You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Comptes rendus

Lisle, Richard J. et Leyshon, Peter R., 2004. Stereographic Projection Techniques for Geologists and Civil Engineers, 2e éd. Cambridge University Press, Cambridge, 112 p., ill., 27,6 x 22 cm. 35 $ US (env. 41 $ CA). ISBN 0-521-53582-4 (couverture souple).

  • François Cavayas

…more information

  • François Cavayas
    Université de Montréal

Logo for Géographie physique et Quaternaire

Article body

Cet ouvrage est une sorte de guide technique sur la construction de graphiques montrant l’orientation des structures et des patterns géologiques dans l’espace tridimensionnel. Les auteurs proposent principalement la projection stéréographique comme support à cette construction.

L’ouvrage est divisé en 48 unités (nous pourrions dire aussi des « leçons »). Les unités 8 et 47 contiennent des exercices et des questions de compréhension sur la matière revue dans les unités précédentes. Certaines unités contiennent également quelques exercices dont on trouve les réponses dans l’unité 48. L’ouvrage comprend aussi 7 annexes qui clarifient plusieurs notions examinées dans les unités. Il comporte,de plus, 1) une liste de quelques programmes informatiques disponibles pour la construction des graphiques proposés, 2) une liste des références bibliographiques suggérées pour approfondir les notions revues, et 3) un index thématique.

L’édition est d’une très grande qualité. La disposition adéquate du texte, le bon choix du lettrage et de superbes illustrations rehaussent énormément le caractère hautement pédagogique de cet ouvrage.

La construction logique de l’ouvrage, la phraséologie laconique et pertinente employée démontrent que les auteurs sont d’excellents pédagogues qui ont « du métier » dans leur domaine. Je n’ai qu’une seule critique à formuler : entre l’unité 5 et l’unité 6 manque quelque chose qui, selon moi, permettrait au lecteur de saisir dès le début pourquoi nous choisissons cette projection plutôt qu’une autre pour représenter des mesures angulaires. Une brève introduction aux déformations qu’une projection entraîne (angles, surfaces, longueurs, etc.) serait suffisante. Il faut attendre l’unité 20 pour avoir une réponse (même là, relativement floue) à la question « pourquoi cette projection et non pas une autre ? ».

Cet ouvrage est principalement destiné aux étudiants du premier cycle, comme les auteurs l’indiquent par ailleurs dans leur préface. Selon moi, il leur permet d’une façon éloquente de saisir comment nous construisons de tels graphiques et surtout, comment nous les interprétons. Je recommande fortement cet ouvrage non seulement aux étudiants dans les disciplines mentionnées par les auteurs dans leur préface, mais aussi aux étudiants en géographie physique.