Notes critiques

PLANTE, abbé Hermann, L’Église catholique au Canada (1604 à 1886). Éditions du Bien Public, Trois-Rivières, 1970. 517 p., 21 cm. $8.00.[Record]

  • Léon Pouliot

…more information

  • Léon Pouliot, s.j.

Ouvrage longtemps attendu que nous sommes heureux de présenter aux lecteurs de la Revue. Car nous sommes convaincu qu'il répondra aux désirs des plus exigeants. Nous possédions déjà des études sur l'Eglise du Canada sous l'Ancien

582 REVUE D'HISTOIRE DE L'AMÉRIQUE FRANÇAISE

Régime, ainsi que des monographies ou des biographies. Mais aucun auteur n'avait encore embrassé d'un seul coup un si vaste espace de temps et projeté une si vive lumière sur son histoire tant intérieure qu'extérieure.

Les dates extrêmes n'ont guère besoin d'explication. 1604, c'est la venue en Acadie de deux prêtres destinés à l'évangéli-sation des infidèles ; essai infructueux, mais qui reste quand même un commencement; 1886, c'est l'heure où l'Eglise implantée dans toute l'étendue du pays, fait preuve d'une grande vitalité, témoin la création en cette même année de deux provinces ecclésiastiques fort importantes, Montréal et Ottawa. Dans l'épilogue, l'auteur nous livre une autre raison de cette date limite: "Je mets le point final à cette synthèse, au moment où, en cette fin du XIXe siècle, l'Eglise catholique prenait de plus en plus d'importance et d'expansion dans les provinces anglaises. Je me sens incapable de relater cette histoire comme il conviendrait. Je crois, du reste, que seul un catholique de langue anglaise est en mesure de le faire." (505) Disons tout de suite que les pages consacrées au Haut-Canada (432 ss) sont d'un historien consciencieux, impartial et digne de foi.

Des quelque 520 pages que contient le volume, 173 sont accordées à l'Ancien Régime et 345 à la domination anglaise. Proportion qui nous paraît justifiée, compte tenu des difficultés inhérentes à l'existence de l'Eglise sous un gouvernement non catholique et qui, pendant plus de soixante ans, restera hostile à la foi de la majorité des Canadiens, compte tenu aussi de la population croissante et de sa distribution sur toute l'étendue du pays.

L'ouvrage tient le juste milieu entre l'histoire strictement scientifique, où chaque affirmation est accompagnée d'une référence aux sources, et l'histoire de vulgarisation. "Cette synthèse d'histoire, est-il dit dans le feuillet publicitaire, est dédiée aux esprits cultivés, ou plutôt aux quelques milliers de Canadiens qui ont encore le loisir de lire à tête reposée." L'ouvrage ne contient aucune note infrapaginale. Les sources sont indiquées et présentées dans le texte. Elles sont bien choisies, abondantes, éclairantes. Les esprits cultivés auront intérêt et profit à lire cette synthèse; ils en sortiront intellectuellement plus riches; et cela d'autant plus qu'elle est écrite dans une belle langue. Il ne peut être question de résumer un ouvrage d'une telle substance. Mieux vaut, croyons-nous, en signaler quelques points qui nous ont paru plus importants.

NOTES CRITIQUES

583

Mgr de Saint-Vallier. - Son épiscopat est qualifié d'orageux et d'efficace (87-116). Les deux épithètes sont rigoureusement vraies. Du commencement à la fin, il eut à lutter, et il le fit avec le caractère entier qu'on lui connaît. Et cela lui a valu la réputation d'être un querelleur-né. On se défend mal de l'impression que l'A. tente de laver l'évêque de cette accusation. Il insiste sur les circonstances atténuantes, et il y en a assurément. Nous sommes en présence d'un prélat d'une force de volonté rare, d'une vie intérieure et d'une sainteté exemplaires. Nous lui devons un Rituel, destiné à établir l'uniformité du culte dans un vaste diocèse et où les moyens de communications sont difficiles et lents ; nous ...