You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Notes bibliographiques

PROVENCHER, Jean, Le carnaval de Québec. La grande fête de l’hiver (Québec, Éditions MultiMonde/Commission de la capitale nationale du Québec, 2003), 144 p.

  • Sylvie Dufresne

…more information

  • Sylvie Dufresne
    Expositions et recherche
    Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

Article body

Le jubilé du Carnaval de Québec appelait la publication d’un ouvrage portant la mémoire de cette manifestation qui anime les hivers québécois depuis 1954. Abondamment illustrée de photographies évocatrices, cette publication retrace l’évolution du carnaval de Québec depuis les premières expériences tenues en 1880. Dans un premier chapitre, l’auteur fait une incursion du côté de la Nouvelle-France et du Régime anglais pour identifier les activités festives typiques de cette période calendaire dite du Mardi gras. Rien ne s’y trouve nommément, car c’est du côté de la Russie, au xviiie siècle, qu’il aurait fallu chercher pour trouver les lointaines origines du carnaval d’hiver. Plus près de nous, l’attention aurait dû se porter sur Montréal au xixe siècle puisque c’est là, en Amérique du Nord, qu’est né le carnaval d’hiver. C’est de ce dernier que s’inspireront les fondateurs du carnaval de Québec lorsqu’ils établiront le programme de leurs activités avec, notamment, l’érection d’un palais de glace. Les premiers chapitres de l’ouvrage décrivent les préparatifs, le programme des activités et les visées économiques d’une telle organisation. On y apprend qu’entre 1894 et 1939, le carnaval de Québec connaît des fortunes différentes et qu’il faudra attendre le milieu du xxe siècle pour que cette fête d’hiver s’installe à demeure. Les chapitres suivants nous conduisent, de 1954 à 2004, à la découverte des nouveautés qui font la notoriété du carnaval de Québec — une reine, un Bonhomme, un chant emblématique, des duchés, une course en canot sur le fleuve, des bougies […] — mais aussi des difficultés qui ponctuent son parcours — intempéries, incidents, faible participation du milieu des affaires — et des défis de la longévité : le maintien de l’intérêt du public, le renouvellement de la programmation, le contrôle des coûts... À travers un récit chronologique, émaillé d’anecdotes et de témoignages, l’ouvrage offre une lecture agréable et vivante qui saura intéresser le grand public.