La démission du Dr Meilleur comme surintendant de l’éducation (1855)[Record]

  • Thomas Charland

…more information

  • Thomas Charland, o.p.

Le 19 juin 1855, le Dr Jean-Baptiste Meilleur écrivait au gouverneur général pour présenter sa démission comme surintendant de l'Education du Bas-Canada et solliciter un autre emploi. Le 28, une lettre du secrétaire provincial, George-Etienne Cartier, l'informait que sa démission avait été acceptée. Peu de jours après, il confiait à son ami l'abbé Louis-Edouard Bois, curé de Maskinongé:

Je suis dans une confusion extrême, étant sur le point d'abandonner la direction de l'instruction publique pour celle du bureau de poste de la cité de Montréal ! ! Le tout s'est fait cependant en vertu d'une bonne entente; mais au fond de tout cela est, d'une part, le désir d'alléger mon travail, et, de l'autre, de faire de mon département un instrument politique et surtout de plaire aux gens de Québec.1

Mes amis, ici, disent que les gens de Québec ont réussi à m'expulser et à s'emparer de mon département. C'est à peu près vrai; mais j'en suis sorti de bon gré, à la vue de la tourmente que je voyais sans cesse occupée à me dénigrer, à déprécier mes actes et à me faire des embarras. Oui, des embarras, et plus que des embarras, de la part de ceux sur la coopération empressée desquels je croyais avoir le droit de compter dans l'intérêt de la chose dont j'étais chargé. Sicotte n'a-t-il pas converti son comité en véritable inquisition ? N'a-t-il pas soustrait tout ce qu'on lui a envoyé de favorable à mon administration ? N'a-t-il pas soustrait mes rapports ? Chauveau n'en a-t-il pas fait autant? N'a-t-il pas soustrait aussi mon projet de loi ? Etc. N'a-t-on pas pris les fonds consacrés à l'objet de la loi d'éducation pour faire des octrois spéciaux, et diminué ainsi, au lieu de l'augmenter, le fonds des écoles ? Je puis dire que j'ai été persécuté depuis quelques années, au lieu d'être aidé, comme j'aurais dû l'être, par ceux qui étaient en position de le faire. On a même apparemment récompensé mes opposants, en leur donnant des marques de considération, et même des emplois lucratifs: voire votre éteignoir en chef*, Sicotte, Armstrong, etc., etc. Mais en voilà assez, et ce serait bien trop, si je ne parlais à vous.

i 30 juin 1855.

* Joseph-Edouard Turcotte, député de Maskinongé.

[513] RHAP, vol. 24, no 4 (mars 1971)

514 REVUE D'HISTOIRE DE L'AMÉRIQUE FRANÇAISE

Que le tout soit donc strictement entre nous. Il est de ces peines qui ne doivent être connues que de Dieu et des saints auxquels les affligés se recommandent.2

Essayons de lever un peu le voile, ou plutôt - car il est passablement levé - de donner les explications nécessaires à l'intelligence de ces aveux, en utilisant d'autres lettres adressées par le Dr Meilleur à l'abbé Bois.3

La loi d'éducation du 9 juin 1846 avait rétabli, pour le soutien des écoles élémentaires, la contribution obligatoire, basée sur l'évaluation municipale. L'impopularité de cette mesure n'avait pas arrêté le Dr Meilleur. "Le projet, écrivait-il, rencontrera de l'opposition de la part de quelques membres faibles et esclaves de l'opinion populaire. Dans tous les cas, il est impossible de plaire à tout le monde, et, quant à moi, il y a longtemps que j'ai fait à cet égard mon sacrifice; je ferai ce que je considère mon devoir envers la génération naissante, advienne que pourra." 4 II se forma une opposition à la loi qui alla sans cesse en grandissant ...