You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Chronique d’archives

  • Donald O’Farrell

…more information

  • Donald O’Farrell
    Archives nationales du Québec à Rimouski

Article body

ARCHIVES NATIONALES DU CANADA, 395 rue Wellington, Ottawa, Ontario, K1A 0N3  (www.archives.ca)

La Direction des archives canadiennes a récemment fait l’acquisition des fonds suivants :

  • Fonds Jean Paul Lemieux et Madeleine Des Rosiers (R6612). – [ca 1850]-1998. – 1,30 mètre de documents textuels. – 3671 photographies. – 1 aquarelle. – 1 dessin. – 2 gravures. – 4 blocs de bois pour la gravure et l’imprimerie.

    Le fonds témoigne de la vie personnelle du couple Lemieux-Des Rosiers et de leurs activités respectives comme peintre et auteure de livre d’art.

    Les documents comprennent de la correspondance d’affaires et personnelle, des listes de tableaux, un journal personnel de Jean-Paul Lemieux (1940-1945), des catalogues d’expositions ; des photographies du couple à leur maison de l’Île-aux-Coudres, du peintre à l’oeuvre et de ses toiles lors d’expositions. Instrument de recherche #2241.

  • Fonds Gilles Carle (R4308). – 1950-1999. – 8,79 mètres de documents textuels. – 1,25 Mo de documents textuels sous forme électronique. – 4928 photographies. – Affiches et dessins.

    Le fonds témoigne des différents aspects de la carrière et de la vie de Gilles Carle : pionnier du cinéma canadien, réalisateur et scénariste de longs et courts métrages de fiction, de documentaires et de séries télévisées, critique cinématographique, cofondateur des Éditions de l’Hexagone.

    Les documents comprennent de la correspondance, des scénarios de ses films et pièces de théâtre, des photographies de plateau et des dessins de Gilles Carle. Instrument de recherche # 2236.

  • Fonds Lucille Teasdale et Piero Corti (R5335). – 1932-1999. – 0,30 mètre de documents textuels. – 97 photographies numérisées. – 12 bobines de film. – 9 vidéocassettes. – 5 médailles. – 6 plaques.

    Le fonds témoigne de l’oeuvre humanitaire de ce couple de médecins à l’hôpital St. Mary’s Lacor, à Gulu en Ouganda.

    Les documents comprennent de la correspondance dont des lettres échangées avant leur mariage, des listes d’opérations effectuées par la chirurgienne Lucille Teasdale, des rapports d’activités, des photographies numérisées de scènes prises à l’hôpital de Gulu et de la famille à différentes époques, des médailles et plaques relatives aux diverses distinctions honorifiques obtenues par le couple au cours de sa carrière, des films montrant Lucille lors d’interventions chirurgicales.

  • Fonds Hélène de Billy (R3032). – 1939-1995. – 0,81 mètre de documents textuels, – 4,19 Mo de documents textuels sous forme électronique. – 162 photographies. – 82 cassettes sonores. – 1 vidéocassette.

    Le fonds est constitué de toute la documentation de recherche par Hélène de Billy pour la biographie Riopelle publiée en 1996 aux Éditions Art Global.

    Les documents comprennent de la correspondance, des dossiers par sujets, des catalogues d’expositions, des entrevues enregistrées, des transcriptions de ces entrevues et des notes de travail sur le manuscrit de la biographie. Les documents comprennent également des photographies prises par Hélène de Billy sur les lieux habités par Riopelle au cours de sa vie ainsi que des documents originaux acquis au cours de sa recherche dont des lettres de Riopelle à Gilles Corbeil, son agent d’affaires à Montréal. Instrument de recherche #2202.

ARCHIVES NATIONALES DU QUÉBEC, Centre de Montréal, de Laval, de Lanaudière, des Laurentides et de la Montérégie, 535, avenue Viger Est, Montréal, Québec, H2L 2P3  (www.anq.gouv.qc.ca)

Le Centre d’archives de Montréal fait connaître ses plus récentes acquisitions :

  • Fonds Famille Prévost (P268). – [vers 1830-vers 1900]. – 0,12 mètre de documents textuels. – 519 photographies : 27 ferrotypes, 492 épreuves n&b (12 portraits grand format encadrés). – 5 peintures (portraits) grand format encadrées.

    Le Fonds témoigne du rôle social et politique de la famille Prévost qui s’installe à Saint-Jérôme, dans les Basses-Laurentides, en 1849, quand le docteur Jules-Édouard Prévost (1828-1903) décide de s’y établir. Parmi ses enfants, Jules-Édouard Prévost, fils, se distingue comme journaliste puis comme directeur du journal hebdomadaire L’Avenir du Nord qu’il dirige pendant près de 40 ans. Il s’engage en politique et devient député libéral du comté de Terrebonne à la Chambre des Communes (1917-1930), puis sénateur de la division des Mille-Isles (1930-1943).

    Dans cet ajout, on trouve dix-sept portraits de membres des familles Prévost et Coyteux faits entre 1830 et 1940. Parmi ces portraits figurent cinq peintures représentant Edwidge Coiteux-Prévost, Léandre Prévost, Jules-Édouard Prévost, Hedwidge (Vivige) Prévost et Marie-Azilda Prévost ; les douze autres portraits sont des photographies retouchées au fusain représentant Léandre Coyteux, Valentine Prévost, Guillaume Prévost, Oscar Prévost, Eugène Prévost, Henri Prévost, Paul-E. Prévost, Marie-Virginie Prévost, Berthe Prévost et Eugénie Prévost. On y trouve également des albums de photographies de famille et d’amis. Les documents textuels comprennent une correspondance de famille vers 1880 ; un document intitulé « Histoire de la catastrophe » relatant la maladie et la mort du docteur Jules Prévost vers 1903 ; un document-souvenir des noces sacerdotales d’Eugène Prévost en 1937 ; un dossier de correspondance de Jules-Édouard Prévost vers 1932 ; le journal intime de Jules-Édouard Prévost entre 1888 et 1912 (fermé à la consultation) ; un recueil du journal intime de L. Coyteux Prévost en 1872 ; des lettres du curé Labelle et d’Arthur Buies.

  • Fonds Antoine Desilets (P697). – [vers 1951-vers 1997]. – 1,50 mètre de documents textuels. – env. 21 500 photographies. – 9 bandes magnétiques.

    Ce fonds d’archives regroupe les documents photographiques d’un photographe qu’on a considéré comme LE photographe du Québec pour les années 1960, 1970 et 1980. Il a joué un rôle considérable en matière de photographie documentaire pour toute cette période récente de l’histoire du Québec moderne. Antoine Desilets a joué un rôle déterminant dans l’évolution du photojournalisme au Québec et de façon plus large dans la dynamique du médium à l’échelle nationale. Il a pris sa place dans la vulgarisation de son art puisque plus de 700 000 exemplaires de ses livres sont sortis des presses des Éditions de l’Homme ; ses livres de vulgarisation se sont vendus non seulement au Québec, mais également en Europe et en Afrique francophones.

    Ce fonds d’archives comprend principalement des photographies prises par Antoine Desilets tout au long de sa carrière de photographe professionnel. On y trouve également des notes de cours et du matériel pédagogique utilisés par ce photographe dans le cadre de cours de photographie qu’il a donnés tant au Québec qu’à l’Université de Dakar au Sénégal. S’ajoute également une documentation imprimée utilisée tant pour les cours qu’à titre de référence pour les volumes écrits par Antoine Desilets.

  • Fonds Société historique de Montréal (P698). – 1512-2000. – 33,17 mètres de documents textuels.

    Les membres de la Société acquièrent des archives de tous genres (actes notariés relatifs aux mariages, testaments, biens fonciers, jugements, etc. ; registre d’état civil ; documents financiers ; cartes et plans ; etc.) ou, à défaut de les acheter, transcrivent des copies à partir d’originaux glanés ici et là en Europe, aux États-Unis et au Canada. Les informations ainsi colligées par le biais des archives permettent à la SHM de commander des recherches historiques dont plusieurs aboutiront à la publication de douze mémoires de la Société historique de Montréal entre 1859 et 1921. Ce fonds d’archives regroupe donc ces archives accumulées au cours des ans par la Société.

    Les fonds d’archives de la Société historique de Montréal comprennent les archives du fonds institutionnel de la Société et les fonds d’archives privées recueillis par celle-ci. L’ensemble se répartit en vingt-deux fonds d’archives de provenances diverses. Ils sont exceptionnellement décrits au niveau de la série selon la séquence numérique originale donnée par la Société à ses fonds d’archives. Ils se présentent donc de la façon suivante : S1 Fonds Jacques Viger, S2 Fonds Sir Louis-Hippolyte LaFontaine ; S3 Collection Sir Louis-Hippolyte LaFontaine ; S4 Collection Société historique de Montréal ; S5 Fonds Étienne Augé ; S6 Fonds Famille Guy ; S7 Fonds Familles Ainsse et Delisle ; S8 Fonds Austin Cuvillier et Alexandre-Maurice Delisle ; S9 Fonds Baronnie de Longueuil ; S10 Fonds Famille Legardeur de Repentigny ; S11 Fonds Urgel-Eugène Archambault ; S12 Fonds Édouard-Zotique Massicotte ; S13 Fonds A.-A. Lefaivre ; S14 Fonds École littéraire de Montréal ; S15 Fonds Military Secretary’s Office ; S16 Fonds Victor Morin ; S17 Fonds Ubalde Baudry ; S18 Collection Micheline Boyer ; S19 Fonds Société d’histoire Sault-au-Récollet ; S20 Fonds Tréfflé Bastien et Joseph-Alphidas Gravel ; S21 Fonds Jacques Bertrand ; S22 Fonds institutionnel - Société historique de Montréal.

  • Collection Société anonyme des théâtres et Compagnie d’Opéra comique de Montréal (P699). – 1901-1906. – 0,04 mètre de documents textuels.

    Cette collection d’archives permet d’obtenir un aperçu d’un aspect de la vie culturelle de Montréal au début du siècle, plus spécialement du milieu théâtral. On y trouve des éléments d’information qui nous éclairent sur le mode de fonctionnement d’un théâtre tant sur le plan artistique qu’administratif. Quoique peu volumineux, ce fonds d’archives est dense au niveau de l’information, plusieurs pièces sont très significatives.

    Il se compose de documents concernant deux sociétés de théâtre qui ont exercé dans l’édifice du Théâtre des nouveautés au début du xxe siècle. Les documents concernant ces trois organismes privés sont reliés entre eux et couvrent la même période chronologique. Pour la Société anonyme des théâtres, on trouve de la correspondance, des procès-verbaux, des contrats types d’engagement d’artistes, une liste de salaires des employés et artistes (1902-1905). Pour la Compagnie d’opéra comique, on découvre des documents concernant des démarches légales relatives à la liquidation, des mémoires de frais et un inventaire des meubles et effets mobiliers (1902-1903). Concernant l’édifice appelé Théâtre des nouveautés, le fonds comprend, entre autres, un rapport financier 1903-1904, une liste d’artistes et leurs appointements, une liste de pièces de décors et d’accessoires de théâtre.

  • Fonds Éric Godin (P700). – 1999-2001. – 375 dessin(s) : Caricatures.

    Ce fonds d’archives doit être considéré d’intérêt exceptionnel et d’importance nationale par son contenu qui donne un aperçu du rôle de pionnier joué par le caricaturiste dans le domaine de l’exploitation et la diffusion de la caricature au moyen des nouvelles technologies, c’est-à-dire la télévision et Internet.

    Ce fonds d’archives est constitué de la grande majorité des caricatures originales de la série d’environ 400 capsules quotidiennes « LE PETIT DESSIN DE GODIN » qui ont été diffusées sur les ondes de TVA (Télé-Métropole) et de LCN de septembre 1999 à juin 2001. Éric Godin y présentait alors la conception reproduite sur vidéo de caricatures de sujets d’actualité. Les dessins sont le résultat final de chacune de ces caricatures. Les sujets traités concernaient autant les événements locaux, régionaux, provinciaux, fédéraux qu’internationaux, tant sur les plans sociaux que politiques.

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC, Division des archives privées, 2275, rue Holt, Montréal, Québec, H2G 3H1

En plus de nombreux compléments à ses fonds, la Bibliothèque s’est enrichie des fonds suivants :

  • Fonds Paul-Buissonneau (MSS-465). – 1947-1997. – 3,80 mètres de documents textuels et autres documents.

    Le fonds reflète les activités de Paul Buissonneau en tant qu’auteur dramatique, metteur en scène et comédien.

    On trouve dans le fonds les diverses versions de ses oeuvres écrites pour le théâtre, la télévision, le cinéma ou à titre d’essai autobiographique. Le fonds renferme aussi les textes de près de 60 productions accompagnés des notes des mises en scène qu’il a réalisées notamment pour La Roulotte et le Théâtre de Quat’Sous. Par ailleurs, le fonds recèle des documents personnels, de la correspondance, des oeuvres d’autres auteurs dont des textes sur Paul Buissonneau, des imprimés, de nombreuses photographies, des dessins, des affiches, des plans de scène ainsi que des documents sonores.

  • Fonds Jacques-Beaudry (MSS-034). – 1955-1995. – 0,72 mètre de documents textuels et autres documents.

    Le fonds documente la carrière de Jacques Beaudry à titre de chef d’orchestre au Québec, au Canada et surtout dans les grandes capitales européennes.

    Le fonds contient des dossiers professionnels relatifs à ses concerts et tournées, une volumineuse correspondance en particulier avec son ami et chargé d’affaires André Bachand, des imprimés, des photographies, des affiches, des décorations honorifiques et quelques documents audiovisuels.

  • Fonds Édouard-Jasmin (MSS-473). – [1918 ?]-1991. – 0,38 mètre de documents textuels et iconographiques ainsi que des artefacts.

    Le fonds témoigne des activités littéraires et artistiques d’Édouard Jasmin.

    On remarque dans le fonds en plus de ses oeuvres visuelles plusieurs oeuvres d’Édouard Jasmin autant dans le domaine du roman, du journalisme, du théâtre que du récit autobiographique, de la fable ou de la poésie. Le fonds contient aussi des dossiers relatifs à ses activités artistiques, des imprimés, des photographies et une correspondance avec notamment le céramiste Léopold L. Foulem.

  • Fonds Journal L’Information médicale et paramédicale (MSS-475). – 1949-1980. – 0,17 mètre de documents textuels et iconographiques.

    Le fonds regroupe des documents relatifs aux chroniques littéraires du journal L’Information médicale et paramédicale.

    Le fonds est constitué de la correspondance et des dossiers de collaborateurs comme Berthelot Brunet, Jacques Ferron, François Hertel, Claude Jutra et Ernest Pallascio-Morin. Ces dossiers comprennent, en plus, de la correspondance, des articles et des papiers administratifs.

MUSÉE DU QUÉBEC, Service des archives des collections, Parc des Champs-de-Bataille, Québec, Québec, G1R 5H3

Le Service des archives est heureux de faire l’annonce de ses plus récentes acquisitions :

  • Fonds Eugène Hamel. – Vers 1850-1994.

    Le fonds Eugène Hamel s’avère un complément essentiel à la compréhension de la vie et de l’oeuvre de ce peintre, d’autant plus qu’il regroupe des études, des photographies anciennes et des documents en rapport avec des oeuvres de la collection du Musée du Québec. En outre, il nous éclaire sur les deux séjours d’études de Eugène Hamel en Europe et en Italie. Ce fonds peut contribuer aussi à ouvrir de nouvelles avenues de recherche sur une page de notre histoire de l’art et sur celle de la société bourgeoise du xixe siècle, tant au Québec qu’en Italie.

    Ce fonds est constitué de trois séries de documents en rapport avec l’oeuvre et la vie du peintre Eugène Hamel (1845-1932). La première série compte 130 oeuvres d’art (1868-1932), pour la plupart de l’artiste lui-même, hormis 4 estampes d’artistes étrangers. De la main de l’artiste, nous retrouvons 15 portraits (d’évêque) à l’huile et 111 dessins, incluant 10 aquarelles et un carnet de 12 dessins de son premier voyage en Europe et un autre de 40 dessins de son second voyage en Italie. La deuxième série regroupe 278 photographies (vers 1850-1956), incluant, entre autres, 38 reproductions photographiques des oeuvres de Eugène Hamel, 67 photographies de famille et un album de 157 pièces de format carte de visite. La troisième série est composée de documents (1864-1994) incluant des archives textuelles originales et des copies (20 cm) : des documents généalogiques, des documents ou papiers d’Eugène Hamel, d’Oscar Hamel sur l’artiste et d’Hormidas Magnan et, enfin, des coupures de presse.

  • Fonds Jules Bazin. – 1935-1985.

    Ce fonds doit être perçu comme un complément au Fonds Gérard Morisset et à l’Inventaire des oeuvres d’art et de l’architecture au Québec déjà inclus au centre de documentation de la bibliothèque du Musée du Québec. En plus, il témoigne largement des autres activités professionnelles de Jules Bazin, notamment sa participation à la publication de Vie des Arts.

    Ce fonds est constitué de quatre séries de documents en rapport avec la vie professionnelle de Jules Bazin (1905-1995), reconnu pour son engagement dans le domaine des arts au xxe siècle. Signalons, entre autres, sa collaboration avec Gérard Morisset, de 1937 à 1945, à l’inventaire des oeuvres d’art et de l’architecture au Québec, en ce qui a trait à la région de Montréal. La première série regroupe la correspondance de Gérard Morisset à Jules Bazin (1935-1965) incluant environ 130 lettres, la plupart olographes et signées, ainsi que 12 documents polycopiés (0,04 m). La deuxième série concerne l’inventaire des biens culturels (1937-1985) totalisant environ 25 000 fiches réparties dans 11 contenants (de 40 cm chacun). La troisième série est composée de documents divers (1933-1937) : un recueil factice d’articles de Gérard Morisset tirés du Canada Français, 1933-1936, et des rapports divers sur l’inventaire regroupés dans un cartable, ouvrage miméographié, format 36 cm, publié en 1937. La quatrième série rassemble une collection de brochures et de catalogues d’expositions (1887 et 1948) : 16 publications. Enfin, ce fonds inclut également un meuble ou classeur contenant lesdits documents réalisés vers 1950 par l’École du Meuble de Montréal.

VILLE DE QUÉBEC, Division des archives, 350, rue Saint-Joseph Est, 4e étage, Québec, Québec, G1K 3B2

La Division des archives de la Ville de Quévec est heureuse d’annoncer ses plus récentes acquisitions :

  • Fonds Ville de Sillery (M1-10). – 1870-2001. – 3,6 mètres de documents textuels.

    La ville de Sillery, fondée en 1856, est l’une des plus anciennes municipalités fusionnées en 2002 avec treize autres municipalités de l’ex-communauté urbaine de Québec pour former la nouvelle ville de Québec. Ce fonds est intéressant, car il peut permettre de nombreuses recherches à partir des débats menés au sein du Conseil de ville pour pourvoir aux besoins des citoyens et assurer le développement harmonieux du territoire.

    Le fonds contient 50 registres de procès-verbaux. La période la plus ancienne de 1856 à 1870 est malheureusement manquante.

  • Fonds Coopérative de Québec (P82). – 12 décembre 1931-5 mars 1947. – 0,03 mètre de documents textuels.

    Ce registre s’ouvre sur la première réunion des associés de cette coopérative créée le 12 décembre 1931. Tous les procès-verbaux y sont consignés jusqu’en 1947, ce qui apporte un éclairage intéressant sur une autre institution financière particulière à la ville de Québec.

    On y retrouve les procès-verbaux manuscrits de l’organisme pour les seize années suivant la fondation de l’organisme.