Comptes rendus : Conflits et maintien de la paix

PFETSCH, Frank et Christoph ROHLOFF. National and International Conflicts 1945-1995, New Empirical and Theoretical Approaches. Londres, Routledge, 2000, 281 p[Record]

  • Alice Landau

clarification par les États démocratiques de critères autorisant l'aide à un groupement politique ou une population. Ce chapitre final vient ainsi éclairer les motivations de cette recherche mais ne dissipe pas pour autant les quelques problèmes inhérents à ce travail.

Le premier et non le moindre étant l'organisation du propos qui confine à un puzzle : lorsque l'auteur soulève une question - par exemple celle du monopole de la violence dans les États modernes qui est corrélé avec l'extériorisation des conflits, notamment les deux guerres mondiales - il ne l'explique souvent que sous un angle spécifique, ici la forme des institutions étatiques, en rapport avec le sujet du chapitre. Or, dans l'exemple donné, il vient immédiatement à l'esprit que le nationalisme est un des facteurs principaux de guerres... dont il a effectivement parlé trois chapitres plus tôt.

À chaque chapitre, le lecteur se sent un peu frustré également par deux autres traits de l'ouvrage. En premier lieu, la relative déhistori-cisation des exemples, empilés et lapi-dairement restitués les uns derrière les autres. On ne saura ainsi jamais ce qu'il faut penser ni comment expliquer le fait que « dans certains pays, l'intervention des militaires dans la politique intérieure a été précédée d'une utilisation répressive de l'armée par un gouvernement civil » (p. 161). Ce qui renvoie au second problème, celui de la collecte des faits qui relèvent largement de la description à partir des catégories d'analyse forgées par les groupes en lutte eux-mêmes. Il parle ainsi des « Serbes » « Bosniaques » « Rwandais », etc., autant

Études internationales, volume xxxm, n° 1, mars 2002

d'identités forgées dans la lutte et qui ne recouvrent pas les mêmes réalités suivant les époques, sans parler de leur condition d'apparition. En lieu et place d'une démarche relationnelle et plus intégrée - que l'on souhaiterait établie par les rapports conceptuels entre problèmes pour éviter de prendre la réalité sociale pour une réalité immédiatement sociologique -l'auteur se livre à une démarche littéralement clinique, plate à force de vouloir être neutre, confuse à force de vouloir séparer les éléments traités et contestables dans sa méthode à force de fuir la théorisation nécessaire à toute enquête.

On voit bien là les limites de la démonstratiori très généraliste de l'ouvrage, et ce malgré le courage et l'obstination que l'auteur met à rendre compte des types de guerres civiles existants.

Daniel Meier

Assistant à Viued, Genève

National and International

Conflicts 1945-1995, New

Empirical and Theoretical

Approaches.

Pfetsch, Frank et Christoph Rohloff. Londres, Routledge, 2000, 281 1.

Le vingtième siècle qui, selon Hobsbawn, a été un siècle court, se caractérise, selon Frank Pfetsch et Christoph Rohloff, par trois périodes : une période de maximisation du pouvoir, de prestige et d'influence. Une période de bipolarité marquée par une confrontation entre les deux superpuissances, les États-Unis et I'urss et la dernière période, qui débute dans les années soixante-dix, marquée par l'émergence des compagnies trans-

nationales et des organisations non gouvernementales. Ce qui ne veut pas dire que les États ne continuent pas d'être les principaux acteurs des relations internationales. Les conflits ont été moins nombreux entre 1969 et 1973 avant le choc pétrolier et après la décolonisation de l'Afrique, lorsque les superpuissances ont connu une période de détente et entre 1985 et 1987, pendant la deuxième période de détente entre les deux superpuissances. Cet ouvrage tombe on ne peut mieux. La destruction du World Trade Center à New York et les bombardements sur l'Afghanistan jettent une lumière particulière sur l'ouvrage qui donne un aperçu exhaustif des conflits ...