Recensions d'écrits

Pour en lire plus : L'écologie vue du Sud Mohammed Taleb (2014). L'écologie vue du Sud. Paris : Éditions Sang de la Terre, 254 p. [Record]

  • Nathalie Calmé

…more information

  • Nathalie Calmé
    Écrivaine et journaliste

Si l'écologie est bel et bien une quête universelle, un défi planétaire, cette universalité a souvent été, et c'est encore largement le cas aujourd'hui, confisquée et monopolisée par l'Occident. Le philosophe algérien Mohammed Taleb qui enseigne l’écopsychologie à Lausanne et qui est formateur en éducation relative à l’environnement nous offre avec son livre une exploration fouillée de l'écologie telle qu'elle est pensée et pratiquée dans les pays des trois A (Asie, Afrique et Amérique latino-afro-indienne). S'inscrivant dans les perspectives philosophiques ouvertes par Frantz Fanon, Leonardo Boff, Edward Said, Rabindranath Tagore, Karl Marx, Alfred North Whitehead, Gilbert Durand, ou encore James Hillman, Mohammed Taleb met l'accent sur deux grandes différences entre l'écologie du Sud et celle du Nord. La première est une différence de classe : au Nord, l'écologie est prise en charge principalement par les classes moyennes, souvent supérieures, celles qui ont réglé la question de la reproduction matérielle de l'existence. Au Sud, elle est principalement l'affaire des couches populaires, aussi bien celles qui vivent dans le monde rural dans une situation de dépossession foncière (les fameux « sans terre », qu'ils soient Brésiliens ou Indiens), que dans le monde urbain, dans une situation de précarité socio-économique. La présence des peuples autochtones dans les batailles écologiques confirment cette dimension populaire de l'écologie. La seconde différence, pointée par Mohammed Taleb, est relative à la perception de l'environnement par les écologies du Sud et du Nord. Et la question du Développement durable vient manifester cette différence. Il écrit ainsi : « Disons-le dès maintenant, le développement durable est l’une des formes de l’écologie occidentale. […] L’environnement réduit à un ensemble de ressources matérielles, la gestion environnementale et la croissance verte sont les seuls outils que ce développement se donne. Son approche est clairement technocratique, technoscientifique, économiciste. Elle occulte la profondeur historique de la crise écologique, en même temps qu’elle réprime toutes les écologies dissidentes. » En parcourant les chapitres de ce livre, on se rend compte de l'importance accordée à la dimension culturelle et spirituelle dans la conscientisation verte ou dans les luttes paysannes et écopaysannes. Cet ouvrage L'écologie vue du Sud est structuré en six chapitres : Conclusion. Quelles confluences avec l’écologie vue du Nord  ? : Les conditions du dialogue ; Écosocialisme ; Féminisme anti-impérialiste, écologique et spirituel ; Décroissance ; Écologie sociale et libertaire ; Pour un universalisme pluriel. Le livre comprend également une importante annexe composée de textes de mouvements écologistes, écopaysans, et alterglobalistes du Sud, ainsi qu’un carnet d'adresses. Pour information : lesingulieruniversel@yahoo.fr