Comptes rendus : Relations internationales du Canada

Balawyder, Aloysius. The Maple Leaf and the White Eagle : Canadian Polish Relations, 1918-1978. New York, Columbia University Press, 1980, 311 p.[Record]

  • C.M. Liebich and
  • André Liebich

RELATIONS INTERNATIONALES DU CANADA

Balawyder, Aloysius. The Maple Leaf and the White Eagle : Canadian Polish Relations, 1918-1978. New York, Co-lumbia University Press, 1980, 311p.

Pourquoi une histoire des relations polono-canadiennes ? Ces relations n'ont jamais été intenses ni dramatiques. Même dans le domaine du commerce et de l'immigration, champs privilégiés par cette étude, les chiffres sont d'une modestie éloquente: les échanges entre la Pologne et le Canada comptent pour moins que 5% du commerce total de chacun des deux pays (p. 105); les 316,410 Canadiens d'origine polonaise (en 1971) constituent le septième groupe ethnique au Canada en ordre d'importance mais ils constituent seulement 1,5% de la population totale du pays (p. 1).

Et pourtant, cette histoire n'est pas sans intérêt. Le récit de M. Balawyder couvre la question de l'admission et du transport des immigrants polonais au Canada durant la période d'entre les deux guerres. Il s'arrête - trop peu systématiquement, hélas ! - sur le problème des pressions exercées par les différents groupes ethniques canadiens pour influencer la politique canadienne à l'égard de la Pologne. Il étudie la question du cantonnement et de l'entraînement des soldats polonais sur sol canadien durant la Guerre et le problème de l'immigration des ex-soldats polonais après la Guerre. Reprenant le thème d'un de ses ouvrages antérieurs, Odyssey ofthe Polish Art Trea-sures (1978), M. Balawyder décrit de nouveau l'aspect le plus original des relations polono-canadiennes : la controverse concernant le trésor polonais déposé au Canada durant la Guerre et retenu ici pendant des années à cause du changement de régime en Pologne. Enfin, il traite en détail de la coopération économique et culturelle entre les deux pays durant les dernières décennies dans le contexte des relations est-ouest. En somme, il n'y a rien de spectaculaire dans tout cela mais l'ouvrage dans son ensemble nous donne un aperçu utile sur le train-train quotidien des chancelleries diplomatiques.

Certainement, M. Balawyder était la personne indiquée pour écrire cette histoire. Lui-même d'origine polonaise, a déjà publié, outre l'ouvrage mentionné ci-dessus sur le trésor polonais, une histoire remarquée des relations canado-soviétiques entre les deux guerres et une brève monographie sur la grève générale de Winnipeg. Actuellement, M. Balawyder est en congé de son université aux Affaires extérieures où il publie un volume dans la série des documents sur les relations extérieures du Canada. Sa connaissance profonde du sujet et sa maîtrise des archives canadiennes nous auraient permis de nous attendre à une étude exemplaire. Malheureusement, l'ouvrage que voici ne comble pas tous nos espoirs.

D'abord, nous nous étonnons du jugement de l'auteur. Autant que nous le sachions il ne s'agit pas ici d'une histoire officielle et rien n'oblige l'auteur à suspendre ses capacités critiques. Et pourtant il semble souvent incapable de tirer les conclusions des faits qu'il présente. Par exemple: Durant la guerre, l'armée polonaise exilée demande la permission à son allié canadien d'établir un camp d'entraînement au Canada. Le Canada n'accepte qu'avec la plus grande réticence et sous la condition expresse que la Pologne dépose une garantie financière très substantielle. Pis encore, durant la même période le Canada refuse d'admettre quelques centaines d'enfants polonais réfugiés, dont certains souffrant de malnutrition, sous prétexte que leur entrée n'est pas « financially practical » (p. 125). Et la conclusion de M. Balawyder? Le directeur de l'immigration canadienne a exprimé sa « sincère sympathy » (p. 125) pour les enfants et « Canada did everything possible to assist Poland establish training camps in Canada... » (p ...