Chroniques des relations extérieures du Canada et du QuébecII – Les relations extérieures du Québec[Record]

  • Hélène Galarneau

780

Hélène GALARNEAU

21 septembre:

- Dans son discours devant la 36ème session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies, le secrétaire d'État aux Affaires extérieures, M'. Mark MacGuigan, passe en revue les problèmes mondiaux et insiste sur la nécessité, pour I'Onu, d'évoluer afin d'y faire face. M. MacGuigan presse entre autres l'Union soviétique de se retirer d'Afghanistan, dénonce l'intransigeance de l'Afrique du Sud quant à la Namibie et au problème de l'apartheid et lance un appel à une paix négociée au Moyen-Orient.

fin septembre:

- Une délégation canadienne, présidée par M. Jean Quesnel, directeur de l'Amérique latine à I'Acdi, est en Equateur dans le but de mettre sur pied un programme de coopération avec ce pays.

Il — Les Relations extérieures du Québec

(juillet à septembre 1981)

A — Aperçu général

Dans une entrevue accordée en septembre, le ministre québécois des Affaires intergouvernementales M. Claude Morin a fait le point sur les relations extérieures du Québec et a souligné l'orientation, d'abord économique, que le gouvernement entend donner à ses relations avec l'étranger.

M. Morin a réaffirmé l'importance de la présence québécoise à l'étranger, soutenant que

l'expérience de vingt ans établit au-delà de tout doute que le Québec doit faire lui-même la promotion spécifique de ses intérêts'.

Décrivant l'activité internationale comme « l'oxygène de notre société », le ministre a défini ainsi les priorités internationales du Québec :

Le gouvernement est résolu à « mettre le paquet » pour dynamiser l'économie québé-coise(...) Depuis quelques années, nous sommes en voie de transformer le plus possible nos opérations et nos coopérations à l'étranger pour accroître leurs composantes économiques, énergétiques, agro-alimentaires, scientifiques et technologiques et pour accentuer les services qu'elles peuvent rendre à nos industries et nos PME2.

Les représentations à l'étranger jouent un rôle primordial dans le développement de ces relations économiques. Citant l'exemple des bureaux de Tokyo, de Mexico et de Caracas dont l'établissement a permis le développement des échanges avec ces pays, le ministre a parlé de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient comme de deux régions prometteuses où le Québec devrait s'implanter.

Outre la dimension économique, M. Morin a souligné l'importance qu'attache le Québec au domaine socio-culturel dans ses relations extérieures, et le rôle primordial de l'Agence de coopération culturelle et technique (Acct) et de la francophonie multilatérale. Les autres questions auxquelles le Québec porte une attention particulière sont les rapports Nord-Sud, les problèmes des pays les moins avancés, les droits de l'homme et les réfugiés, et l'immigration francophone.3

1. La Semaine Internationale, vol. 1, no 1 (du 19 au 25 septembre 1981), p. 17.

2. Ibid., p. 16.

3. Ibid., p. 17 et 18.

CHRONIQUE DES RELATIONS EXTÉRIEURES DU CANADA ET DU QUÉBEC

Malgré l'importance accordée à la représentation à l'étranger, on apprenait fin juillet que les délégations du Québec devraient effectuer certaines réductions de personnel à cause des coupures budgétaires imposées par le Ministre des Finances.4 Environ dix postes seraient ainsi supprimés dans six des quinze maisons du Québec à l'étranger. La plus touchée, est la délégation de Dallas, au Texas, dans le cas de laquelle on parle de quasi-fermeture puisque les postes de délégué général et de conseiller économique y seront fermés, ne laissant qu'un attaché commercial. La délégation de Chicago perdrait quant à elle son attaché commercial et son responsable des communications, celles de Boston et de Los Angeles leurs responsables des communications et celle de Caracas un conseiller politique. Des postes seraient également coupés ...