You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

ThèsesDissertations

Logo for Études/Inuit/Studies

Article body

ARENDT, Beatrix Joy Yvonne Michelle

2011 Gods, Goods and Big Game: The Archaeology of Labrador Inuit Choices in an Eighteenth- and Nineteenth-Century Mission Context, Ph.D., University of Virginia, Charlottesville, 473 pages.

This archaeological project was an effort to investigate the long-term economic and social impact of German Moravian missionaries on Labrador Inuit culture, by exploring changes in 18th- and 19th-century Inuit material culture and architecture near the mission town of Hopedale, Labrador. Three sites in northern Labrador were examined, including Adlavik, a mid-18th-century Inuit sod house settlement, Anniowaktook, a late 18th-century Inuit settlement, and the Inuit village associated with the mission at Hopedale, Avertôk. The research drew together archaeological, faunal, and ethnohistorical data to define changes in Inuit economic and subsistence strategies. The goal was to examine whether changes to Inuit domestic space, subsistence practices, economic structures, and religious traditions during the Moravian period were due in part to earlier 18th-century organisational patterns. My hypothesis being that the Moravians disrupted an earlier form of Inuit social organisation where Inuit leaders who could both trade with Europeans and coordinate local hunting groups experienced greater accessibility to desired trade goods. By offering Inuit easier access to desirable resources, including European goods, the Moravians were able to challenge existing Inuit authority. Excavated Inuit sod houses were differentiated according to artifacts related to trade, hunting, and domestic production. However, they did not differ markedly in their abundance of valued goods, an indication that Inuit settlements followed a more egalitarian organisation based on a division of labour. Further, the Moravian missionaries employed a systematic strategy that included economic and social variables to change Inuit perception of appearances, healing, taboos, and the role of the shaman. This study demonstrates that the process of culture change involved bilateral influences leading to the reorganisation of Inuit society after the arrival of the Moravians, including Inuit adaptation and missionary coercion.

Dieux, marchandises de traite et chasse au gros gibier. L’archéologie des choix des Inuit du Labrador dans un contexte de mission au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, Ph.D., University of Virginia, Charlottesville, 473 pages.

Ce projet archéologique constitue une tentative de compréhension de l’impact à long terme, sur le plan économique et social, de l’activité des missionnaires moraves allemands sur la culture inuit du Labrador, en examinant les changements intervenus aux XVIIIe et XIXe siècles dans la culture matérielle et l’architecture inuit, à proximité de la mission de Hopedale, au Labrador. Nous avons étudié trois sites du nord du Labrador: Adlavik, un village inuit de maisons de tourbe du milieu du XVIIIe siècle, Anniowaktook, un village inuit de la fin du XVIIIe siècle, et le village inuit associé à la mission de Hopedale, Avertôk. Cette recherche a rassemblé des données archéologiques, fauniques et ethnohistoriques pour définir les changements dans les stratégies économiques et de subsistance des Inuit. L’objectif était de vérifier si ces changements intervenus au cours de la période morave dans l’espace domestique, les pratiques de subsistance, les structures économiques et les traditions religieuses étaient dus en partie aux schémas organisationnels prévalant à une période antérieure du XVIIIe siècle. Notre hypothèse était que les Moraves ont perturbé une forme antérieure d’organisation sociale dans laquelle les chefs inuit, qui avaient la possibilité à la fois de traiter avec les Européens et de coordonner des groupes de chasse locaux, avaient une plus grande facilité d’accès aux marchandises de traite qu’ils désiraient. En offrant aux Inuit un accès encore plus facile aux ressources convoitées, y compris aux marchandises européennes, les Moraves eurent la possibilité de contester l’autorité inuit existante. Les maisons de tourbe inuit qui ont été fouillées ont été différenciées en fonction des artéfacts liés à la traite, à la chasse et à la production domestique. Cependant, elles ne différaient pas notablement pour ce qui était de l’abondance des biens de traite les plus recherchés, ce qui indique que les villages inuit avaient une organisation plus égalitaire basée sur la division du travail. En outre, les missionnaires moraves avaient systématiquement recours à une stratégie incluant des variables économiques et sociales pour modifier la perception qu’avaient les Inuit des apparitions, de la guérison, des tabous et du rôle du shaman. Cette étude démontre que le processus de changement culturel impliquait des influences bilatérales menant à la réorganisation de la société inuit après l’arrivée des Moraves, incluant à la fois l’adaptation des Inuit et les contraintes imposées par les missionnaires.

BEACH, Matthew David

2012 Studies in Inuktitut grammar, Ph.D., State University of New York at Buffalo, Buffalo, 425 pages.

This dissertation addresses a number of issues about the grammar of Eastern Canadian Inuktitut. Inuktitut is a dialect within the Inuit dialect continuum, which is a group of languages/dialects within the Eskimo-Aleut language family. Typologically, it is an ergative language that is heavily derivationally polysynthetic with a very free word order. The dissertation goals are both descriptive and theoretical. Accurate description is essential since some dialects in this language family will soon go extinct, so it is important to know what types of questions need to be asked. While description may be the primary goal, theoretical issues are addressed in various places. Ergative languages are important to many syntactic theories, as are languages with freer word order and polysynthetic languages. Inuktitut has a wide range of transitivity alternations. While both transitive verbs and intransitive verbs have an argument that must be in the absolutive case, the language has different restrictions on two different types of absolutive arguments. Absolutive objects must be given a specific reading, whereas absolutive subjects have no such requirement. Both arguments of a transitive verb have restrictions with respect to either case or interpretation that differ from the single argument of an intransitive verb. It will be argued that, in a lexicalist model, transitivity alternations are best captured with the TRANS features (intransitive, transitive, and atransitive). An analysis of possessive constructions is important to this dissertation, since a number of suffixes ordinarily express a possessive relationship when attached to simple noun roots from the lexicon but express some other semantic relationship when attached to some deverbal nouns, as determined by a very precise set of rules concerning deverbal noun formation. Also, some deverbal nouns must ordinarily be followed by a possessive suffix, or may be followed by one of the derivational suffixes that normally express a possessive relation. While the analysis to be adopted is adequate to explain quite a number of grammatical restrictions in Inuktitut, it should also be helpful in generating descriptive questions about other dialects in this language family. This dissertation also argues that semantic scope alone should be sufficient to explain many restrictions on affix ordering, and the descriptive generalisations are consistent with the assumptions of lexicalist models. It is also argued that non-lexicalist theories have no advantage over lexicalist theories in explaining noun incorporation, where a verbalising suffix is attached to a noun stem. Beyond transitivity alternations, this dissertation delves more deeply into a number of grammatical phenomena than has any previous work on other dialects or languages in this language family. A few areas of note are comparative constructions, the derivational processes that are possible with pronouns, the word atuni, ‘each one’ or ‘all/both of them,’ noun stem elision, and the ways the language allows possessor arguments to be expressed in noun incorporation.

Étude de la grammaire inuktitut, Ph.D., State University of New York at Buffalo, 425 pages.

Cette thèse se penche sur un certain nombre de problèmes relatifs à la grammaire de l’inuktitut de l’Est du Canada. L’inuktitut est un dialecte appartenant au continuum inuit, qui est un groupe de langues/dialectes de la famille linguistique eskimo-aléoute. Sur le plan typologique, il s’agit d’une langue ergative qui est fortement dérivationnelle et polysynthétique, avec un ordonnancement très libre des mots. Cette thèse a un objectif tant descriptif que théorique. Il est essentiel de procéder à une description exacte de l’inuktitut, car certains dialectes de cette famille linguistique sont sur le point de s’éteindre; il est également important de savoir quels types de questions poser. Bien que la description soit notre but premier, nous abordons des questions théoriques. Les langues ergatives ont une grande importance dans de nombreuses théories syntaxiques, tout comme les langues ayant un ordonnancement plus libre des mots et les langues polysynthétiques. L’inuktitut dispose de multiples variations de transitivité. Bien que les verbes transitifs et intransitifs doivent avoir des arguments au cas absolutif, la langue possède différentes restrictions sur deux types différents d’arguments absolutifs. On doit attribuer aux objets absolutifs une lecture spécifique, tandis qu’une telle exigence est absente pour les sujets absolutifs. Les deux types d’arguments d’un verbe transitif ont des restrictions en ce qui concerne soit le cas, soit l’interprétation, qui diffère de l’argument unique d’un verbe intransitif. Nous avancerons que, selon un modèle lexicaliste, il est possible de mieux saisir les variations de transitivité au moyen des caractéristiques TRANS (intransitif, transitif et a-transitif). L’analyse des constructions possessives est également importante dans cette thèse, puisqu’un certain nombre de suffixes expriment ordinairement une relation possessive lorsqu’ils sont rattachés aux simples radicaux des noms à partir du lexique, tandis qu’ils expriment certaines autres relations sémantiques lorsqu’ils sont rattachés à certains noms déverbaux, comme le démontre un ensemble de règles très précises concernant la formation des noms déverbaux. Certains noms déverbaux doivent également d’ordinaire être suivis d’un suffixe possessif, ou peuvent être suivis de l’un des suffixes dérivationnels qui expriment d’ordinaire une relation possessive. Le type d’analyse adopté est adéquat pour expliquer un certain nombre de restrictions grammaticales en inuktitut, et il devrait être aussi utile pour générer des questions descriptives au sujet d’autres dialectes de cette famille linguistique. Cette thèse avance également que le champ sémantique à lui seul devrait suffire à expliquer de nombreuses restrictions sur l’ordonnancement affixal, et les généralisations descriptives concordent avec les hypothèses des modèles lexicalistes. Nous proposons également que les théories non lexicalistes ne présentent aucun avantage par rapport aux théories lexicalistes pour ce qui est d’expliquer l’incorporation nominale, lorsqu’un suffixe se rattache à un radical de nom. Au-delà des variations de transitivité, cette thèse étudie un certain nombre de phénomènes grammaticaux plus en profondeur que ne l’ont fait les travaux précédents sur d’autres langues ou dialectes de cette famille linguistique. Parmi les domaines dignes de mention figurent les constructions comparatives, les processus dérivationnels possibles avec les pronoms, le mot atuni, «chacun» ou «tous/tous deux», l’amuïssement du radical, et les différentes manières par lesquelles la langue permet aux arguments du possesseur de s’exprimer dans l’incorporation du nom.

CHARLES, Stephen Walkie

2011 Dynamic assessment in a Yugtun second language intermediate adult classroom, Ph.D., University of Alaska Fairbanks, Fairbanks, 255 pages.

Dynamic Assessment (DA) is a new theoretical framework for language assessment, and it is particularly relevant for underrepresented languages and learners. For this study the process is investigated in the context of Yugtun second language learners at a university level. This qualitative teacher action research involved seven students enrolled in an intermediate Yup’ik language course and comprised three DA sessions over the course of one semester. The intention in using DA was not to help learners do better on the tests but to understand their development in the language. The hope was that DA interactions would provide me with additional insights into learner knowledge and abilities while also helping them move toward more independent control over relevant features of the language. Assessments were organised as a two-stage process involving non-dynamic administration of chapter tests (targeting learner independent performance) followed by dynamic sessions. The dynamic sessions were conducted as 15-minute one-on-one interactions between each learner and the instructor the week after the tests. In order to gauge the students’ ability to self-identify and correct their mistakes, their original static test was returned to them at the outset of the meeting without any corrections or grade. Students then corrected items directly on their test and were free to interact with the instructor, asking questions, requesting specific forms of help, discussing problems, and so forth. Following the tenets of interactionist DA, the mediator set out with more implicit feedback and became more explicit as needed. However, no specific protocol was established prior to the dynamic sessions, in order to let interactions follow whatever course was needed to meet learner needs. Unassisted performance during the non-dynamic administration therefore reveals the students’ actual level of development, while the dynamic session provided more in-depth understanding into the problems behind their performance and how close the students were to gaining full control of the grammatical features in question. In addition, the quality of the instructor’s interactions with learners served as individualised tutoring to further support their abilities. An additional data source that further highlights the study is the dialogue journal that each participant maintained. Journal-writing was incorporated as part of the assignments in the Yugtun course. I read and responded to journal entries weekly. Students were encouraged to ask questions and share their perspective on their learning and assessment experiences and to express themselves in the language of their choice. I responded to direct and indirect questions, offered praise and support, and gave corrective language feedback only when explicitly requested by the learners. As will be made clear, dialogue journals also helped me identify learner struggles while tracking progress over time.

Évaluation dynamique dans un cours intermédiaire pour adultes de yugtun comme langue seconde, Ph.D., University of Alaska Fairbanks, Fairbanks, 255 pages.

L’évaluation dynamique (Dynamic Assessment) est un nouveau cadre théorique pour l’évaluation linguistique, et elle est particulièrement pertinente pour les langues sous-représentées et ceux qui les apprennent. Cette étude enquête sur ce processus auprès de personnes apprenant le yugtun en tant que langue seconde au niveau universitaire. Cette recherche qualitative sur l’enseignement a rassemblé sept étudiants inscrits à un cours intermédiaire de langue yup’ik et a compris trois sessions d’évaluation dynamique au cours d’un semestre. L’intention, en utilisant l’évaluation dynamique, n’était pas d’aider les étudiants à avoir de meilleures notes, mais de comprendre leur développement dans l’apprentissage de la langue. J’avais l’espoir que les interactions lors des évaluations dynamiques me donneraient des aperçus supplémentaires sur les connaissances et les aptitudes des étudiants, tout en les aidant également à évoluer vers un contrôle plus indépendant d’autres traits pertinents de la langue. Les évaluations se faisaient selon un processus en deux étapes, impliquant une étape non dynamique de test sur un chapitre (pour cibler la performance indépendante de l’étudiant), suivie par une session dynamique. Les sessions dynamiques consistaient en interactions de personne à personne, d’une durée de 15 minutes, entre chacun des étudiants et l’enseignant, une semaine après le test. Afin d’évaluer l’aptitude des étudiants à s’auto-identifier et à corriger leurs erreurs, leur test original statique leur était rendu à la fin de la rencontre, sans aucune correction ou note. Les étudiants corrigeaient alors directement eux-mêmes leur test et étaient libres d’interagir avec l’enseignant, de lui poser des questions, de demander des formes d’aide spécifiques, de discuter des problèmes, etc. Suivant les principes de l’évaluation dynamique interactionniste, le médiateur repartait avec davantage de réactions implicites et pouvait devenir plus explicite lorsque nécessaire. Cependant, aucun protocole particulier n’avait été établi avant les sessions dynamiques, afin de laisser les interactions suivre leur cours en fonction des besoins des étudiants. Par conséquent, la performance sans aucune aide lors de la session non dynamique révélait le niveau de développement réel de l’étudiant, tandis que la session dynamique permettait une compréhension plus en profondeur des problèmes à l’arrière-plan de leur performance et de montrer à quel point les étudiants étaient près d’atteindre le parfait contrôle des points grammaticaux en question. En outre, la qualité des interactions de l’instructeur avec les étudiants a servi d’enseignement individualisé pour soutenir davantage leurs aptitudes. L’étude est aussi éclairée par des données supplémentaires, à savoir le journal de dialogue tenu par chacun des participants. L’écriture du journal faisait partie intégrante des devoirs du cours de yugtun. Je lisais et répondais aux entrées des journaux toutes les semaines. Les étudiants étaient encouragés à poser des questions et à exprimer leurs points de vue sur leur apprentissage et les expériences d’évaluation, ainsi qu’à s’exprimer dans la langue de leur choix. Je répondais aux questions directes et indirectes, offrant félicitations et soutien, et n’apportais de corrections que si les étudiants me le demandaient explicitement. Je clarifierai la manière dont les journaux de dialogues m’ont aidé à identifier les difficultés des étudiants tout en suivant leurs progrès au fil du temps.

HAYASHI, Midori

2011 The Structure of Multiple Tenses in Inuktitut, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 202 pages.

This thesis presents and analyses the tense system of South Baffin Inuktitut (SB), a Canadian variety of the Inuit language. It demonstrates that, although closely related dialects are argued to be tenseless (Bittner 2005; Shaer 2003), SB has a complex tense system where the present, past, and future are distinguished, and the future and past are divided into more fine-grained temporal domains. I demonstrate that SB has present tense, which is indicated by the absence of a tense marker. A sentence without an overt tense marker may describe a past eventuality if it contains a punctual event predicate; otherwise, it describes an eventuality that holds true at the time of utterance. I argue that all zero-marked sentences have present tense and any past interpretation is aspectual. I also investigate six different past markers and demonstrate that they all instantiate grammatical tense. The analysis shows that these markers can be semantically classified into two groups, depending in part on whether or not they block more general tenses (e.g., -qqau, the ‘today’ past blocks the use of the general past -lauq when the time of eventuality falls within ‘today’). I label both the general tenses and the group that can block the general tenses as primary tense, whereas the other group, which does not block more general tenses, is labelled secondary tense. This distinction may have broad cross-linguistic applicability. I examine the distribution of four different future markers and argue that three of them indicate grammatical future tense. They are also divided into two groups, in the same manner as the past tenses. Finally, I analyse the temporal interpretations of primary tenses in dependent clauses. When tense is interpreted relative to the time of the superordinate eventuality, the domain of tense may not necessarily shift accordingly (e.g., the domain of hodiernal tense in a main clause is the day of utterance, and in an embedded clause the domain can still be the day of utterance). Embedded tenses with remoteness specifications have not been investigated before, and this thesis opens up a new area to our understanding of tenses in human language.

La structure des temps multiples en inuktitut, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 202 pages.

Cette thèse présente et analyse le système de temps de l’inuktitut du sud de la Terre de Baffin (SB), une variété canadienne de la langue inuit. Elle démontre que, bien que l’on dise des dialectes étroitement apparentés qu’ils sont dépourvus de temps (Bittner 2005; Shaer 2003), le SB a un système de temps complexe où le présent, le passé et le futur sont distincts, et où le futur et le passé se divisent encore en domaines temporels subtils. Je démontre que le SB a un temps présent, indiqué par l’absence d’un marqueur temporel. Une phrase dépourvue de marqueur de temps évident peut décrire une éventualité passée si elle renferme le prédicat d’un événement ponctuel; autrement, elle décrit une éventualité tenue pour vraie au moment où elle est prononcée. J’avance que toutes les phrases sans marqueur sont au temps présent et que toute interprétation au passé est aspective. J’examine également six marqueurs différents du passé et démontre qu’ils représentent l’instanciation d’un temps grammatical. L’analyse montre que ces marqueurs peuvent être classés sémantiquement en deux groupes, en partie selon qu’ils bloquent ou non des temps plus généraux (par exemple, -qqau, le passé «d’aujourd’hui» empêche l’usage du passé général -lauq lorsque le moment de l’événement relève «d’aujourd’hui»). J’appelle à la fois les temps généraux et le groupe qui peut empêcher les temps généraux «temps primaire», tandis que l’autre groupe, qui ne bloque pas les temps généraux, est qualifié de «temps secondaire». Cette distinction est susceptible de s’appliquer à un vaste domaine inter-linguistique. J’examine la répartition de quatre différents marqueurs du futur et argumente le fait que trois d’entre eux indiquent le futur grammatical. Ils sont eux aussi divisés en deux groupes, de la même manière que les temps du passé. Enfin, j’analyse les interprétations temporelles des temps primaires dans des propositions dépendantes. Lorsque le temps s’interprète en fonction du moment d’un événement superordonné, le domaine du temps ne se transforme pas nécessairement en conséquence (par ex., le domaine du temps d’aujourd’hui dans une proposition principale est le jour où elle est prononcée, et dans une proposition enchâssée, le domaine peut encore être le jour de la prononciation). Les temps enchâssés ayant des spécifications d’éloignement n’ont pas été étudiés auparavant, et cette thèse ouvre une nouvelle ère pour notre compréhension des temps dans le langage humain.

KRAWCZYK, Elizabeth A.

2012 Inferred propositions and the expression of the evidence relation in natural language evidentiality in Central Alaskan Yup’ik Eskimo and English, Ph.D., Georgetown University, Washington, 325 pages.

Evidentiality has usually been defined as the grammaticalised expression of a speaker’s evidence source for a proposition, where evidence is conceptualised as a speaker’s source-type for a particular proposition (Aikhenvald 2004). How this evidence source-type and the evidential are related has yet to be formally modeled in the formal semantics literature. In fact, defining evidence has been considered a problem not relevant to linguistics (Faller 2002). In most cases, what is meant by the term evidence is never even discussed. If it were the case that evidentials exhibited regular behaviour, only marking those propositions learned by whichever particular type of evidence that it is considered to express, then the semantics of evidentials would not require further discussion. Things are not this simple, however, as there are a number of cases of evidence-evidential mismatch, where an evidential is used felicitously although the speaker does not possess the correct evidence source-type (Faller 2002; Krawczyk 2009, 2010). The source-type description of evidentials does not reflect the facts, and only describes the basic, typical cases. Oversimplification of the evidential signal as source-type obscures interesting facts about evidentials and evidence. The goal of this dissertation is two-fold. The first is to provide a more thorough discussion of what it means to be evidence for evidentials; the second is to illustrate how a model of evidence can capture the semantics and pragmatics of evidentials. I formalise the notion of evidence for evidentials as an evidence relation, an abductive inference to the best-fit explanation given what one observes, and propose that evidentials mark those propositions that are the best-fit explanation for the speaker’s observation. I use original data from Central Alaskan Yup’ik Eskimo and English, as well as data from other publications, to illustrate how the evidence relation and best-fit explanation proposal can account for both normal and problematic cases for the source-type approach, and provide insight into the nature of evidentiality in general.

Propositions induites et expression de la relation d’évidence dans l’évidentialité naturelle du yup’ik central d’Alaska et de l’anglais, Ph.D., Georgetown University, Washington, 325 pages.

L’évidentialité se définit en général comme l’expression grammaticalisée par un locuteur de l’évidence première d’une proposition, tandis que l’évidence est conceptualisée comme la source-type d’un locuteur pour une proposition particulière (Aikhenvald 2004). Mais il reste encore à la sémantique formelle à fournir un véritable modèle de la manière dont sont reliés cette source-type de l’évidence et l’évidentiel. En fait, certains ont considéré que la définition de l’évidence ne relevait pas de la linguistique (Faller 2002). Dans la plupart des cas, on ne discute jamais de ce que recouvre le terme évidence. S’il s’avérait que les évidentiels faisaient preuve d’un comportement régulier, ne faisant que marquer ces propositions informées par n’importe quel type particulier d’évidence qu’ils sont censés exprimer, il ne serait plus nécessaire de discuter de la sémantique des évidentiels. Mais les choses ne sont pas si simples car il existe un certain nombre de cas de discordance entre évidence et évidentiel, dans lesquels l’évidentiel est utilisé à propos bien que le locuteur ne possède pas la source-type correcte de l’évidence (Faller 2002; Krawczyk 2009, 2010). La description de la source-type des évidentiels ne reflète pas les faits et ne fait que décrire des cas typiques, de base. La simplification à outrance du signal évidentiel en tant que source-type masque des faits intéressants au sujet des évidentiels et de l’évidence. Cette thèse a un double objectif: le premier est de fournir une discussion plus exhaustive de ce que signifie être évidence pour les évidentiels; le second est d’illustrer la manière dont un modèle d’évidence peut saisir la sémantique et la pragmatique des évidentiels. Je formalise la notion d’évidence pour les évidentiels comme une relation d’évidence, une abduction pour découvrir la meilleure explication de ce que l’on observe, en suggérant que les évidentiels marquent ces propositions qui sont les explications convenant le mieux à l’observation du locuteur. J’utilise des données originales provenant du yup’ik central d’Alaska et de l’anglais, ainsi que des données provenant de publications, pour illustrer la manière dont la relation d’évidence et les propositions de meilleure explication peuvent justifier à la fois les cas normaux et les cas problématiques de l’approche source-type, et procurer des aperçus de la nature de l’évidentialité en général.

PEREA, Jessica Bissett

2011 The Politics of Inuit Musical Modernities in Alaska, Ph.D., University of California, Los Angeles, 294 pages.

This dissertation explores the diversity of traditional and innovative Inuit musical modernities in Alaska, from the 1970s to the present day. I consider a number of scenes and soundscapes—from professionalised traditional drum-dance songs and storytelling to jazz-influenced “Tribal Funk,” and to “village folk” and “Eskimo Flow” hip-hop—that mediate the social, political, economic, and philosophical realities of the broader Alaska Native community. Reading these scenes and soundscapes allows me to ask two simple, yet fundamental questions: first, who counts as an Alaska Native, and second, how do we define “Native” music in the 21st century? My research goals are twofold: to document the living history and ongoing effects of Euro-American colonialism on Alaska Native musical life, and to analyse how young Alaska Native artists are working in and through contemporary musical culture to develop a transformative politics that connects performances of culture to lived realities. I argue that contemporary Alaska Native musical life continues to confront social and political problems arising from internal race relations and the history and collective memory of American colonialism.

Politiques des modernités musicales des Inuit de l’Alaska, Ph.D., University of California, Los Angeles, 294 pages.

Cette thèse explore la diversité des modernités musicales inuit, traditionnelles et novatrices, en Alaska, depuis les années 1970 jusqu’à nos jours. J’examine un certain nombre de scènes et de paysages sonores — depuis les chansons traditionnelles professionnalisées de danse du tambour et la narration de contes jusqu’au «Tribal Funk» influencé par le jazz et le hip-hop «Village Folk» et «Eskimo Flow» — qui opèrent une médiation entre les réalités sociales, politiques, économiques et philosophiques de la communauté des Autochtones de l’Alaska au sens large. La lecture de ces scènes et paysages sonores me permet de poser deux questions simples et cependant fondamentales: premièrement, qui compte en tant qu’Autochtone de l’Alaska et, deuxièmement, comment définissons-nous la musique «autochtone» au XXIe siècle? Mon objectif de recherche est double: documenter l’histoire vivante et les conséquences du colonialisme euro-américain qui perdurent sur la vie musicale des Autochtones de l’Alaska, et analyser la manière dont les jeunes artistes autochtones de l’Alaska travaillent dans et à travers la culture musicale contemporaine pour développer une politique transformatrice qui relie les performances de la culture aux réalités vécues. J’avance que la vie musicale des Autochtones de l’Alaska est encore confrontée à des problèmes sociaux et politiques provenant des relations interraciales internes et de l’histoire et de la mémoire collective du colonialisme américain.

ROUTLEDGE, Karen

2011 In these latitudes: American and Inuit stories of survival, 1850-1922, Ph.D., Rutgers The State University of New Jersey, New Brunswick, 367 pages.

In the 19th and early 20th centuries, a stream of popular narratives celebrated the struggles of European and American explorers who pushed out to the edges of their known worlds. Many of these adventurers traveled through Inuit homelands in the North American Arctic, recording their surroundings as inherently forbidding and desolate. These explorers are part of an Arctic survival mythology that extends much further and deeper. In this environmental and cultural history, I consider lesser-known survival narratives drawn from oral histories and archival sources, namely stories of American whalers in Inuit territory, Inuit families in the United States, American and Inuit polar expedition members, and Inuit who remained in their homeland as it changed around them. I compare the strategies these individuals employed to survive physically, psychologically, and culturally when they faced hardships such as starvation, malnutrition, and disease. My four chapters are structured around different ways of marking ecological and social time, and they are centred on the rich maritime region of Cumberland Sound on Baffin Island, in what is now Nunavut, Canada. I argue that Inuit and Americans often saw each other’s latitudes as inhospitable, and that divergent cosmologies shaped their perceptions of unfamiliar sites. Together, these unconventional Arctic narratives demonstrate that the definition of a harsh environment is relative, and they offer alternative ways of thinking about individual and cultural survival.

Sous ces latitudes. Récits de survie américains et inuit, 1850-1922, Ph.D., Rutgers The State University of New Jersey, New Brunswick, 367 pages.

Au XIXe siècle et au début du XXe, il existait un courant de récits populaires à la gloire des explorateurs européens et américains qui luttaient pour repousser les limites de leur monde connu. Nombre de ces aventuriers traversaient les terres des Inuit dans l’Arctique nord-américain, décrivant leur environnement comme foncièrement sinistre et désolé. Ces explorateurs font partie d’une mythologie plus large et plus profonde de la survie dans l’Arctique. Dans cette histoire environnementale et culturelle, j’examine des récits de survie moins connus tirés d’histoires orales et de sources d’archives, à savoir des récits de baleiniers américains en territoire inuit, de familles inuit aux États-Unis, de membres américains et inuit d’expéditions polaires, et d’Inuit restés sur leur terre natale alors qu’elle changeait autour d’eux. Je compare les stratégies employées par ces individus pour survivre physiquement, psychologiquement et culturellement alors qu’ils étaient confrontés à des difficultés telles que la faim, la malnutrition et la maladie. Mes quatre chapitres sont structurés autour de différentes manières de marquer le temps écologique et social, et ils se concentrent sur la riche région maritime de Cumberland Sound, à la Terre de Baffin, dans ce qui est aujourd’hui le Nunavut, au Canada. J’avance que les Inuit et les Américains considéraient souvent les latitudes de l’autre comme inhospitalières, et que ce sont des cosmologies divergentes qui ont donné forme à leurs perceptions d’endroits non familiers. Ensemble, ces récits non conventionnels sur l’Arctique démontrent que la définition d’un environnement hostile est relative, et ils présentent des manières alternatives de penser la survie individuelle et culturelle.

SHERKINA-LIEBER, Marina

2011 Comprehension of Labrador Inuttitut functional morphology by receptive bilinguals, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 279 pages.

This study examines knowledge of grammar by receptive bilinguals (RBs)—heritage speakers who describe themselves as capable of fluent comprehension in Labrador Inuttitut (an endangered dialect of Inuktitut), but of little or no speech production in it. Despite the growing research on incomplete acquisition, RBs have yet to be studied as a specific population. Participants (8 fluent bilinguals, 17 RBs, 3 low-proficiency RBs) performed a morpheme comprehension task and a grammaticality judgment task. General measures of their comprehension and production abilities included a story retelling task as an overall assessment of comprehension, a vocabulary test, an elicited imitation task, and a production task. This data was complemented by language behaviour interviews. The results showed that RBs have good, though not perfect, comprehension and basic vocabulary, but speech production is very difficult for them. They have grammatical knowledge, but it is incomplete. Knowledge of some structures is robust, and their comprehension is fluent (past vs. future contrast, aspectual morphemes); others are missing (temporal remoteness degrees); and yet for others (case and agreement) RBs have the category and know its position in the word structure but have difficulty connecting the features with the morphemes expressing them. These findings explain the significant asymmetry between comprehension and production in RBs. In comprehension, incomplete knowledge may result in loss of some aspects of meaning, but in many cases it can be compensated for by pragmatic knowledge and extralinguistic context. In production, it can result in the selection of an incorrect morpheme or inability to select a morpheme. Low-proficiency RBs have partial comprehension, small vocabulary, and almost no production. They do not understand most functional morphemes; however, they show knowledge of the basic properties, such as the position of the obligatory agreement marker on the verb. This study provides data on an understudied language and an understudied population at the extreme end of unbalanced bilingualism. The findings have implications both for the psycholinguistics of bilingualism and for language revitalisation, especially in the context of a language shift in Indigenous language communities, where RBs are often the last generation to have competence in the Indigenous language.

Compréhension de la morphologie fonctionnelle de l’inuttitut du Labrador par des bilingues passifs, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 279 pages.

Cette étude examine la connaissance qu’ont de la grammaire des bilingues passifs (BP) — des locuteurs par héritage qui se disent eux-mêmes capables de comprendre couramment l’inuttitut du Labrador (un dialecte de l’inuktitut en voie de disparition), mais de ne pouvoir que peu ou pas le parler. Malgré des recherches plus fréquentes sur l’acquisition incomplète, les BP n’ont pas encore été étudiés en tant que population spécifique. Les participants (8 bilingues parlant couramment, 17 BP, 3 BP de niveau faible) ont réalisé une tâche de compréhension de morphèmes et une tâche de jugement grammatical. Pour pouvoir mesurer leur compréhension et leurs aptitudes à la production, ils devaient re-raconter une histoire pour évaluer leur compréhension d’ensemble, passer un test de vocabulaire, procéder à une imitation et à une production. Ces données ont été complétées par des entrevues sur le comportement langagier. Les résultats ont montré que les BP ont une bonne compréhension et un bon vocabulaire de base, quoique imparfaits, mais qu’il leur est très difficile de parler. Ils ont des connaissances grammaticales, mais elles sont incomplètes: ils ont une solide connaissance de certaines structures et en ont une compréhension courante (le contraste passé-futur, les morphèmes aspectifs), tandis que d’autres éléments sont manquants (les degrés d’éloignement dans le temps); pour d’autres (le cas et l’accord), les BP connaissent la catégorie et sa position dans la structure des mots, mais ont des difficultés à relier ces éléments aux morphèmes qui les expriment. Ces découvertes expliquent l’asymétrie importante entre la compréhension et la production chez les BP. Dans la compréhension, une connaissance incomplète peut résulter en la perte de certains aspects du sens, mais dans de nombreux cas, cela peut être compensé par une connaissance pragmatique et un contexte extralinguistique. Dans la production, cela peut résulter en la sélection d’un morphème incorrect ou en l’incapacité de sélectionner un morphème. Les BP de niveau faible ont une compréhension partielle, un vocabulaire limité et ne produisent presque pas. Ils ne comprennent pas la plupart des morphèmes fonctionnels; cependant, ils font montre d’une connaissance des propriétés de base, telles que la position du marqueur d’accord obligatoire du verbe. Cette étude fournit des données sur une langue sous-étudiée et une population sous-étudiée au point extrême de déséquilibre du bilinguisme. Ces découvertes ont des implications à la fois sur la psycholinguistique du bilinguisme et sur la revitalisation de la langue, surtout dans le contexte d’un changement linguistique dans les communautés linguistiques autochtones, où les BP constituent souvent la dernière génération à avoir des compétences dans la langue autochtone.