Comptes rendus : Moyen-Orient

Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient. Éditions du CRNS, Paris, Cahiers du C.R.E.S.M. no 14, 1982, 359 p.[Record]

  • Paule Laberge

590

au Proche-Orient. L'invasion du Liban par Israël en juin 1982 (opération « Paix pour la Galilée ») et la signature d'un traité sur l'évacuation de ce territoire par les troupes de Tsaal, le 17 mai 1983, ouvrent effectivement une nouvelle phase.

L'essai de Ph. Rondot permettra à tous ceux qui suivent ce dossier de près ou qui souhaitent bien le comprendre d'avoir à leur disposition, sous un format réduit, l'ensemble des éléments portant sur la période 1973-1982. À ce titre-là au moins, il devrait figurer dans la plupart des bibliothèques. Ajoutons que l'auteur est un spécialiste bien connu des problèmes de l'Islam et qu'il a déjà consacré, dans la collection « Que sais-je? » aux P.U.F., trois études intéressantes à: la Syrie, l'Irak et la Jordanie (Nos. 1704 - 1771 -1823). Le lecteur pourra s'y reporter pour approfondir ses connaissances sur le Proche-Orient. Philippe Rondot, ancien élève de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr est actuellement chargé de mission au Centre des Hautes Études sur l'Afrique et l'Asie modernes (CHEAM), organisme rattaché à la Fondation des sciences politiques et relevant du Premier ministre.

Daniel Colard Faculté de Droit de Besançon, France

Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient. Éditions du CNRS, Paris, Cahiers du C.R.E.S.M. no 14, 1982, 359 p.

Autant la question des rapports entre science et société a été largement débattue durant les années 60, autant les politiques scientifiques ont été un thème favori des colloques et des conférences nationales et internationales des années 70. C'est dans cette ligne de pensée que le Centre de Recherches et d'Études sur les Sociétés Méditerranéennes (cresm) a tenu en mai 1980, à Aix-en-Provence, une table-ronde sur « Les Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient ». Cette rencontre regroupait

une majorité de chercheurs et universitaires arabes auxquels s'étaient joints quelques spécialistes internationaux. La table-ronde avait pour objectif d'analyser les rapports entre politiques scientifiques et politiques technologiques, enseignement supérieur et recherche scientifique, transferts technologiques et formation technique. L'approche était délibérément multidisciplinaire et devait favoriser la mise en relief des différents aspects d'un même phénomène. Les communications présentées, publiées deux ans plus tard par le CNRS, font l'objet de ce compte-rendu.

Les communications portent essentiellement sur le Maghreb, indépendamment de quelques références, ici et là, à d'autres pays arabes, et uniquement deux d'entre elles traitent de l'Egypte qui peut difficilement à elle seule représenter tout le Proche-Orient. La différence ainsi effectuée entre le Maghreb et le Proche-Orient s'avère inutile d'autant plus que tous les bilans nationaux étudiés sont ceux de quatre pays situés au nord de l'Afrique (Maroc, Algérie, Tunisie et Egypte). Les communications sont regroupées sous deux rubriques « Politiques scientifiques et système international » et « Bilans nationaux ».

Concernant le premier volet « Politiques scientifiques et système international », les communications dans leur ensemble ont mis beaucoup plus l'accent sur les politiques technologiques que scientifiques. Quand la science est mentionnée, ce n'est pas par rapport à son rôle dans l'élaboration d'une politique scientifique, mais par rapport à l'évolution du concept, de son association à la technologie ou de son utilisation politique par la communauté scientifique internationale (B. Schroe-der). Aucune communication ne traite vraiment de politique scientifique en tant que telle, et le rôle des organismes internationaux dans la promotion des politiques scientifiques nationales semble avoir été complètement ignoré, alors qu'il fut souvent prépondérant. Deux communications se révèlent particulièrement intéressantes, celle de J.R. Henry « Science, technologie, développement: questions sur un ...