.E. Nash soulève la question de la pluralité et amorce le dialogue avec des membres de différentes couches sociales au sein de communautés dynamiques. Elise Boudreau Graham joue sur l’humour et la frustration en faisant des mimiques pour s’exprimer sur des non-dits, avec toutes les limitations de rectitude (et à caractère plutôt genré) qu’exige l’industrie des services. Amanda Couch relate la manière dont elle accomplit des rites divinatoires en s’inspirant du commensalisme et des interconnexions entre les êtres vivants. Ces chercheuses, de surcroît artistes et militantes, encouragent les travaux pratiques qui sont pour elle des moyens d’apprentissage, de partage et d’activation sociale. De manière commune, leurs travaux vont au-delà de la simple pratique de l’art pour susciter la participation de leur auditoire au moyen d’interventions publiques.

Comme nous l’avons déjà fait pour les autres numéros de Cuizine, nous avons inclus diverses critiques de livres sur les politiques sociales en matière d’alimentation. Pamela Tudge passe en revue Food, Families and Work [ traduction libre de la rédaction : « Alimentation, famille et travail » ], Ginna  Solorzano, The Changing Politics of Organic Food in North America [traduction libre de la rédaction : « Les politiques changeantes en matière d’aliments issus de la culture biologique en Amérique du Nord » ], et Christopher Laurent, The Tastemakers : Why We’re Crazy for Cupcakes But Fed Up with Fondue [ traduction libre de la rédaction : « Nouvelles tendances : Pourquoi nous raffolons des petits gâteaux et en avons marre de la fondue. » ]

La manière dont nous incarnons les êtres avec qui nous vivons est importante, car elle en dit long sur notre sens de l’éthique. Notre façon de composer avec la différence et l’immobilisme est aussi fondamentale, car cela illustre l’importance que nous accordons au progrès et au changement dans un monde qui a grand besoin d’auto-réflexion, de partenariats et de solidarité. De plus, et peut-être avant tout, la manière dont nous faisons fermenter et s’agiter l’univers qui nous entoure importe, car elle touche tous ceux qui y habitent, visibles et invisibles, surtout si nous devons continuer à vivre ensemble, et quand on songe à ce que nous réserve l’avenir. La fermentation, dès lors, peut être considérée comme un outil précieux de réflexion et de déclenchement du changement dans notre monde.

Figure 2

-> See the list of figures

Appendices

Appendices