Restricted access to the most recent articles in subscription journals was reinstated on January 12, 2021. These articles can be consulted through the digital resources portal of one of Érudit's 1,200 partner institutions or subscribers. More informations

Notes de lecture

Collectiviser la question parentale : les apports des parenting cultures studiesCollectivizing the Parenting Issue: The Contributions of Parenting Cultures Studies[Record]

  • Claude Martin

…more information

  • Claude Martin
    Directeur de recherche — CNRS, UMR Arènes-UMR 6051, Université de Rennes

Les parenting cultures studies ont connu d’importants développements depuis le tournant du siècle avec, en particulier, la création en 2010 d’un centre de recherche qui leur est dédié à l’université du Kent, le Centre for Parenting Cultures Studies, et la publication d’un ouvrage éponyme en 2014 (Lee et al., 2014). Ce centre a joué un rôle majeur dans le développement de toute une série de recherches, de conférences et de publications au cours de cette décennie. L’équipe qui anime ce centre s’est inscrite dans les pas de Frank Furedi qui, à la fin des années 1990, a été l’un des premiers à repérer le changement de paradigme que représentent l’apparition et la popularisation de la notion de parenting, dont la « parentalité » est un proche équivalent en langue française (Martin, 2003). Pour Furedi, ce changement est loin d’être anodin : « Dès que les enfants sont considérés comme relevant de la responsabilité d’une mère et d’un père plutôt que d’une communauté plus large, la vision moderne de la parentalité devient centrale » (Furedi, 2002 : 106). Cet argument est un signe d’une reformulation de la fonction de childrearing ou de socialisation, qui serait en quelque sorte « parentalisée ». Pour le dire encore autrement, la socialisation assurée par les parents primerait sur, voire occulterait les autres instances de socialisation, à un point tel que la socialisation ne serait plus envisagée comme la tâche de toute une génération d’adultes et d’institutions d’une société donnée, mais comme relevant de la seule responsabilité de ceux qui, comme parents, sont chargés de garantir le futur de l’enfant. D’où l’idée de parental determinism. En France, il est tentant de rapprocher ces analyses de celles développées dans les années 1970 par de nombreux auteurs, comme Robert Castel, dans La gestion des risques (1981), qui soulignait la place croissante de la psychologisation de la question sociale et le rôle tout aussi croissant des « thérapeutes pour bien portant ». On pense aussi à Jacques Donzelot, qui, dans La police des familles (1977), soulignait le passage, au fil du temps, d’un « gouvernement des familles » à un « gouvernement par les familles » : Comment mieux formuler ce qui se trame sous nos yeux à propos non plus tant de la famille, institution passée en mode mineur, mais des parents eux-mêmes ? De vecteurs premiers de socialisation, les parents sont devenus les responsables des réussites comme des échecs de leur progéniture. Et en l’admettant, les parents sont conduits à incorporer toutes les injonctions à se comporter comme de « bons parents » (Martin, 2014), en investissant intensément ce rôle (intensive parenting) au risque d’en faire trop (over-parenting ; hyper-parenting), en cherchant à se doter des compétences qui garantissent leur performance, mesurée par la réussite de l’enfant, que ce soit à l’école ou, plus tard, dans la vie professionnelle de ce dernier. Ce déterminisme parental revisite peut-être à sa manière les analyses en matière de reproduction sociale de génération en génération, c’est-à-dire ces mécanismes qui opèrent selon une logique d’accumulation de capitaux culturels, scolaires, économiques, sociaux pour tenter d’atteindre, voire de garantir la réussite de l’individu (Bourdieu et Passeron, 1970). Dans cette perspective, les travaux d’Annette Lareau sur les pratiques de concerted cultivation des parents des couches moyennes américaines sont particulièrement éclairants (Lareau, 2011). La domination des experts et des conseils, la médiatisation et la marchandisation de modèles standardisés de bonnes pratiques parentales à la fois renforcent la perception que les pratiques spontanées et, en particulier, celles des milieux populaires ou des cultures dominées sont des pratiques à risques, mais …

Appendices