Les relations internationales et la diffusion du temps mondial[Record]

  • Louis Bélanger

Les relations internationales et la diffusion du temps mondial

LouIS BÉLANGER

L'idée directrice de cet article est somme toute assez simple1. Elle se résume ainsi: en ce qui concerne le politique, la mondialisation s'explique en partie du fait que les États s'imitent et que le système international joue un rôle fondamental dans ce processus. Cette idée n'est pas nouvelle. Il y a près d'un siècle, Gabriel Tarde jetait les bases d'une théorie sociologique de l'imitation lui permettant d'interpréter certains comportements étatiques2. Citons par exemple, l'influence des nouvelles institutions adoptées par la France au lendemain de la défaite de 1814, sur les réformes constitutionnelles aux Pays-Bas et en Norvège (1814), puis en Bavière, au grand-duché de Bade (1818), du Wurtemberg (1819), et enfin au Portugal (1822 et 1826)3. Quant aux effets spécifiques de la dynamique internationale sur ces phénomènes d'imitation, et nous aurons l'occasion d'y revenir plus loin, ils ont déjà reçu une certaine attention, en particulier de la part de la sociologie politique comparatiste. Il nous semble néanmoins que ce problème n'a pas encore été l'objet d'un traitement théorique pour lui-même. En particulier, il commence à peine à attirer l'attention des théoriciens des relations internationales.

* L'auteur est chargé de eecherche au Centre québécois de relations internationales et candican au doctorat au Département dd science politique ue l'Université Laval.

1. Cet article reprend plusieurs arguments développés préalablement dans la note de recherche Relations internationales et paradigmes politiques, «Les Cahiers du cqri», Centre québécois de relations internationales, no. 6, mars 1992. L'auteur tient à exprimer sa gratitude à Jean-Pierre Derriennic et Gilles Breton qui ont commenté plusieurs versions de ce premier article. Plusieurs collègues et amis ont bien voulu commenter une première version du présent texte, en particulier Gilles Breton, Christian Deblock, Jeanne Kirk Laux et George Ross ; qu'ils en soient remerciés.

2. Voir surtout Gabriel Tarde, Les lois de l'imitation, Paris, Félix Alcan, ,899 5e Les transformations du pouvoir, Paris, Félix Alcan, 1899. Dans les applications les plus récentes, on remarquera d'intéressants travaux sur le suicide. Voir par exemple, David P. Phillips et Lundie L. Carstensen, «Clustering of Teenage Suicide After Télévision News Stories About Suicide», The New EnglandJournal ofMedicine, vol. 315, no. 11,11 1eptembre e986, pp. 685-689 et Steven Stack, «Celebrities and Suicide : A Taxonomy and Analysis, 1948-1983», American Sociological Review, vol. 52, no. 3, juin 1987, pp. 401-412.

3. G. Tarde, Les transformations du pouvoir, op. cit. pp .20.

Revue Études internationales, volume xxiv, n° 3, septembre 1993

550

Louis BÉLANGER

I - Le politique dans la globalisation

En fait, les développements théoriques de ces dernières années en Relations internationales4 et en politique comparée ont eu un effet pouvant sembler paradoxal sur la manière dont on considère le système international. On pointe du doigt son obsolescence en regard de la nature et des dimensions des phénomènes politiques contemporains en même temps qu'on mesure la puissance de ses effets, à la fois sur des phénomènes politiques jusqu'ici considérés comme endogènes aux sociétés nationales et sur le développement de la modernité. La discussion sur la mondialisation du politique rend très bien compte de l'ambiguïté du diagnostic. Entre la victoire du système d'États homogène universel5 et le passage au politique post-international6, il y a un monde de considérations sur la place qu'occupe le système d'États moderne dans l'univers politique contemporain.

Quoi qu'il en soit, le problème de la mondialisation du politique est plus généralement perçu comme celui de la réponse du ...