Comptes rendus : Conflits et maintien de la paix

DERMENNIC, Jean-Pierre. Les guerres civiles. Paris, Presses de science po, 2001, 281 p.[Record]

  • Daniel Meier

Études internationales, volume xxxm, n° °1 mars 2002

américaines et l'omniprésence de leurs produits, on peut poser la question à savoir si aujourd'hui on assiste non pas à une négociation mais de plus en plus à une homogénéisation de la culture populaire à l'américaine. Si c'est le cas, le résultat est une perte de diversité qu'il faut déplorer. Ici, Rosendorf parle en termes de choix : de plus en plus, dit-il, les gens regardent les films produits par Hollywood plutôt que les films français, par exemple, ce qui bien sûr est et doit rester leur droit. Néanmoins si on veut sauvegarder une partie de cette diversité culturelle surtout les cultures dites élitistes, il faut se demander comment faire ? Pour les américains qui ont une tradition très forte de mécénat privé pour les arts divers, la question ne se pose pas de la même façon que pour les autres dont la tra-diton est beaucoup moins puissante. Rosendorf a certainement raison de conclure que la globalisation culturelle va s'intensifier mais son analyse reste incomplète en ce qui concerne sa nature et ses conséquences.

Pour conclure, ce livre vaut la peine d'être lu. 11 aborde une questton extrêmement pertinente et il le fait d'une manière intéressante et parfois provocante. Que les réponses aux questions soulevées par la globalisation et les possibilités de gouvernance ne soient pas toujours satisfaisantes reflètent surtout la complexité et l'actualité du sujet. Cela dit, d'autres perspectives, moins américaines, auraient pu renforcer l'utilité du livre.

Talbot Imlay

Département d'histoire Université Laval, Québec

CONFLITS ET MAINTIEN DE LA PAIX

Les guerres civiles.

Derriennic, Jean-Pierre. Paris, Presses de science po, 2001, 281 p.

Parmi les nombreux ouvrages abordant le phénomène guerrier, voilà un ouvrage qui tranche avec les théories de la polémologie par sa méticulosité et son caractère opératoire en termes de résultats de recherche pour la régulation des conflits civils au xxie siècle.

La problématique soulevée par M. Derriennic dans cet ouvrage consiste à analyser les types de guerres civiles qui ont existé, à en cerner les facteurs sociaux et institutionnels qui les rendent probables et à esquisser quel est l'avenir de ces conflits dans le monde contemporain en regard notamment de la forme contemporaine de la société internationale. Pour mener à bien cette enquête de sociologie politique internationale, l'auteur affirme un postulat rationaliste « plus pragmatique qu'empirique » (p. 15) en ce qu'il ne prétend pas dégager des lois mais plutôt des tendances et des probabilités. Au plan théorique, l'auteur prend appui sur l'individualisme méthodologique en postulant la rationalité des acteurs engagés dans les conflits et en interprétant les conséquences guerrières comme des « effets pervers ».

D'emblée l'auteur spécifie que l'objet « guerre civile » est intimement lié aux guerres interétatiques, ces deux formes de conflits « devenant les deux formes principales de l'activité belliqueuse dans les sociétés organisées en État » (p. 16). Avec cette première

distinction, il inscrit son enquête dans un espace historique relativement défini, celui qui commence avec l'apparition des États-nations européens au xvie siècle. Sur cette base il ordonne une classification idéal-typique de trois formes de guerres civiles à des fins heuristiques et comparatives : les guerres partisanes (religion, partis), les guerres socio-économiques (esclavage, révolutions communistes, entreprises violentes) et les guerres identitaires (ethnisme, nationalisme).

Cette matière qui compose les trois premiers chapitres lui permet de systématiser un questionnement transversal pour chacune d'entre elles : autour des idéologies et enjeux, dans la forme que prend la violence ainsi que le potentiel de contagion et l'avenir de chacune de ces formes de ...